Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Moyen-orient

Des hommes armés prennent le contrôle d'une ville au nord de Bagdad

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/04/2013

Souleimane Bek, au nord de la capitale irakienne, a été prise par des combattants mercredi, après des affrontements qui ont fait une vingtaine de morts. En deux jours, une centaine de personnes ont été tuées dans des violences intercommunautaires.

Après plusieurs jours de violences dans le pays où près de 125 personnes sont mortes entre mardi et mercredi, des hommes armés ont pris le contrôle, mercredi soir, de Souleimane Bek, une ville à 160 km au nord de Bagdad.

Suite à des combats sanglants, les forces de sécurité se sont totalement retirées de la zone, désormais sous le contrôle des combattants, a affirmé à l'AFP Shalal Abdul Baban, un responsable de l'administration locale. Niyazi Maamar Oghlu, membre du Conseil provincial de la région de Salaheddine, dont dépend Souleimane Bek, a également indiqué que les autorités ne contrôlaient plus la ville.

Ces deux responsables ont précisé qu'une route stratégique reliant Bagdad à Touz Khourmatou, une ville au nord de Souleimane Bek, avait été coupée.

Les affrontements à Soulaiman Pek auraient fait au moins 18 morts, dont dix militants d’opposition et cinq soldats gouvernementaux, affirme l’agence Reuters, qui indique que les opposants ont également incendié une mosquée chiite.

Répression de manifestations sunnites à Houidja

Un mouvement de protestation contre le Premier ministre chiite, Nouri al-Maliki, a généré de nombreuses tensions entre communautés en Irak ces derniers mois. Des milliers de sunnites, se sentant mis à l’écart par le gouvernement, manifestent depuis décembre dernier.

Mardi, une intervention des forces de sécurité contre un campement de manifestants sunnites à Haouidja, près de Kirkouk, s'est soldée par au moins 53 morts, selon l’AFP. Le Premier ministre a mis en place une commission d'enquête dirigée par une personnalité sunnite pour savoir ce qui a déclenché ce bain de sang. Il a promis de sévir si l'enquête concluait à un usage excessif de la force de la part de l'armée, qui affirme avoir agi en état de légitime défense.

L'un des chefs des manifestants sunnites dans la province d'Anbar, le cheikh Koussaï al-Zains, a dénoncé mercredi "l'agression du gouvernement Maliki contre le peuple à Haouidja". "J'appelle toutes les tribus et tous les groupes armés à soutenir nos frères à Haouidja", a-t-il dit. Vingt-trois personnes ont également été tuées, dont 19 dans des attaques lancées aussi en représailles aux affrontements de Haouidja.

Avec dépêches

Première publication : 24/04/2013

  • IRAK

    Scrutin-test en Irak sur fond de campagne sanglante

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    James McCormick, vendeur de faux détecteurs de bombes à l'Irak

    En savoir plus

  • IRAK

    Bagdad : une cinquantaine de morts dans une série d'attentats anti-chiites

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)