Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait pas d'ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

EUROPE

Le président serbe s'excuse "à genoux" pour le massacre de Srebrenica

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/04/2013

Le président serbe Tomislav Nikolic s'est excusé "à genoux" pour le massacre de Srebrenica dans une interview qui sera diffusée le 7 mai mais dont des extraits sont déjà disponibles. Une volte-face inattendue.

"Je m'agenouille et demande que la Serbie soit pardonnée pour le crime commis à Srebrenica." La phrase prononcée par le président serbe Tomislav Nikolic est historique. Comme en atteste cet extrait d'une interview qui sera diffusée le 7 mai par la télévision d'État bosnienne (BHT) (voir vidéo ci-dessous), le président serbe s’est donc solennellement excusé pour les crimes commis à Srebrenica en juillet 1995 par les forces serbes - un massacre qui avait été qualifié de génocide par la justice internationale.

Un geste d’autant plus fort que le président serbe avait provoqué en juin dernier une vive émotion en Bosnie et dans les pays occidentaux en déclarant dans une interview, au lendemain de son investiture, qu'"il n'y a pas eu de génocide à Srebrenica". Dans l'interview à la BHT, Tomislav Nikolic s'est en revanche interrompu pendant son discours avant de reprendre et de remplacer le mot "génocide" par celui de "crime".

VIDEO - Un extrait de l'interview du président serbe Nikolic qui sera diffusée le 7 mai



En juillet 1995, vers la fin du conflit inter-communautaire de Bosnie (1992-1995), les forces serbes de Bosnie ont massacré près de 8 000 musulmans à Srebrenica, le pire massacre commis en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

La présidente de la principale association des mères de Srebrenica, Munira Subasic, a déclaré à l'AFP ne "pas être convaincue de la sincérité" des propos de Tomislav Nikolic. "Nous n'avons pas besoin que quelqu'un se mette à genoux pour demander pardon. Nous voulons entendre le président serbe et la Serbie prononcer le mot génocide. C'est seulement alors que nous allons croire que c'est un geste sincère", a-t-elle déclaré. "Parce que c'est quoi un 'crime', comme le dit monsieur Nikolic ? C'est aussi le vol d'un sac à main. Nous avons besoin que la Serbie accepte les jugements de la justice internationale", a-t-elle ajouté.

FRANCE  24 avec dépêches

Première publication : 25/04/2013

  • DIPLOMATIE

    La Serbie et le Kosovo décident de normaliser leurs relations

    En savoir plus

  • CROATIE

    La Croatie laisse éclater sa joie après l'acquittement de deux généraux par le TPIY

    En savoir plus

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    Face à ses juges, Karadzic se présente comme un artisan de la paix

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)