Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Le scrutin algérien s'achève sur fond de violences

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

FRANCE

Le Parti socialiste fustige "l'intransigeance égoïste" d'Angela Merkel

© afp

Vidéo par France 2

Texte par Aude MAZOUÉ

Dernière modification : 27/04/2013

Dans un argumentaire de 21 pages publié ce vendredi, le PS s'indigne de la politique de rigueur imposée à l'Europe par la chancelière allemande. Un discours "germanophobe" susceptible de durcir la relation entre les deux pays, accuse la droite.

La tension monte entre Paris et Berlin. Le Parti socialiste (PS) français a dénoncé, ce vendredi 26 avril, "l'intransigeance égoïste" d’Angela Merkel et a appelé à "l'affrontement démocratique" contre l'Allemagne dans un texte publié sur le site Lemonde.fr. L’argumentaire de 21 pages lance une virulente charge contre la politique de rigueur menée par la chancelière allemande.

"Les marchés avant les peuples"

"Le projet communautaire est aujourd'hui meurtri par une alliance de circonstance entre les accents thatchériens de l'actuel Premier ministre britannique - qui ne conçoit l'Europe qu'à la carte et au rabais - et l'intransigeance égoïste de la chancelière Merkel - qui ne songe à rien d'autre qu'à l'épargne des déposants outre-Rhin, à la balance commerciale

enregistrée par Berlin et à son avenir électoral", peut-on ainsi lire dans le document. "Les marchés avant les peuples", est-il également mentionné.

Le texte, coordonné par le député Jean-Christophe Cambadélis, vice-président du Parti socialiste européen (PSE), sera soumis aux militants à l’occasion de la Convention du parti sur l'Europe, prévue le 16 juin.

Les ténors du PS sonnent la charge

Les membres du Parti socialiste n’ont pas attendu la publication de ce "document de travail" pour exprimer les griefs qu’ils ont à l'égard de la politique d’austérité de Berlin. Claude Bartolone, le président de l'Assemblée nationale, a fait savoir, jeudi 25 avril dans le journal Le Monde, qu’il souhaitait une position politique plus ferme vis-à-vis de l’Allemagne. "Il [François Hollande] appelle ça la 'tension amicale'. Pour moi, c'est la tension tout court et, s'il le faut, la confrontation", affirme-t-il dans cet entretien, reprenant ainsi des thèmes chers au Front de gauche. Le socialiste craint que la poursuite d'une politique de rigueur n'entraîne le triomphe des partis populistes dans toute l'Europe lors des élections européennes de 2014 et, en France, lors des élections municipales, qui auront également lieu l'an prochain. 

Un peu plus tôt dans la semaine déjà, le président du groupe socialiste au Sénat, François Rebsamen, avait lui aussi accusé Angela Merkel d’avoir "appauvri les travailleurs allemands", souhaitant que l’Allemagne se montre "plus solidaire" de l’Europe.

Au PS, on se défend toutefois de vouloir casser l’amitié franco-allemande. "Le texte rédigé par le PS ainsi que les critiques portées contre la politique d’Angela Merkel n’ont rien de germanophobes, assure un membre du parti à FRANCE 24. "Il s’agit de critiques purement amicales", précise t-il.

"Cette germanophobie est outrancière et dangereuse"

À l’UMP, on ne manque évidemment pas de déplorer ces attaques socialistes

anti-allemandes. "Les déclarations agressives du PS s’apparentent à une forme de germanophobie", s’inquiète ainsi le député de l'Yonne et secrétaire national de l'UMP, Guillaume Larrivé, dans un entretien accordé à FRANCE 24. "À l’heure où la France connaît un taux d’endettement record, on devrait s’inspirer des vertus du système allemand plutôt que d’insulter ce pays", fulmine l’élu de droite. "Cette germanophobie outrancière est très dangereuse pour la France", conclut-il.

François Fillon, en visite à Berlin ce vendredi, s'est également exprimé sur le sujet. L’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy s'est ainsi inquiété du fait que le ton entre les dirigeants français et allemands pourrait se durcir davantage encore après les élections législatives qui doivent avoir lieu en septembre outre Rhin si Angela Merkel est reconduite dans ses fonctions. Et celui-ci d'ajouter que la relation franco-allemande a "rarement" été aussi mauvaise. François Fillon, qui s'est notamment entretenu avec le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a estimé que ses interlocuteurs s'étaient montrés "inquiets sur la relation (franco-allemande), inquiets sur les perspectives économiques françaises et inquiets sur le risque de voir la France tentée par une politique anti-allemande".

L'Élysée prend du recul

Du côté de l’Élysée, on préfère relativiser. "C'est le PS qui s'exprime" et non les autorités françaises, nuance l’entourage de François Hollande. C'est le "jeu politique" normal, les conservateurs allemands ne sont pas en reste pour critiquer la politique de François Hollande, assurent, de leur côté, des proches du président.

CONVENTION EUROPE DU PARTI SOCIALISTE – AVRIL 2013

Convention Europe Vde_f by Helene Bekmezian

Première publication : 26/04/2013

  • ZONE EURO

    Pour Montebourg, l'ombre de Merkel plane sur l'élection italienne

    En savoir plus

  • FRANCE - ALLEMAGNE

    Pour Hollande, l'amitié franco-allemande doit "montrer la voie" au reste de l'UE

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    À l'occasion de ses vœux, Angela Merkel prévoit une année 2013 difficile

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)