Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Effrayer, semer la zizanie, recruter"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • L'armée israélienne tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois adolescents

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

EUROPE

Le président serbe s'excuse "à genoux" pour le massacre de Srebrenica

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/04/2013

Le président serbe Tomislav Nikolic s'est excusé "à genoux" pour le massacre de Srebrenica dans une interview qui sera diffusée le 7 mai mais dont des extraits sont déjà disponibles. Une volte-face inattendue.

"Je m'agenouille et demande que la Serbie soit pardonnée pour le crime commis à Srebrenica." La phrase prononcée par le président serbe Tomislav Nikolic est historique. Comme en atteste cet extrait d'une interview qui sera diffusée le 7 mai par la télévision d'État bosnienne (BHT) (voir vidéo ci-dessous), le président serbe s’est donc solennellement excusé pour les crimes commis à Srebrenica en juillet 1995 par les forces serbes - un massacre qui avait été qualifié de génocide par la justice internationale.

Un geste d’autant plus fort que le président serbe avait provoqué en juin dernier une vive émotion en Bosnie et dans les pays occidentaux en déclarant dans une interview, au lendemain de son investiture, qu'"il n'y a pas eu de génocide à Srebrenica". Dans l'interview à la BHT, Tomislav Nikolic s'est en revanche interrompu pendant son discours avant de reprendre et de remplacer le mot "génocide" par celui de "crime".

VIDEO - Un extrait de l'interview du président serbe Nikolic qui sera diffusée le 7 mai



En juillet 1995, vers la fin du conflit inter-communautaire de Bosnie (1992-1995), les forces serbes de Bosnie ont massacré près de 8 000 musulmans à Srebrenica, le pire massacre commis en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

La présidente de la principale association des mères de Srebrenica, Munira Subasic, a déclaré à l'AFP ne "pas être convaincue de la sincérité" des propos de Tomislav Nikolic. "Nous n'avons pas besoin que quelqu'un se mette à genoux pour demander pardon. Nous voulons entendre le président serbe et la Serbie prononcer le mot génocide. C'est seulement alors que nous allons croire que c'est un geste sincère", a-t-elle déclaré. "Parce que c'est quoi un 'crime', comme le dit monsieur Nikolic ? C'est aussi le vol d'un sac à main. Nous avons besoin que la Serbie accepte les jugements de la justice internationale", a-t-elle ajouté.

FRANCE  24 avec dépêches

Première publication : 25/04/2013

  • DIPLOMATIE

    La Serbie et le Kosovo décident de normaliser leurs relations

    En savoir plus

  • CROATIE

    La Croatie laisse éclater sa joie après l'acquittement de deux généraux par le TPIY

    En savoir plus

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    Face à ses juges, Karadzic se présente comme un artisan de la paix

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)