Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Série d'attentats meurtriers en Irak, Bagdad favorable à une conférence internationale

    En savoir plus

  • Trafic aérien interdit au-dessus du volcan Bardarbunga

    En savoir plus

  • La Libye renonce à accueillir la Coupe d'Afrique des nations en 2017

    En savoir plus

  • Ebola : la Côte d'Ivoire ferme ses frontières avec la Guinée et le Liberia

    En savoir plus

  • Vidéo : destruction de la maison d'un membre du Hamas à Hébron

    En savoir plus

  • Montebourg : la France "ne peut plus se laisser faire" face à l'Allemagne

    En savoir plus

  • À Kiev, Angela Merkel défend "l'intégrité territoriale" de l'Ukraine

    En savoir plus

  • RD Congo : les victimes du "colonel 106" racontent leur calvaire

    En savoir plus

  • Les deux nouveaux satellites Galileo placés sur la mauvaise orbite

    En savoir plus

  • Le Hamas signe la demande d’adhésion palestinienne à la CPI

    En savoir plus

  • 2e division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

    En savoir plus

  • Gaza : intensification des frappes après la mort d’un enfant israélien

    En savoir plus

  • Meurtre de James Foley : Washington n'exclut pas de frapper l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

Economie

Comment un faux tweet peut faire dévisser la Bourse

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 24/04/2013

Le piratage, mardi, du compte twitter d’Associated Press et la fausse annonce d'une explosion à la Maison Blanche a provoqué une mini panique boursière. Un incident qui souligne l’influence grandissante du réseau de microblogging.

Pour l’Armée électronique syrienne, il s’agissait avant tout d’ajouter un nouveau compte Twitter hacké à son tableau de chasse. Pour la Bourse américaine, le piratage, mardi 23 avril, du compte de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) a été un moment d’intense fébrilité.

Le faux tweet annonçant, mardi, une explosion à la Maison Blanche envoyé par les pirates d’origine syrienne a provoqué un “flash crash” (“décrochage instantanée”) à Wall Street. L’indice Standard & Poor's 500 a chuté de 145 points en trois minutes. La Bourse de New York a ainsi perdu en quelques instants 136 milliards de dollars à cause d’une fausse information. L’erreur a été rapidement rectifiée et le Dow Jones a presque instantanément retrouvé son cours de croisière.

La chute de l'indice Standard & Poor's 500 après le faux tweet d'AP

Au final, plus de peur que de mal ? Certes, il n’y a pas eu d’explosion, la Bourse a retrouvé ses esprits et AP a repris la main sur son compte Twitter. Mais l’incident en dit long sur la fébrilité des marchés financiers en cette ère d’infos en temps plus que réel.

Les récents attentats du 15 avril à Boston expliquent en partie la raison pour laquelle les marchés ont réagi au quart de tour. “Les traders ont tellement peur en ce moment que le moindre petit événement provoque des ventes massives d’actions”, remarque sur Twitter le trader américain Sean McLaughlin.

"Errare machina est"

Mais la faiblesse humaine n’est pas seule en cause dans ce “flash crash”. C’est aussi une nouvelle démonstration des limites du trading à haute fréquence, c’est-à-dire assisté par des programmes informatiques sophistiqués, comme le rappelle le quotidien britannique The Telegraph. La rapidité et la violence de la chute indique qu’un grand nombre d’ordres ont été envoyés dans les secondes, voire nanosecondes, qui ont suivi la parution du faux tweet. Seuls des programmes spécialement conçus pour traquer ce genre d’informations peuvent y parvenir, note le journal britannique.

“Ces machines ne cherchent pas à savoir si l’information est juste ou non et n’apprennent pas de leurs erreurs, elles sont simplement programmées pour digérer les données et réagir au plus vite”, écrit le "Telegraph". Ces programmes se sont déjà fait avoir par le passé, rappelle le site du magazine américain "The New Yorker". En septembre 2011, par exemple, ils avaient fait chuter l’action d’Apple après un tweet qui avait annoncé par erreur la mort de Steve Jobs, le fondateur de la marque à la pomme. “De telles erreurs vont invariablement se reproduire, à moins que les places financières se décident à réguler le trading à haute fréquence”, averti The Telegraph. Pour l’heure, aux États-Unis, une commission de la SEC (Security and Exchange Commission, le gendarme américain de la Bourse) planche sur la question...

L’incident en dit, aussi, long sur l’importance grandissante de Twitter pour les opérateurs de marché. Jusqu’à récemment, comme le rappelle le quotidien britannique The Guardian, ils n’avaient qu’un accès limité au populaire site de microblogging. “Un grand nombre d’institutions financières bloquent l’accès à Twitter car ils estiment, entre autres, que c’est une source de perte de temps”, écrit le quotidien.

Double sécurité

Mais plusieurs facteurs ont renforcé la légitimité de ce réseau social comme source d’informations à même d’être utilisée par les traders. La chaîne Bloomberg a annoncé, en mars, qu’elle allait intégrer le fil Twitter dans son service à destination des salles de marchés. La SEC a, de son côté, autorisé il y a un mois les entreprises à poster leurs résultats financiers sur leur compte Twitter.

Les investisseurs se sentent donc le droit d’avoir les yeux rivés sur ces messages en 140 caractères qui défilent à grande vitesse. “Quand j’ai compris qu’il s’agissait d’un faux tweet, j’ai été choqué et j’ai eu honte que les marchés puissent être manipulés aussi aisément”, raconte au Guardian Sal Arnuk, un trader américain.

L’incident met, en effet, en lumière les problèmes de sécurité de Twitter. Des comptes de médias ou de personnalités - de France 24 à Justin Bieber - se font régulièrement pirater. “Si le réseau social veut pouvoir être pris au sérieux, il doit améliorer sa sécurité”, affirme ainsi le site américain spécialisé dans les nouvelles technologie Cnet. Le groupe serait actuellement en train de plancher sur un système de double sécurité, croit savoir le site américain Wired. En plus d’un mot de passe, le site pourrait ainsi envoyer une demande de confirmation de connexion à un compte par SMS.

Première publication : 24/04/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Piraté, le compte Twitter d'AP annonce des explosions à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • MÉDIAS

    France 24 attaquée par "l'armée électronique syrienne"

    En savoir plus

  • BOURSE

    Comment Wall Street a été secoué par un algorithme mystère

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)