Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Nigeria attend dans la fébrilité les résultats de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Départementales: un humour déplacé ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Antonio Costa : "Avec l'Euro, il y a quelques gagnants mais beaucoup de perdants"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Évasion fiscale : l'Europe joue la transparence... jusqu'au bout ?

En savoir plus

FOCUS

Royaume Uni : les communautés musulmanes sont-elles bien intégrées ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : faut-il sanctionner les prostituées ou leurs clients?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Palestine s'apprête à adhérer à la CPI

En savoir plus

BILLET RETOUR

Un vent de liberté souffle sur le Koweït

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Agriculture : faire face à l'élevage intensif

En savoir plus

Asie - pacifique

Effondrement à Dacca : les secouristes continuent d'extraire des survivants

© AFP

Vidéo par Ludovic de Foucaud

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/04/2013

Les secouristes bangladais ont retrouvé, ce vendredi, 45 survivants supplémentaires dans les décombres de l'immeuble de huit étages qui s'est effondré mercredi à Dacca. Ce drame avait entraîné la mort de plus de 270 personnes.

Une bonne nouvelle dans l’horreur : vendredi, les secours ont extrait 45 rescapés supplémentaires des décombres d'un immeuble de huit étages qui s'est effondré mercredi près de la capitale du Bangladesh, Dacca, tuant plus de 270 personnes, selon le dernier bilan officiel.

Le bâtiment, le Rana Plaza, qui abritait cinq ateliers de confection liés à la marque espagnole Mango et anglaise Primark, s'est effondré comme un château de cartes. Il s'agit du pire accident dans l'histoire industrielle de ce pays défavorisé qui a fait du secteur textile le pivot de son économie.

"Nous avons secouru 45 personnes aujourd'hui, dont 41 ont été trouvées au même endroit, vivantes" dans les gravats du quatrième étage de l'édifice, a annoncé à l'AFP le responsable national des pompiers, Ahmed Ali. "Nous avons localisé entre 20 et 25 personnes supplémentaires dans un autre endroit mais il est très difficile de les atteindre. Ils sont toujours en vie", a-t-il ajouté.

Les conditions de recherches sont très dures. "L'odeur est fétide, cela donne parfois envie de vomir. Il est difficile de travailler ici plus de 20 minutes d'affilée", témoigne Mohammad Tareq, employé d'un atelier qui s'est joint aux centaines de volontaires à pied d'œuvre jour et nuit. Certains attendent toujours des nouvelles de leurs proches disparus. "Je n'ai pas retrouvé mon fils", se lamente une mère de famille, après avoir inspecté les derniers corps arrachés à l'amas de béton et d'acier tordu.

Des fissures dans le bâtiment

Selon un officier supérieur de police, la grande majorité des victimes sont des femmes. La catastrophe a relancé la polémique sur la sécurité dans l'industrie textile fournissant des marques occidentales.

La catastrophe aurait-elle pu être évitée ? Des ouvriers du textile travaillant au sein du bâtiment s'étaient publiquement inquiétés la veille de fissures. Leurs responsables avaient pourtant ignoré les mises en garde, leur enjoignant de continuer le travail.

Les propriétaires des lieux sont introuvables depuis le drame. Mais la Première ministre du Bangladesh a promis jeudi que les responsables, en fuite, seraient pourchassés et punis. "Ceux qui sont impliqués, particulièrement le propriétaire qui a forcé les ouvriers à travailler là seront punis", a déclaré devant le Parlement Sheikh Hasina. "Où qu'il soit, nous le trouverons et nous le traînerons devant la justice.

Des dizaines de milliers d'ouvriers ont débrayé jeudi en signe de solidarité, provoquant la fermeture de centaines d'usines, tandis que les drapeaux étaient en berne pour une journée de deuil national.

En novembre 2012, un incendie dans une usine textile fournissant notamment l'américain Walmart avait fait 111 morts à la périphérie de Dacca. Selon des ouvriers, leurs responsables avaient demandé aux travailleurs de rester à leur poste en affirmant qu'il ne s'agissait que d'un exercice d'alerte incendie.

Avec dépêches

Première publication : 26/04/2013

  • BANGLADESH

    Un sabotage à l'origine de l'incendie d'une usine textile de Dacca

    En savoir plus

  • BANGLADESH

    Incendie meurtrier de Dacca : ces grandes marques qui "ne savaient pas"

    En savoir plus

  • BANGLADESH

    Un incendie dans une usine de textile fait une centaine de morts à Dacca

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)