Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

Tous les jours, le regard des internautes sur l’actualité et un point tout en image sur ce qui fait le buzz sur la toile. Du lundi au vendredi, à 8h20.

SUR LE NET

SUR LE NET

Dernière modification : 25/04/2013

Le blogueur Alexeï Navalny devant la justice russe

Aujourd’hui sur le net, le blogueur et opposant russe Alexeï Navalny comparaît devant la justice. Des internautes clament l’innocence de Djokhar Tsarnaev dans les attentats de Boston. Et un savon pourrait ralentir la propagation du paludisme en Afrique.

Le blogueur Alexeï Navalny devant la justice russe

10 ans de prison, c’est ce que risque l’opposant russe Alexeï Navalny dont le procès a repris ce mercredi après une première audience la semaine dernière. Le célèbre blogueur est soupçonné d’avoir détourné, en 2009, 400 000 euros d’une société publique d’exploitation forestière.

Une affaire fabriquée de toutes pièces, d’après le principal intéressé qui tente de se défendre sur son site Internet. Navalny a ainsi mis en ligne de nombreux documents et rapports financiers pour essayer de convaincre les internautes de son innocence dans ce dossier.

Également impliqué dans plusieurs autres affaires judiciaires, il accuse le président Vladimir Poutine de tirer les ficelles et de manipuler la justice dans le but de le neutraliser. Cet avocat de formation, qui s’est fait un nom en dévoilant des affaires de corruption via Internet, est en effet devenu l’un des principaux leaders de l’opposition. Un rôle qu’il a endossé après la vague de manifestations anti-Kremlin qui avait balayé le pays au lendemain des élections législatives remportées, en 2011, par le parti au pouvoir.

Et ces derniers jours, ses partisans ont été très nombreux à lui exprimer leur soutien sur les réseaux sociaux. Ainsi, sur ce groupe de soutien, créé sur Facebook, des dizaines d’internautes ont décidé de se prendre en photo avec une pancarte pour dénoncer ce procès intenté contre Navalny.


USA : des internautes clament l’innocence de Djokhar Tsarnaev

Alors que Djokhar Tsarnaev a été officiellement inculpé, lundi, par les autorités américaines pour sa participation au double attentat meurtrier du marathon de Boston, ils sont de plus en plus nombreux sur la Toile à prendre la défense du jeune homme de 19 ans et à remettre en cause, de façon plus ou moins farfelue, les accusations qui pèsent contre lui.

Des internautes, adeptes de la théorie du complot, qui utilisent notamment les mots-clés #FreeJahar pour exprimer leurs sentiments sur cette affaire et expliquer que, selon eux, de nombreux éléments et zones d’ombres dans l’enquête permettent de douter de l’implication de Tsarnaev dans les attaques de Boston. Certains affirment ainsi, photomontages à l’appui, que le sac à dos du suspect ne correspondrait pas à celui retrouvé sur le lieu de l’explosion ou encore que le fameux sac qu’il portait ce jour la était trop petit pour pouvoir transporter une cocotte minute contenant une bombe.

D’autres à l’image de l’auteur de cette vidéo mise en ligne sur YouTube vont même plus loin dans leur délire conspirationniste et accusent ouvertement le FBI d’avoir fabriquer des preuves pour faire de Djokhar Tsarnaev et de son frère les boucs émissaires idéaux dans l’attaque meurtrière du marathon de Boston. Un clip qui prétend que les autorités américaines auraient notamment retouché au moins une image rendue publique du plus jeune des deux suspects…

Illustration supplémentaire de l’importance de ce mouvement de soutien en ligne à Djokhar Tsarnaev : cette pétition rédigée sur le site Change.org qui rappelle que le jeune homme doit être considéré comme innocent jusqu’à preuve du contraire et qui réclame la tenue d’un procès équitable. Un texte qui a déjà recueilli plus de 9500 signatures.

Une mobilisation en faveur du suspect qui est loin de ravir l’ensemble de la Toile. De très nombreux utilisateurs des réseaux sociaux estiment en effet que ce mouvement de soutien est particulièrement déplacé et n’hésitent pas à s’en prendre ouvertement à ceux qui y participent.

 

Un nouveau bateau pour Dave Henneberry

C’est en sortant fumer une cigarette dans son jardin de Watertown que Dave Henneberry a découvert que Djokhar Tsarnaev s’était caché dans son bateau. L’homme de 66 ans a alors immédiatement appelé la police qui est rapidement intervenue pour appréhender le deuxième suspect des attentats du marathon de Boston. Mais dans la fusillade qui s’en suivie, le bateau de Henneberry a été criblé de balles. Pour remercier celui qu’ils considèrent désormais comme un héros, des internautes ont donc décidé de lancer une collecte de fonds en ligne dans le but de lui offrir un nouveau bateau.

 

Tendance du jour sur les réseaux sociaux

La rencontre entre Bill Gates et la présidente sud-coréenne Park Geun-Hye, lundi, n’en finit pas de faire jaser les utilisateurs des réseaux sociaux. De nombreux internautes critiquent en effet la décontraction affichée par le fondateur de Microsoft qui, au moment de saluer la chef d’Etat, a conservé sa main gauche dans la poche. Un geste perçu par beaucoup comme un manque de respect de la part du philanthrope à l’égard de la présidente sud-coréenne et qui a provoqué une avalanche de commentaires sur la Toile rappelant à Bill Gates qu’il y a une certaine attitude à adopter dans ce type d’occasion…

 

Vidéo du jour

Un savon anti-moustique qui offre l’espoir de réduire efficacement la propagation du paludisme en Afrique, fléau qui constitue la première cause de mortalité sur le continent. C’est la géniale invention de deux étudiants de 2iE, l’Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement de Ouagadougou au Burkina Faso. Une innovation baptisée « Faso soap » conçue pour être accessible à tous, à la différence des produits anti-palu traditionnels qui sont souvent trop chers pour les habitants des pays pauvres et que les internautes pourront découvrir à travers cette vidéo de présentation réalisée par la société de production Check-in Films.

Par Electron Libre

COMMENTAIRE(S)

Les archives

18/09/2014 Réseaux sociaux

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

Au sommaire de cette édition : les jeunes internautes iraniens contournent massivement la censure en ligne; au Kenya, les mauvais parents sont dénoncés sur Facebook; et un...

En savoir plus

17/09/2014 Réseaux sociaux

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

Au sommaire de cette édition : Wikileaks dénonce des pays ayant recours à des logiciels espions pour surveiller la Toile; en Angleterre, un projet de « zoo humain » choque les...

En savoir plus

16/09/2014 Réseaux sociaux

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

Au sommaire de cette édition : la Toile appelle les médias à censurer les vidéos de l’organisation de l’Etat islamique; la tendance du « Book Bucket Challenge » déferle sur le...

En savoir plus

13/09/2014 Réseaux sociaux

Le web révolutionne le journalisme d'investigation

Et si l'avenir du journalisme d'investigation passait par le web ? "Enquête ouverte" est le premier site français qui utilise le "crowdsourcing" pour recueillir de nouvelles...

En savoir plus

15/09/2014 Réseaux sociaux

La Toile réagit à l'exécution de David Haines

Au sommaire de cette édition : la Toile fait part de son émotion après l’exécution de David Haines; les responsables politiques philippins sont invités à prendre les transports...

En savoir plus