Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Asie - pacifique

Nouvelle vague d'attentats contre des candidats laïcs et indépendants aux législatives

© AFP

Vidéo par Georges LAEDERICH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/04/2013

À deux semaines des élections législatives, le mouvement taliban pakistanais TTP a mené une série d'attaques qui a fait au moins vingt morts ce week-end. Principale cible : les locaux de formations laïques et de candidats indépendants.

Une série d'attentats des talibans contre des partis laïcs et des candidats indépendants a fait plus d'une vingtaine de morts ce week-end au Pakistan, à moins de deux semaines d'élections cruciales pour la transition démocratique dans ce géant musulman. Le Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), mouvement des talibans pakistanais, en lutte ouverte contre le pouvoir à Islamabad et hostile à la tenue de ces élections législatives, a multiplié les attentats à travers le pays au cours des derniers jours.

"Ces prétendues élections du 11 mai 2013 se tiendront sous un système laïc et démocratique dans un pays né sous la bannière de l'islam", a déploré dans un communiqué le porte-parole du TTP, Ehsanullah Ehsan. Or, la loi islamique est contraire à la "doctrine laïque de Rousseau, Kant et Bentham", philosophes européens des Lumières, car un "homme ne peut pas être laïc et musulman à la fois", a-t-il souligné avant de revendiquer la majorité des attentats du week-end.

"Les taliban s'opposent à un système démocratique et laïc"



Une bombe a explosé dimanche matin à proximité du local électoral de Noor Akbar Khan, un candidat indépendant dans la zone tribale d'Orakzaï, faisant au moins cinq morts et une vingtaine de blessés. "Le bilan pourrait encore s'alourdir car certains blessés sont dans un état critique", a dit à l'AFP Tanveer Khan, un haut responsable de la police locale.

Quelques minutes plus tard, le local électoral de Nasir Khan Afridi, candidat indépendant dans la zone tribale voisine de Khyber, théâtre d'affrontements sanglants entre les talibans et des milices pro-gouvernementales, a fait au moins trois victimes, selon les autorités.

Les zones tribales semi-autonomes du nord-ouest pakistanais, situées à la lisière de l'Afghanistan, servent de repaire aux talibans et à d'autres groupes liés à Al-Qaïda.

De nombreuses personnes ayant fui les violences dans ces zones reculées se sont réfugiées à proximité de Peshawar, grande ville du nord-ouest pakistanais. Des candidats dans les zones tribales ont donc des bureaux dans la grande région de Peshawar afin d'encourager les personnes déplacées par les violences à voter aux élections. Ce sont les locaux des deux candidats indépendants dans la région de Peshawar qui ont été visés dimanche.

Un chapelet d'attentats à Karachi

A Karachi, la métropole économique située dans le sud du pays, les trois partis laïcs membres de la coalition sortante - le Parti du peuple pakistanais (PPP), le parti national Awami (ANP) et le Muttahida Qaumi Movement (MQM) - ont fait les frais d'attentats ayant fauché une quinzaine de vies ce week-end.

Le plus meurtrier d'entre eux a fait dix morts vendredi soir contre les bureaux de l'ANP, une petite formation laïque solidement ancrée au sein de l'ethnie Pachtoune, dont est aussi issue la majorité des talibans.

Au moins 55 personnes ont été tuées depuis le 11 avril dans des attentats liés à la campagne électorale au Pakistan. L'organisation Amnesty International a appelé les autorités pakistanaises à enquêter sur ces violences pré-électorales qui limitent la capacité des partis à faire campagne et pourraient décourager des électeurs le jour du scrutin.

Le chef de la principale force d'opposition, Nawaz Sharif, prend la parole derrière des vitres pare-balles lors de rassemblements, alors que l'ex-gloire du cricket Imran Khan, à la tête d'un parti en pleine ascension, a dû annuler un meeting prévu le 1er mai à Karachi en raison des menaces d'attentats.

Quant à Bilawal Bhutto Zardari du PPP, fils de la défunte Première ministre Benazir Bhutto et du président Asif Ali Zardari, il n'a pris part à aucun bain de foule en raison de ces menaces des insurgés.

AFP

 

Première publication : 28/04/2013

  • PAKISTAN

    La détention préventive de Musharraf prolongée de deux semaines

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    L'ex-président pakistanais Pervez Musharraf placé en résidence surveillée

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)