Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un manifestant palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Amériques

Obama promet de redoubler d'efforts pour fermer la prison de Guantanamo

© AFP

Vidéo par Florence THOMAZEAU

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/05/2013

Au moins 100 détenus sont en grève de la faim à Guantanamo. Face à l'ampleur du mouvement, des renforts médicaux ont été envoyés sur place. Le président Barack Obama a promis mardi de nouveaux efforts pour fermer la prison controversée.

À Guantanamo, la grève de la faim, débutée il y a bientôt trois mois, fait craindre le pire aux autorités américaines. 100 détenus sont désormais en grève de la faim, le nombre de protestataires ayant passé samedi la barre des 60 %, selon le bilan officiel de la prison. De plus en plus de voix ont donc lancé un cri d'alarme pour que le président Barack Obama honore sa promesse de fermer la prison controversée, où 166 détenus sont toujours enfermés, la plupart sans charge ni procès.

"À moins que le président Obama n'agisse vite, je pense qu'il est très probable qu'un

Obama promet de redoubler d'efforts pour fermer Guantanamo

ou plusieurs détenus succombent", a déclaré à l'AFP le colonel Morris Davis, ancien procureur militaire de Guantanamo. Interrogé par la presse, mardi 30 avril, le président américain a reconnu qu’il n’était "pas surpris" par les problèmes que connaissait la prison de Guantanamo et s'est engagé à redoubler d’efforts pour la fermer.

Selon les avocats, le mouvement a été déclenché le 6 février quand des corans avaient été examinés d'une manière que les prisonniers ont jugé blasphématoire. Mais la plupart des protestataires dénoncent maintenant plus largement leur détention illimitée depuis 11 ans, sans inculpation ni procès.

Face à l’ampleur du mouvement, les autorités militaires américaines ont annoncé, lundi 29 avril, l'envoi de nouveaux renforts médicaux à la prison. Ils viennent s’ajouter à la quarantaine d’infirmières et spécialistes de la US Navy arrivés le week-end dernier sur la base américaine érigée à Cuba.

"Nous ne laisserons pas nos prisonniers mourir"

Quelque 21 prisonniers sont désormais alimentés par des tubes reliés directement à l'estomac par la cloison nasale. Et parmi eux, cinq sont hospitalisés. "C'est le droit des détenus de protester. Cependant, c'est notre mission de leur fournir un environnement sain, humain et sûr et nous ne laisserons pas nos prisonniers mourir de faim", a justifié le lieutenant-colonel Samuel House, porte-parole de la prison. Il a précisé à l'AFP "qu'aucun détenu n'était près de mourir", démentant formellement les allégations du journaliste et historien spécialiste de Guantanamo Andy Worthington.

"Quatre prisonniers sont proches de la mort", avait récemment avancé l'expert britannique, citant une "source crédible à l'intérieur de Guantanamo". "Tous les jours, je me prépare à entendre le pire", a précisé M. Worthington à l'AFP. "Je suis stupéfait que le président Obama n'ait rien fait et continue de ne rien faire".

Parmi ces quatre détenus, figure Khiali Gul, un Afghan faisant partie des 86 détenus qui peuvent, selon les autorités, être libérés ou rendus à leur pays, en l'absence d'éléments à charge. Rappelant que le Comité international de la Croix-Rouge a qualifié le niveau de désespoir de "sans précédent", la sénatrice démocrate Dianne Feinstein a demandé dans une lettre au président américain de "renouveler ses efforts pour transférer les 86 détenus" qui ont reçu le feu vert des autorités militaires, et réexaminer son moratoire sur les 56 d'entre eux qui sont Yéménites.

Pour Andrea Prasow, avocate à Human Rights Watch, "il n'y a jamais eu de moment aussi critique à Guantanamo". Ce serait une "crise incroyable" au niveau humanitaire mais aussi pour la sécurité nationale "si quelqu'un mourrait à Guantanamo", a-t-elle déclaré à l'AFP. "Ce serait perçu à l'extérieur des États-Unis comme la responsabilité du gouvernement américain".

Avec dépêches

Première publication : 30/04/2013

  • ÉTATS-UNIS

    La grève de la faim se durcit à Guantanamo

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Heurts à Guantanamo entre des gardes et des détenus en grève de la faim

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Guantanamo : des détenus "libérables"... mais loin d'être libérés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)