Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Brexit : le sursaut des politiques français

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : trois morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

EUROPE

Fort du soutien du Sénat, Enrico Letta part en tournée européenne

© AFP | Enrico Letta

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/04/2013

Après les députés, le Sénat a voté la confiance au gouvernement d'Enrico Letta. Le nouveau président du Conseil se rend mardi et mercredi à Berlin, Paris et Bruxelles pour plaider en faveur d'un soutien à la croissance.

Au lendemain du vote favorable des députés, le nouveau chef du gouvernement italien Enrico Letta a obtenu sans difficulté mardi 30 avril la confiance du Sénat, avec 233 voix pour et 59 contre. Ce vote de confiance acquis à une très large majorité dans les deux Chambres et qui légitime pleinement son gouvernement intervient à quelques heures de son premier déplacement à l'étranger, une visite à Berlin où il rencontrera la chancelière Angela Merkel. Il se rendra ensuite à Paris et Bruxelles mercredi 1er mai.

Trois jours seulement après avoir formé son gouvernement, Enrico Letta va en effet plaider auprès de ses partenaires européens en faveur d'un soutien à la croissance alors que son prédécesseur Silvio Berlusconi tente de relancer le débat sur les déficits.

Rigueur budgétaire et soutien à la reprise économique

Comme la veille devant les députés, Enrico Letta a souligné au Sénat que le besoin
d'atténuer l'austérité actuelle par le biais de mesures favorisant l'activité ne se faisait pas ressentir uniquement en Italie. "Ce qui est en train de se passer en Italie est en train de se passer dans toute l'Europe, a-t-il dit. Soit il y a une destinée européenne commune, soit chaque pays finira par décliner de son côté."

Ce discours est à replacer dans le cadre du débat en cours en Europe sur l'équilibre à trouver entre rigueur budgétaire et soutien à la reprise économique. Mais il illustre aussi les pressions auxquelles est soumis le gouvernement Letta, notamment de la part du Peuple de la liberté (PDL, droite), le parti de Silvio Berlusconi. Ce dernier n'est plus au gouvernement mais le PDL est avec le Parti démocrate (PD, centre-gauche) l'un des piliers de la coalition et l'ex-président du Conseil conserve en coulisse une influence certaine sur la politique italienne.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 30/04/2013

  • ITALIE

    "L'Italie se meurt par la faute de l'austérité" selon Enrico Letta

    En savoir plus

  • ITALIE

    Le nouveau président du Conseil italien, Enrico Letta, présente sa feuille de route

    En savoir plus

  • ITALIE

    Enrico Letta réussit à former un gouvernement de coalition

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)