Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Grèce, la victoire de Syriza doit-elle inquiéter les Européens ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Union Africaine, est-ce vraiment une union ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

TECH 24

Des technologies pour aider les malvoyants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Guillaume de Tonquédec, acteur chouchou des français

En savoir plus

Economie

La DCRI attire de nouveau involontairement l'attention des internautes

© Owni

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 24/04/2013

Les services de contre-espionnage français ont convoqué deux anciens journalistes du site d'informations Owni. Ces auditions seraient liées à un article passé quasiment inaperçu, publié en 2012, sur un projet secret défense d'écoutes téléphoniques.

C’est par email que deux anciens journalistes du site Owni, Pierre Alonso et Andrea Fradin ont appris leur convocation le 30 avril prochain au siège de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).

Selon le site de Télérama, le motif de leur audition ne leur a pas été dévoilé, mais tout laisse à penser qu’il est en lien avec un article publié le 12 septembre 2012 sur le site d'informations, fermé en décembre dernier, concernant la PNIJ, la nouvelle plateforme d’interceptions judiciaires de la police française.

L'article d'Owni "Dans le secret des écoutes"

"Confidentiel défense"
Dans cet article toujours disponible en ligne, les deux journalistes dévoilent de manière très détaillée la mise en place de cet outil conçu par Thalès pour "concentrer en un même endroit, tenu (évidemment) secret, toutes les demandes de policiers, gendarmes et douaniers visant à surveiller ou consulter les communications téléphoniques ou électroniques d’un individu".

À l’époque, les auteurs avaient accompagné leur article d’un document PDF téléchargeable classé "confidentiel défense". "Or quinze jours plus tard, un mystérieux M. Teske a réclamé le retrait dudit document de Scribd, la plateforme sur laquelle il était hébergé", précise Télérama.

Si la convocation est bien en lien avec cet article, les agents de la DCRI cherchent sans doute à savoir comment Pierre Alonso et Andrea Fradin se sont procuré un tel document et s’ils seront poursuivis pour l’avoir rendu public. En effet, selon le code pénal, "est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende le fait de porter à la connaissance du public ou d'une personne non qualifiée un procédé, objet, document, information, réseau informatique, donnée informatisée ou fichier qui présente le caractère d'un secret de la défense nationale".

Mauvaise tactique de la DCRI ?

Cette affaire fait écho à une précédente convocation effectuée par les services de contre-espionnage français. Début avril, la DCRI avait été accusée par l'hébergeur de Wikipédia d'avoir fait pression sur un administrateur pour supprimer un article qui contient des informations sur une station de télécommunication militaire.

Cette méthode employée par la DCRI s’était finalement retournée contre elle. Au lieu d’étouffer ces informations, tous les yeux se sont braqués sur cette page web qui n’a jamais été autant lue.

Ce phénomène est appelé dans le monde du Web l’effet Streisand. Comme le défini Wikipédia, "il se manifeste par l’augmentation considérable de la diffusion d’informations ou de documents par le simple fait d’avoir été l’objet d’une tentative de retrait ou de censure". En convoquant les deux journalistes d’Owni, la DCRI attire une nouvelle fois involontairement l’attention sur un article qui avait jusque là une audience relativement confidentielle.
 

Première publication : 24/04/2013

  • INTERNET

    Au nom du secret-défense, la DCRI veut censurer une page Wikipédia

    En savoir plus

  • INTERNET

    Attentat de Boston : le site Reddit s'excuse pour la "chasse aux sorcières"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le FBI piège un Américain qui tentait de rejoindre Al-Qaïda en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)