Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Asie - pacifique

Les Sud-Coréens quittent à leur tour le site industriel de Kaesong

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/04/2013

Pyongyang a rejeté vendredi l'offre de dialogue de Séoul, la qualifiant d'ultimatum "malhonnête". En réaction, la Corée du Sud a appelé tous ses ressortissants à quitter le site de Kaesong, situé en territoire nord-coréen, "pour leur sécurité".

La Corée du Sud a appelé vendredi au retour de tous les Sud-Coréens restés sur le site industriel intercoréen de Kaesong, en territoire nord-coréen, depuis sa fermeture de facto par Pyongyang le 3 avril, en réponse au refus du régime communiste de renouer le dialogue sur ce dossier.

"Le gouvernement a pris la décision inévitable de retirer toutes les personnes demeurant (à Kaesong) pour leur propre sécurité", a déclaré le ministre sud-coréen de l'Unification, Ryoo Kihl-Jae, au cours d'une conférence de presse.

"La Corée du Nord doit garantir le retour en toute sécurité de notre personnel et protégrer les intérêts des entreprises présentes à Kaesong", a-t-il ajouté.

La Corée du Sud avait donné jeudi 24 heures au régime nord-coréen pour accepter son offre de dialogue faute de quoi il s'exposait à des "mesures significatives".

Mais la Corée du Nord a fait savoir vendredi qu'elle rejetait l'ultimatum "malhonnête" et imputé à Séoul la responsabilité de la fermeture du site qui se trouve selon elle "au bord de l'effondrement".

"Si les marionnettes sud-coréennes continuent d'aggraver la situation, il nous reviendra de prendre des mesures finales et graves", a déclaré la Commission de défense nationale nord-coréenne, citée par l'agence de presse sud-coréenne Yonhap.

Le Nord interdit aux Sud-Coréens l'accès au complexe de Kaesong, situé sur son territoire à une dizaine de kilomètres de la frontière, depuis le 3 avril. Il en a retiré ses 53.000 employés alors que les tensions étaient très vives dans la péninsule.

La grande majorité des 850 employés sud-coréens de Kaesong n'est pas retournée depuis mais 170 sont restés pour veiller sur les installations des 123 entreprises concernées.

Unique reliquat des efforts de rapprochement intercoréen, après le gel des relations bilatérales en 2010, Kaesong est toujours resté ouvert à de rares et brèves exceptions près.

AFP

Première publication : 26/04/2013

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    Pyongyang retire ses employés du complexe industriel de Kaesong

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Barack Obama exhorte Pyongyang à renoncer à son "attitude agressive"

    En savoir plus

  • CORÉES

    Séoul relève son niveau d'alerte militaire face aux menaces du Nord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)