Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Culture

La famille Pinault va restituer deux bronzes rares à la Chine

© FRANCOIS GUILLOT / AFP | L'un des bronzes, lors de la vente aux enchères de 2009

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/04/2013

Deux bronzes impériaux provenant du pillage du Palais d'été de Pékin, en 1860, avaient créé une vive polémique lors de leur mise aux enchères à Paris, en 2009. La famille Pinault, propriétaire des deux œuvres, a décidé de les restituer à la Chine.

En 1860, le Palais d’Eté de Pékin était pillé par une expédition militaire franco-britannique. Un siècle et demi plus tard, des pièces vont être restituées à la Chine : deux têtes d’animaux en bronze de l’époque de l’empereur Qianlong (1736-1795). En 2009, lors de la mise aux enchères de ces pièces à l'occasion de la dispersion de la collection d’art Yves Saint Laurent-Pierre Bergé à Paris, l'affaire était devenue un sujet de contentieux entre Paris et Pékin.

© FRANCOIS GUILLOT / AFP

La Chine avait engagé une action en justice contre la maison d'enchères Christie's pour l'empêcher de proposer les pièces à la vente. En vain. La tête de rat et la tête de lapin avaient été adjugées pour 14 millions d'euros chacune à un acheteur anonyme.

Signe d'amitié envers Pékin

Le mois suivant, coup d'éclat : l’acheteur s'était identifié publiquement comme Cai Mingchao, expert auprès du Fonds des trésors nationaux, fondation de droit privé chargée de racheter à l'étranger les œuvres d'art chinoises. Il avait annoncé que le prix de la vente ne serait pas réglé.

La famille Pinault avait depuis racheté ces deux pièces pour un montant qui n'a pas été révélé. Elle a annoncé  vendredi vouloir restituer les deux têtes d’animaux à Pékin en signe d’amitié. Le PDG du groupe PPR, François-Henri Pinault, a annoncé ce geste au président chinois Xi Jinping lors du dîner d'État donné jeudi à Pékin à l'occasion de la visite de François Hollande. Le PDG de PPR fait partie de la délégation d'une soixantaine de patrons qui accompagne François Hollande pour sa première visite en Chine.

FRANCE 24 avec dépêches

 

Première publication : 26/04/2013

  • FRANCE

    La vente controversée des masques hopis rapporte plus de 900 000 euros

    En savoir plus

  • ART

    Le Louvre préempte un buste de Bouchardon adjugé pour 3,75 millions d'euros

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les devoirs d'anglais de Napoléon adjugés 325 000 euros à un musée parisien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)