Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bachar al-Assad, "boucher" ou interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" serait déprogrammé du FESPACO

En savoir plus

FOCUS

Élections européennes : l'enjeu de l'immigration

En savoir plus

FOCUS

Les officiers du LAPD équipés de caméras portatives

En savoir plus

FOCUS

En Tunisie, le tourisme reprend des couleurs

En savoir plus

FOCUS

Le FPÖ ou la nostalgie d'un "monde allemand"

En savoir plus

FOCUS

Les médias pakistanais n’hésitent plus à s’autocensurer

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fumio Kishida , ministre des Affaires étrangères du Japon

En savoir plus

POLITIQUE

"Le vrai problème, c’est le fonctionnement de l’État grec"

En savoir plus

Sports

À Paris, les Français s'imposent lors du tournoi d’échecs de l’Alekhine Memorial

© Dhananjay KHADILKAR | À gauche, Laurent Fressinet

Texte par Dhananjay KHADILKAR

Dernière modification : 29/04/2013

Lors de la compétition d’échecs l’Alekhine Memorial, le Français Laurent Fressinet a battu, jeudi à Paris, le numéro 3 mondial Vladimir Kramnik. Un signe encourageant alors que la seconde partie du tournoi débute dimanche à Saint Pétersbourg.

Au beau milieu du jardin des Tuileries, difficile pour Laurent Fressinet de contenir sa joie. Le joueur d’échecs français a remporté, jeudi 25 avril, son match contre le numéro trois mondial, Vladimir Kramnik, lors du cinquième round du tournoi international d’échecs Alekhine Memorial. Un exploit réalisé grâce à une attaque spectaculaire.

Une victoire surprise

À l’approche de la rencontre, pourtant, rien n’était joué pour le trentenaire classé 36e mondial. Face à lui, l’ancien numéro un mondial, le Russe Vladimir Kramnik était en possession des pions blancs, avec lesquels il a acquis la réputation d’être imbattable. Ce dernier était ainsi le grand favori du match.

Cependant, à l’issue de quatre heures d’affrontement, Laurent Fressinet est parvenu grâce à un jeu étonnant à écraser son adversaire, arrivant ainsi ex-æquo avec 3 points avec un autre Russe, le joueur Peter Svidler.

Malgré son exploit, le Français a tenu à garder la tête froide : "Nous verrons bien combien j’aurai marqué de points à la fin. Je me concentre sur un match à la fois. Mais je suis incroyablement heureux d’avoir battu l’un des plus grands joueurs d’échecs de tous les temps, et à Paris en plus !" Tout en confiant modestement que Vladimir Kramnik était probablement fatigué après avoir disputé le tournoi des candidats, la compétition pour le championnat du monde, quelques jours plus tôt. ‘‘Pour moi, l’Alekhine Memorial représente la compétition la plus importante de l’année, donc je m’y étais bien préparé. Pour Vladimir, c’était le tournoi des candidats.”

Maxime Vachier-Lagrave, l’autre porte-drapeau français

Laurent Fressinet n’a pas été le seul à porter haut les couleurs françaises lors de ce début de tounoi. Son compatriote, Maxime Vachier-Lagrave s’est lui imposé comme le leader de la prestigieuse compétition, avec 3,5 points en battant Peter Svidler. "Je suis très fier d’être en tête de la compétition à mi-parcours. Cependant, il reste encore quatre tours, cela va être difficile," a réagi le jeune-homme de 22 ans classé 26e mondial.

L’entraîneur parisien, Xavier Parmentier, a pour sa part salué jeudi les performances des deux joueurs, notamment celle de Laurent Fressinet : "C’est très rare de battre Vladimir Kramnik avec des pions noirs. Je suis très heureux pour lui et Maxime."

À partir du 28 avril, la seconde partie du tournoi, auquel participent également le champion en titre, Viswanathan Anand et le numéro deux Levon Aronian, se tiendra à Saint Petersbourg.

Première publication : 28/04/2013

COMMENTAIRE(S)