Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol recule sur son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • L'Afrique à Paris !

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

Economie

Un incendie éclate dans les décombres de l'immeuble effondré à Dacca

© AFP

Vidéo par Myriam BOUNAFAA

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/04/2013

Quatre jours après l'effondrement d'un bâtiment abritant des ateliers de confection à Dacca, qui a tué près de 380 personnes, un feu s'est déclaré sur les lieux de la catastrophe. Le propriétaire de l'immeuble a été arrêté.

Un incendie a éclaté dimanche dans les décombres de l'immeuble de Dacca, mettant fin à tout espoir de retrouver de nouveaux survivants dans les ruines. L'effondrement, mercredi, de ce bâtiment de huit étages construit illégalement à Savar, une banlieue de la ville, a fait au moins 379 morts - en majorité des femmes - et plus de 1 200 blessés. Près de 2 500 personnes ont pu être sauvées des débris du Rana Plaza, qui abritait des ateliers de confection travaillant pour de grandes firmes occidentales.

"Le feu a éclaté dans les ruines alors que nous étions en train de couper une poutre pour sortir une femme qui était, croyons-nous, la dernière survivante, a indiqué dimanche le chef des pompiers, Ahmed Ali. Nous sommes arrivés à éteindre l'incendie, mais lorsque nous sommes revenus nous avons vu qu'elle était morte".

"C'était une femme courageuse et elle a lutté jusqu'au bout. Nous avons travaillé pendant 10 à 11 heures pour essayer de la tirer de là vivante. Nous avons relevé le défi mais nous avons perdu. Cela nous a brisé le coeur à tous. Tout le monde a été ému", a-t-il ajouté. La télévision, qui suivait le sauvetage en direct, a montré les pompiers en train de pleurer après la mort de cette dernière survivante. 

Plusieurs arrestations

Selon les autorités, l'immeuble de huit étages avait été bâti sur un sol instable, sans permis de construire valide, et plus de 3 000 travailleurs - majoritairement des jeunes femmes - y ont été envoyés mercredi matin malgré les avertissements concernant la fragilité du bâtiment.

Le propriétaire de l'immeuble, identifié par la police sous le nom de Mohammed Sohel Rana a été arrêté par la police dimanche matin. Il est membre du parti au pouvoir. Samedi les autorités avaient déjà procédé à plusieurs arrestations. Trois propriétaires d'ateliers présents dans le Rana Plaza de Savar, en périphérie de Dacca, ont été ainsi été interpellés pour répondre d'"homicide par négligence". L'un d'eux est Aminul Islam, l'associé d'un Espagnol, David Mayor, considéré comme l'un des principaux suspects et recherché par les autorités.

Ce dernier est le directeur général de Phantom-Tac, une société conjointe à parts égales entre Phantom Apparels (Bangladesh) et Textile Audit Company (Espagne), installée sur plus de 2 000 m2 dans l'immeuble effondré, selon le site internet de la société.

"Il y a peu de chances de trouver d'autres rescapés"

Les autorités espèrent que ces arrestations pourront en partie apaiser la colère des habitants. Vendredi, des heurts violents avaient en effet opposé la police à une foule immense de manifestants à Savar, où le Rana Plaza s'est effondré comme un château de cartes. Des ouvriers ont attaqué des usines, renversé des véhicules, brûlé des pneus sur la route et essayé de mettre le feu à des échoppes le long du parcours de la manifestation de masse, selon un responsable de la police locale. Ils ont aussi obligé des usines textiles à fermer.

La catastrophe a relancé la polémique sur les conditions de travail dans ce secteur - qui emploie essentiellement des femmes travaillant pour moins de 40 dollars par mois pour des marques occidentales. Alors que la plupart des 4 500 usines de textile du Bangladesh étaient déjà à l'arrêt en raison de manifestations d'ouvriers en colère, les entrepreneurs de ce secteur ont décrété les journées de samedi et dimanche fériées, et les syndicats ont lancé un appel à la grève pour dimanche afin d'exiger de meilleures conditions de travail.

Il s'agit du pire accident dans l'histoire industrielle du Bangladesh, pays pauvre d'Asie du Sud qui a fait de la confection textile le pivot de son économie.

Avec dépêches

Première publication : 28/04/2013

  • BANGLADESH

    Effondrement à Dacca : les secouristes continuent d'extraire des survivants

    En savoir plus

  • BANGLADESH

    Un sabotage à l'origine de l'incendie d'une usine textile de Dacca

    En savoir plus

  • BANGLADESH

    Incendie meurtrier de Dacca : ces grandes marques qui "ne savaient pas"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)