Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement.

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Puppa Lek Sen, héritier du reggae africain

En savoir plus

FOCUS

Proche-Orient : l’essor du tourisme politique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Tensions entre Grecs et réfugiés sur l’île de Chios

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le plan pour l'islam de France

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

États-Unis : Yellen promet une hausse progressive des taux, les marchés réagissent

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

Asie - pacifique

Les Sud-Coréens quittent à leur tour le site industriel de Kaesong

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/04/2013

Pyongyang a rejeté vendredi l'offre de dialogue de Séoul, la qualifiant d'ultimatum "malhonnête". En réaction, la Corée du Sud a appelé tous ses ressortissants à quitter le site de Kaesong, situé en territoire nord-coréen, "pour leur sécurité".

La Corée du Sud a appelé vendredi au retour de tous les Sud-Coréens restés sur le site industriel intercoréen de Kaesong, en territoire nord-coréen, depuis sa fermeture de facto par Pyongyang le 3 avril, en réponse au refus du régime communiste de renouer le dialogue sur ce dossier.

"Le gouvernement a pris la décision inévitable de retirer toutes les personnes demeurant (à Kaesong) pour leur propre sécurité", a déclaré le ministre sud-coréen de l'Unification, Ryoo Kihl-Jae, au cours d'une conférence de presse.

"La Corée du Nord doit garantir le retour en toute sécurité de notre personnel et protégrer les intérêts des entreprises présentes à Kaesong", a-t-il ajouté.

La Corée du Sud avait donné jeudi 24 heures au régime nord-coréen pour accepter son offre de dialogue faute de quoi il s'exposait à des "mesures significatives".

Mais la Corée du Nord a fait savoir vendredi qu'elle rejetait l'ultimatum "malhonnête" et imputé à Séoul la responsabilité de la fermeture du site qui se trouve selon elle "au bord de l'effondrement".

"Si les marionnettes sud-coréennes continuent d'aggraver la situation, il nous reviendra de prendre des mesures finales et graves", a déclaré la Commission de défense nationale nord-coréenne, citée par l'agence de presse sud-coréenne Yonhap.

Le Nord interdit aux Sud-Coréens l'accès au complexe de Kaesong, situé sur son territoire à une dizaine de kilomètres de la frontière, depuis le 3 avril. Il en a retiré ses 53.000 employés alors que les tensions étaient très vives dans la péninsule.

La grande majorité des 850 employés sud-coréens de Kaesong n'est pas retournée depuis mais 170 sont restés pour veiller sur les installations des 123 entreprises concernées.

Unique reliquat des efforts de rapprochement intercoréen, après le gel des relations bilatérales en 2010, Kaesong est toujours resté ouvert à de rares et brèves exceptions près.

AFP

Première publication : 26/04/2013

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    Pyongyang retire ses employés du complexe industriel de Kaesong

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Barack Obama exhorte Pyongyang à renoncer à son "attitude agressive"

    En savoir plus

  • CORÉES

    Séoul relève son niveau d'alerte militaire face aux menaces du Nord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)