Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Valls à la chasse aux milliards

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le retour de Wade à Dakar : La polémique enfle

En savoir plus

DÉBAT

Plan d'économies de Valls : la France sur la voie de la stabilité ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Plan d'économies de Valls : la France sur la voie de la stabilité ? (Partie 1)

En savoir plus

SUR LE NET

Ukraine : une carte de visite détournée sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes : toujours les mêmes ?

En savoir plus

FOCUS

Copenhague veut gérer la distribution de cannabis

En savoir plus

DÉBAT

Fatah / Hamas : Peut-on croire à la réconciliation ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Économies : le plan Valls fait débat au sein de la majorité

En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense entre le Japon et les États-Unis

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • RD Congo : plus de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Cinéma : “Noor”, le transsexuel pakistanais qui voulait redevenir un homme

    En savoir plus

  • Les frères ennemis Hamas et Fatah scellent leur réconciliation

    En savoir plus

  • Ligue des champions : avantage pour le Real Madrid vainqueur du Bayern Munich

    En savoir plus

  • Pour Tony Blair, le véritable ennemi de l’Occident est l’islam radical

    En savoir plus

  • Deux policiers tués à Nairobi dans un attentat à la voiture piégée

    En savoir plus

  • Thomas Piketty, l'économiste français superstar outre-Atlantique

    En savoir plus

  • Djihadistes français en Syrie : le réveil tardif de la France

    En savoir plus

  • Erdogan présente ses condoléances aux petits-enfants d'Arméniens tués en 1915

    En savoir plus

  • Un entraîneur de foot français porte plainte contre l’émir du Qatar

    En savoir plus

  • Le mariage pour tous fête son premier anniversaire

    En savoir plus

  • Le patron du Facebook russe s’exile pour échapper à l'œil de Moscou

    En savoir plus

  • Pourquoi Kiev peine à relancer son offensive anti-séparatiste

    En savoir plus

  • Ces islamistes du Mujao qui considèrent la France comme leur ennemie

    En savoir plus

  • En images : scènes de guerre urbaine à Copacabana

    En savoir plus

Asie - pacifique

Nouvelle vague d'attentats contre des candidats laïcs et indépendants aux législatives

© AFP

Vidéo par Georges LAEDERICH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/04/2013

À deux semaines des élections législatives, le mouvement taliban pakistanais TTP a mené une série d'attaques qui a fait au moins vingt morts ce week-end. Principale cible : les locaux de formations laïques et de candidats indépendants.

Une série d'attentats des talibans contre des partis laïcs et des candidats indépendants a fait plus d'une vingtaine de morts ce week-end au Pakistan, à moins de deux semaines d'élections cruciales pour la transition démocratique dans ce géant musulman. Le Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), mouvement des talibans pakistanais, en lutte ouverte contre le pouvoir à Islamabad et hostile à la tenue de ces élections législatives, a multiplié les attentats à travers le pays au cours des derniers jours.

"Ces prétendues élections du 11 mai 2013 se tiendront sous un système laïc et démocratique dans un pays né sous la bannière de l'islam", a déploré dans un communiqué le porte-parole du TTP, Ehsanullah Ehsan. Or, la loi islamique est contraire à la "doctrine laïque de Rousseau, Kant et Bentham", philosophes européens des Lumières, car un "homme ne peut pas être laïc et musulman à la fois", a-t-il souligné avant de revendiquer la majorité des attentats du week-end.

"Les taliban s'opposent à un système démocratique et laïc"



Une bombe a explosé dimanche matin à proximité du local électoral de Noor Akbar Khan, un candidat indépendant dans la zone tribale d'Orakzaï, faisant au moins cinq morts et une vingtaine de blessés. "Le bilan pourrait encore s'alourdir car certains blessés sont dans un état critique", a dit à l'AFP Tanveer Khan, un haut responsable de la police locale.

Quelques minutes plus tard, le local électoral de Nasir Khan Afridi, candidat indépendant dans la zone tribale voisine de Khyber, théâtre d'affrontements sanglants entre les talibans et des milices pro-gouvernementales, a fait au moins trois victimes, selon les autorités.

Les zones tribales semi-autonomes du nord-ouest pakistanais, situées à la lisière de l'Afghanistan, servent de repaire aux talibans et à d'autres groupes liés à Al-Qaïda.

De nombreuses personnes ayant fui les violences dans ces zones reculées se sont réfugiées à proximité de Peshawar, grande ville du nord-ouest pakistanais. Des candidats dans les zones tribales ont donc des bureaux dans la grande région de Peshawar afin d'encourager les personnes déplacées par les violences à voter aux élections. Ce sont les locaux des deux candidats indépendants dans la région de Peshawar qui ont été visés dimanche.

Un chapelet d'attentats à Karachi

A Karachi, la métropole économique située dans le sud du pays, les trois partis laïcs membres de la coalition sortante - le Parti du peuple pakistanais (PPP), le parti national Awami (ANP) et le Muttahida Qaumi Movement (MQM) - ont fait les frais d'attentats ayant fauché une quinzaine de vies ce week-end.

Le plus meurtrier d'entre eux a fait dix morts vendredi soir contre les bureaux de l'ANP, une petite formation laïque solidement ancrée au sein de l'ethnie Pachtoune, dont est aussi issue la majorité des talibans.

Au moins 55 personnes ont été tuées depuis le 11 avril dans des attentats liés à la campagne électorale au Pakistan. L'organisation Amnesty International a appelé les autorités pakistanaises à enquêter sur ces violences pré-électorales qui limitent la capacité des partis à faire campagne et pourraient décourager des électeurs le jour du scrutin.

Le chef de la principale force d'opposition, Nawaz Sharif, prend la parole derrière des vitres pare-balles lors de rassemblements, alors que l'ex-gloire du cricket Imran Khan, à la tête d'un parti en pleine ascension, a dû annuler un meeting prévu le 1er mai à Karachi en raison des menaces d'attentats.

Quant à Bilawal Bhutto Zardari du PPP, fils de la défunte Première ministre Benazir Bhutto et du président Asif Ali Zardari, il n'a pris part à aucun bain de foule en raison de ces menaces des insurgés.

AFP

 

Première publication : 28/04/2013

  • PAKISTAN

    La détention préventive de Musharraf prolongée de deux semaines

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    L'ex-président pakistanais Pervez Musharraf placé en résidence surveillée

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)