Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Du neuf dans un nouveau monde"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Incertitudes autour de la politique économique de Trump

En savoir plus

Culture

Un tribunal annule la condamnation pour blasphème du pianiste turc Fazil Say

© DR | Photo de Fazil Say sur son site internet.

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 26/04/2013

Un tribunal d'Istanbul a annulé la condamnation à 10 mois de prison avec sursis du pianiste turc Fazil Say, jugé pour insultes envers l'islam. Un nouveau procès devra trancher ultérieurement sur le fond de l'affaire.

Un tribunal d’Istanbul a annulé la peine de prison prononcée à l’encontre du pianiste turc Fazil Say le 15 avril dernier, d'après l'agence de presse Anatolie.

Le tribunal avait condamné le pianiste à dix mois de prison avec sursis, peine qui serait suspendue si, dans les cinq années à venir, le pianiste âgé de 43 ans ne proférait pas de nouvelles "insultes [contre les] valeurs religieuses d'une partie de la population". Saisie en appel par les avocats du pianiste, la 28e Cour criminelle d’Istanbul a estimé, ce vendredi, que la décision du précédent tribunal souffrait de vices de procédure sur les conditions de cette période probatoire et a prononcé l'annulation de la peine.

Cette décision judiciaire ouvre la voie à un nouveau procès au cours duquel l’affaire sera à nouveau tranchée sur le fond.

Malaise en Turquie

Fazil Say est poursuivi à la suite d'une plainte déposée par trois citoyens turcs pour avoir repris sur Twitter des vers du poète persan du XIe siècle Omar Khayyam - réputé pour son épicurisme bien éloigné des dogmes de l’islam rigoriste - et pour avoir raillé un imam lors de son appel à la prière à Istanbul.

Il s'était ému de sa condamnation, y voyant une dérive du pouvoir islamiste en Turquie. "Davantage que pour ma personne, cette condamnation, alors que je n'ai commis aucun crime, est inquiétante pour la liberté de convictions et d'expression en Turquie", a-t-il notamment déclaré à l'issue de son procès, le 15 avril.

Le vice-Premier ministre du gouvernement islamo-conservateur au pouvoir en Turquie depuis 2002, Bülent Arinç, avait approuvé le jugement, estimant que "si vous insultez les croyances des autres, cela requiert une sanction pénale".

Première publication : 26/04/2013

  • TURQUIE

    Le pianiste turc Fazil Say condamné pour blasphème envers l'islam

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Le pianiste turc Fazil Say, athée militant, comparaît pour blasphème

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)