Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Espagne : le difficile combat contre les violences faites aux femmes

En savoir plus

FACE À FACE

Présidence Macron : le début des ennuis ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Wallay", un voyage initiatique au Burkina Faso

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, le Rwanda et les secrets des archives"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Code du travail : menu minceur"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

De Rugy élu président de l'Assemblée : une occasion manquée pour la parité

En savoir plus

LE DÉBAT

PMA "pour toutes les femmes" : qu'implique l'avis du Comité d'éthique ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "Tant pis si la droite n'est pas une alternative incontournable au macronisme"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "François de Rugy se fera respecter car il est respectable"

En savoir plus

EUROPE

"L'Italie se meurt par la faute de l'austérité" selon Enrico Letta

© AFP | Enrico Letta

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/04/2013

Enrico Letta, le nouveau président du Conseil italien a plaidé, ce lundi à la Chambre des députés, pour une politique de relance lors de son discours de politique générale, estimant que "L'Italie se meurt par la faute de la seule austérité".

"L'Italie se meurt par la faute de la seule austérité, les politiques en faveur de la relance ne peuvent plus attendre", a lancé, lundi à la Chambre des députés, le nouveau président du Conseil, Enrico Letta.

Rome va faire pression auprès de ses partenaires européens pour obtenir une politique des Ving-Sept orientée vers plus de croissance, a-t-il dit lors de son discours

de politique générale, qui était très attendu. "L'Europe est en crise de légitimité et au moment où les citoyens en ont le plus besoin elle doit redevenir un moteur de croissance durable", a déclaré M. Letta à la Chambre des députés.

Il a cependant affirmé que l'Italie "respectera les engagements" pris envers l'Union européenne, mais qu'elle espère grâce à ce respect "avoir une marge de manœuvre" supérieure dans ses négociations avec la Commission européenne pour pouvoir financer des politiques de relance économique.

Enrico Letta, qui a formé ce week-end un "gouvernement de service" associant la gauche, le centre et la droite, a annoncé qu'il se rendrait cette semaine à Bruxelles, Paris et Berlin pour faire la preuve que son gouvernement est européen et "européiste".

Réduire la pression fiscale

Sur le plan interne, le nouveau chef du gouvernement italien a annoncé que la première mesure de son équipe, "pour donner l'exemple", serait la suppression des salaires des ministres qui sont également parlementaires et perçoivent déjà une indemnité en tant qu'élus.

"La réduction de la pression fiscale sans endettement sera un objectif permanent de ce gouvernement dans tous les domaines", a-t-il affirmé, annonçant "une réforme complète" du système des impôts.

En outre, Letta réformera, d'ici le prochain scrutin national, la loi électorale tant décriée dans la Péninsule.

Enrico Letta a enfin déclaré qu'en cas d'absence de succès de ses réformes dans les 18 prochains mois, il en tirerait les conséquences. "La seule issue possible est le succès. Dans 18 mois, je vérifierai si les réformes arrivent à bon port. Si en revanche tout s'enlise, j'en tirerai les conséquences", a-t-il assuré à la Chambre des députés.

Avec dépêches

Première publication : 29/04/2013

  • ITALIE

    Le nouveau président du Conseil italien, Enrico Letta, présente sa feuille de route

    En savoir plus

  • ITALIE

    Enrico Letta réussit à former un gouvernement de coalition

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)