Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Amériques

La CIA et le FBI ont-ils sous-estimé la dangerosité des frères Tsarnaev ?

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/04/2013

Certains parlementaires américains critiquent les services de renseignement qui ont avoué avoir été prévenus par Moscou de la dangerosité potentielle de Tamerlan Tsarnaev, l'un des frères suspectés de l'attentat de Boston.

Y a-t-il eu un manquement des services de renseignement américains dans l’évaluation de la dangerosité des frères Tsarnaev ? C’est en tout cas l'hypothèse défendue par certains parlementaires américains depuis qu’un responsable du renseignement a révélé mercredi 24 avril que la CIA avait été alertée par Moscou en septembre 2011sur la menace potentielle que représentait Tamerlan Tsarnaev.

"La CIA a demandé à l'automne 2011 qu'il soit placé sur la liste des personnes à surveiller", a affirmé un responsable américain du renseignement.

Le FBI sous le feu des critiques

Une révélation qui tombe au plus mal pour l’agence antiterroriste américaine. D'autant plus que le FBI, le service de renseignement intérieur des États-Unis, est lui aussi sous le feu des critiques après avoir reconnu que les autorités russes lui avaient demandé, en mars 2011 d’enquêter sur Tamerlan Tsarnaev. Aucune preuve n’avait démontré que le jeune Tchétchène constituait une menace réelle pour les États-Unis, avait, à l'époque, plaidé le FBI, après l'avoir interrogé.

"Le FBI n'avait pas lâché l'affaire", a défendu Sean Joyce, directeur adjoint du FBI questionné par le Congrès afin de comprendre pourquoi les activités de Tamerlan Tsarnaev n'ont pas été suivies de plus près. Mais il y a eu, selon lui, un problème de communication avec d'autres agences fédérales. "Je pense que des cloisons [...] ont été reconstruites, probablement de façon involontaire, mais nous devons nous pencher à nouveau sur ce problème et faire en sorte que l'information circule librement", a-t-il expliqué

L'efficacité des services antiterroristes remises en question

Plusieurs parlementaires américains s’interrogent en effet sur l'efficacité des communications entre les deux services de sécurité dans cette affaire. Comment, après deux alertes de Moscou à six mois d’intervalle, les services antiterroristes n’ont-ils pas étroitement surveillé Tamerlan Tsarnaev ?

"La CIA a partagé toutes les informations fournies par le gouvernement étranger" avec les autres agences fédérales, s’est défendu un responsable américain. Le nom de Tamerlan était bien inscrit sur une liste secrète de personnes susceptibles d’être des terroristes en puissance nommée "Terrorist Identities Datamart Environment" (TIDE).

Mais cette liste TIDE, qui permet de repérer les personnes à surveiller notamment lorsqu’elles prennent l’avion pour l’étranger, contient un demi-million de noms ! Elle n’inclut pas une surveillance automatique ni une interdiction de vol. Ce qui explique sans doute que le jeune Tchétchène qui avait été repéré lors de son départ en Russie au début de l’année 2012, n'a pas été inquiété. Tamerlan n’était pas inscrit sur une liste noire, comme la "Selectee List", qui entraîne des mesures de vérification accrues envers ces personnes dans les aéroports.

Toutes les enquêtes sur Tamerlan ont été closes

Le hic reste que, cinq mois et 13 jours plus tard, à son retour de Russie, "toutes les enquêtes à son sujet avaient été closes", a reconnu mardi la secrétaire à la Sécurité intérieure, Janet Napolitano. Le retour de Tamerlan était même passé inaperçu. Selon l’agence Reuters, "il a été automatiquement rétrogradé dans la base de données du bureau des douanes en l'absence d'information nouvelle nécessitant un suivi particulier (...) Il n'y a pas eu d'alerte, sans doute parce que le FBI ne l'avait pas identifié comme une menace après l'avoir interrogé."

Djokhar Tsarnaev, 19 ans, le frère cadet de Tamerlan, a été inculpé lundi 22 avril, pour sa participation présumée à l'attentat du marathon de Boston qui a fait 3 morts et plus de 200 blessés le 15 avril. Il a raconté aux enquêteurs que c'est son frère aîné qui était à l'origine de l'attentat car il "voulait empêcher l'islam d'être attaqué", selon CNN.

Avec dépêches
 

Première publication : 25/04/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Attentat de Boston : les parents Tsarnaev interrogés au Daguestan

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Merah et Tsarnaev, les loups solitaires du djihadisme

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Djokhar Tsarnaev impute la responsabilité de l'attentat de Boston à son frère

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)