Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex-président Habyarimana

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

EUROPE

Enrico Letta au défi de former un nouveau gouvernement italien

© Photo AFP

Vidéo par François GOULIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/04/2013

Le numéro deux du Parti démocrate, Enrico Letta, a pour mission de former un nouveau gouvernement alliant les partis de gauche et de droite, deux mois après les élections qui ont plongé la Péninsule dans l'impasse politique.

Après l’échec de Pier Luigi Bersani, c’est au tour d’Enrico Letta de tenter de former un nouveau gouvernement italien alliant centre-gauche et centre-droit. Le numéro deux du Parti démocrate (PD, gauche) s’est vu confier cette lourde tâche par le président Giorgio Napolitano, mercredi 24 avril.

"Cela fait 60 jours que le pays attend un gouvernement. C'est une situation très difficile, fragile, inédite, qui ne peut pas durer", a déclaré Enrico Letta, 46 ans, à la sortie de son entretien avec le président de la République.

La nouvelle étape pour cette figure modérée de la gauche est de procéder, comme le veut la Constitution, à des consultations avec toutes les forces politiques, à partir de jeudi. En cas d’accord, il pourra alors être nommé formellement chef d’un gouvernement qui pourrait être installé d’ici la fin de la semaine.

Pour une réforme des institutions

"Les politiques menées en Europe jusqu'ici sont trop marquées par l'austérité"

Enrico Letta, cravate bleue et fines lunettes, a déjà énuméré les réformes qu'il compte mener en priorité : réduction du nombre de parlementaires, suppression des provinces, réforme de la loi électorale, "à l'origine de la crise actuelle", a-t-il relevé, ajoutant que "la politique avait perdu toute sa crédibilité".

Un jugement qui rejoint celui de Giorgio Napolitano, le président réélu samedi dernier qui lors de son discours d’investiture, lundi, avait durement critiqué la classe politique italienne. Il avait notamment jugé "impardonnable" que le Parlement ne se soit pas attelé à certaines réformes, en particulier celle de la loi électorale.

Mercredi, le président Napolitano s’est déclaré "confiant" que M. Letta parvienne à former un gouvernement qui obtiendra, enfin, la majorité dans les deux Chambres du Parlement. Selon lui, Enrico Letta incarne une nouvelle génération : "Il est jeune et même très jeune selon les critères italiens", a-t-il ironisé tout en insistant sur l'expérience de ce dernier, qui a déjà occupé plusieurs postes ministériels et est entré en politique dès sa prime jeunesse.

Un accord en vue avec le parti de Berlusconi

Sa tâche sera pourtant difficile puisque son propre parti s’est jusqu’ici farouchement opposé à une alliance entre les forces de droite et celles de gauche. Le PD refuse en effet un accord avec son ennemi juré, Silvio Berlusconi, et préfère chercher un terrain d’entente avec le mouvement de l'ex-comédien Beppe Grillo qui lui a claqué la porte au nez à plusieurs reprises.

C'est pourtant avec le Peuple de la Liberté qu'il risque d'y avoir un accord, puisque le parti de Silvio Berlusconi a déjà fait savoir qu'il soutiendrait le futur gouvernement, de même que les centristes du chef de gouvernement sortant Mario Monti. "Il va falloir entrer dans le détail des attributions des postes et les négociations pourraient être difficiles entre les deux partis hier adversaires et qui vont être demain forcés de cohabiter au sein du même gouvernement", analyse Tristan Dessert, le correspondant de FRANCE24 à Rome.

"L'Italie a déjà beaucoup perdu de temps"

Enrico Letta est d'ailleurs le neveu de Gianni Letta, l'homme de confiance de Silvio Berlusconi, ce qui pourrait faciliter les passerelles entre les grandes formations politiques, même s'il n'a jamais ménagé ses critiques contre le Cavaliere.  

La Ligue du Nord, ex-alliée de Berlusconi, sera elle hostile à tout accord, tandis que les "grillons" du Mouvement cinq étoiles (M5S) ont promis une "opposition constructive", prêts à voter les mesures qu'ils approuveront. Selon l'organisation patronale Confindustria, deux mois sans gouvernement fort aurait coûté à l'Italie un point de PIB.

Avec dépêches

Première publication : 24/04/2013

  • ITALIE

    À peine investi, le président Giorgio Napolitano menace de démissionner

    En savoir plus

  • ITALIE

    "La logique serait de former un nouveau gouvernement de technocrates à la Monti"

    En savoir plus

  • ITALIE

    Bersani, le chef de la gauche italienne, au défi de former le nouveau gouvernement

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)