Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

MOOC, selfie ou enverdeur : le vocabulaire nouveau est arrivé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Start-up, la tentation de l'étranger

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Un tournant dans la crise ukrainienne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Virus Ebola et budget français : psychose et combat diplomatique

En savoir plus

SUR LE NET

Ebola : une campagne contre la stigmatisation des Africains

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le fardeau d'une nation"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

TECH 24

Evgeny Morozov, l'anti-conformiste du Web

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

Asie - pacifique

Les Sud-Coréens quittent à leur tour le site industriel de Kaesong

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/04/2013

Pyongyang a rejeté vendredi l'offre de dialogue de Séoul, la qualifiant d'ultimatum "malhonnête". En réaction, la Corée du Sud a appelé tous ses ressortissants à quitter le site de Kaesong, situé en territoire nord-coréen, "pour leur sécurité".

La Corée du Sud a appelé vendredi au retour de tous les Sud-Coréens restés sur le site industriel intercoréen de Kaesong, en territoire nord-coréen, depuis sa fermeture de facto par Pyongyang le 3 avril, en réponse au refus du régime communiste de renouer le dialogue sur ce dossier.

"Le gouvernement a pris la décision inévitable de retirer toutes les personnes demeurant (à Kaesong) pour leur propre sécurité", a déclaré le ministre sud-coréen de l'Unification, Ryoo Kihl-Jae, au cours d'une conférence de presse.

"La Corée du Nord doit garantir le retour en toute sécurité de notre personnel et protégrer les intérêts des entreprises présentes à Kaesong", a-t-il ajouté.

La Corée du Sud avait donné jeudi 24 heures au régime nord-coréen pour accepter son offre de dialogue faute de quoi il s'exposait à des "mesures significatives".

Mais la Corée du Nord a fait savoir vendredi qu'elle rejetait l'ultimatum "malhonnête" et imputé à Séoul la responsabilité de la fermeture du site qui se trouve selon elle "au bord de l'effondrement".

"Si les marionnettes sud-coréennes continuent d'aggraver la situation, il nous reviendra de prendre des mesures finales et graves", a déclaré la Commission de défense nationale nord-coréenne, citée par l'agence de presse sud-coréenne Yonhap.

Le Nord interdit aux Sud-Coréens l'accès au complexe de Kaesong, situé sur son territoire à une dizaine de kilomètres de la frontière, depuis le 3 avril. Il en a retiré ses 53.000 employés alors que les tensions étaient très vives dans la péninsule.

La grande majorité des 850 employés sud-coréens de Kaesong n'est pas retournée depuis mais 170 sont restés pour veiller sur les installations des 123 entreprises concernées.

Unique reliquat des efforts de rapprochement intercoréen, après le gel des relations bilatérales en 2010, Kaesong est toujours resté ouvert à de rares et brèves exceptions près.

AFP

Première publication : 26/04/2013

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    Pyongyang retire ses employés du complexe industriel de Kaesong

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Barack Obama exhorte Pyongyang à renoncer à son "attitude agressive"

    En savoir plus

  • CORÉES

    Séoul relève son niveau d'alerte militaire face aux menaces du Nord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)