Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

EUROPE

Enrico Letta réussit à former un gouvernement de coalition

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/04/2013

Le président du Conseil désigné a annoncé, samedi, la formation d'un gouvernement italien, qui rassemble tous les bords politiques, et dont le numéro deux est un proche de Berlusconi. La prestation de serment a lieu ce dimanche.

Après deux mois d'impasse, un nouveau gouvernement est enfin né en Italie. De dirigeants de la gauche au dauphin de Silvio Berlusconi, en passant par un ex-préfet centriste et une militante féministe du Parti radical : le nouveau gouvernement italien, qui compte 21 membres dont sept femmes, rassemble des personnalités de tous bords politiques.

Un choix audacieux et risqué

Une hétérogénéité qui laisse planer quelques interrogations sur la "plus grande cohésion" souhaitée par le chef de l'État.

Voici quelques-unes des principales personnalités de ce nouveau gouvernement :

- Enrico Letta, président du Conseil désigné, était jusqu'ici numéro deux du Parti démocrate

(PD), parti de gauche qui n'a eu de cesse d'attaquer son pire ennemi, l'ex-chef du gouvernement Silvio Berlusconi. À 46 ans, c'est l'un des plus jeunes dirigeants de l'Union européenne. Ancien démocrate chrétien, catholique modéré, il a déjà occupé plusieurs postes ministériels

- Angelino Alfano, vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur, 43 ans, est un fidèle d'entre les fidèles de Silvio Berlusoni, qui en a fait son dauphin en le nommant secrétaire de son parti, le Peuple de la Liberté (PDL). Cet avocat spécialisé en droit des affaires a été ministre de la Justice du gouvernement Silvio Berlusconi de 2008 à 2011.

À ce titre, il est à l'origine de la Loi Alfano approuvée le 22 juillet 2008 qui accorde une immunité pénale aux titulaires des quatre postes politiques les plus importants (président de la République, président du Sénat, président de la Chambre des députés et président du Conseil) pendant leur mandat. Cette loi, qui protégeait son mentor des procès à son encontre, fut ensuite abrogée en octobre 2009, car jugée anticonstitutionnelle.

- Fabrizio Saccomanni, ministre de l'Économie et des Finances, 70 ans, directeur général de la Banque d'Italie depuis 2006. Il a concentré son attention sur le chômage et le travail précaire des jeunes ainsi que sur les problèmes du marché du travail. Dans le passé, il a participé aux négociations pour la création de l'euro et a contribué a gérer le passage délicat de la lire à l'euro. Plus récemment, il a dénoncé les craintes, pour lui exagérées, selon lesquelles le fardeau de la dette italienne pourrait conduire un éclatement de la zone euro et a accusé les agences de notation d'outrepasser leur rôle en alimentant inutilement les angoisses des marchés.

De 2003 à 2006, cet économiste a été vice-président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd), où il s'est notamment occupé de gestion des risques, de sécurité nucléaire et de protection de l'environnement.

- Emma Bonino, ministre des Affaires étrangères, 65 ans, est une féministe convaincue, ancienne députée du Parti radical italien, un petit mouvement libéral et contestataire italien. Emprisonnée trois semaines en 1975 pour sa lutte en faveur du droit à l'avortement, cette femme est de tous les combats de société pour la légalisation du divorce, le droit à l'objection de conscience, l'abolition de la peine de mort ou la dépénalisation des drogues douces comme la marijuana.

Ancienne commissaire européenne chargée de l'aide humanitaire, elle assiste impuissante à la chute de Srebenica en Bosnie, "un souvenir atroce", dit-elle, alerte l'opinion sur les réfugiés rwandais, avec un franc-parler qui plaît à la jeunesse italienne lassée des partis politiques traditionnels.

- Anna Maria Cancellieri, ministre de la Justice, 69 ans, était la ministre de l'Intérieur du gouvernement de Mario Monti, qui l'avait appelée à ce poste alors qu'elle était à la retraite. Ancien préfet, elle est connue pour ses batailles contre la criminalité, les infiltrations mafieuses et son intransigeance face à la corruption ou la faillite des finances locales.

En 2010, elle est nommée "commissaire extraordinaire", une sorte de maire par intérim, une première fois à Bologne, dans le centre-nord de l'Italie, et une deuxième à Parme (nord) en 2011, à la suite de divers scandales qui avaient touché ces deux villes de l'Émilie-Romagne.

À Bologne, où elle a été baptisée "la dame de fer avec un gant de velours", son travail a été tellement apprécié que la gauche et la droite pensent à elle pour une candidature au poste de maire. Mais elle rejette toutes les offres. "Maire ? Jamais. Et jamais en politique. Je suis un fonctionnaire de l'État", avait-elle commenté à l'époque.


Avec dépêches

Première publication : 27/04/2013

  • ITALIE

    À peine investi, le président Giorgio Napolitano menace de démissionner

    En savoir plus

  • ITALIE

    Reconduit pour un second mandat, le président Napolitano a prêté serment

    En savoir plus

  • ITALIE

    "La logique serait de former un nouveau gouvernement de technocrates à la Monti"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)