Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

EUROPE

Fort du soutien du Sénat, Enrico Letta part en tournée européenne

© AFP | Enrico Letta

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/04/2013

Après les députés, le Sénat a voté la confiance au gouvernement d'Enrico Letta. Le nouveau président du Conseil se rend mardi et mercredi à Berlin, Paris et Bruxelles pour plaider en faveur d'un soutien à la croissance.

Au lendemain du vote favorable des députés, le nouveau chef du gouvernement italien Enrico Letta a obtenu sans difficulté mardi 30 avril la confiance du Sénat, avec 233 voix pour et 59 contre. Ce vote de confiance acquis à une très large majorité dans les deux Chambres et qui légitime pleinement son gouvernement intervient à quelques heures de son premier déplacement à l'étranger, une visite à Berlin où il rencontrera la chancelière Angela Merkel. Il se rendra ensuite à Paris et Bruxelles mercredi 1er mai.

Trois jours seulement après avoir formé son gouvernement, Enrico Letta va en effet plaider auprès de ses partenaires européens en faveur d'un soutien à la croissance alors que son prédécesseur Silvio Berlusconi tente de relancer le débat sur les déficits.

Rigueur budgétaire et soutien à la reprise économique

Comme la veille devant les députés, Enrico Letta a souligné au Sénat que le besoin
d'atténuer l'austérité actuelle par le biais de mesures favorisant l'activité ne se faisait pas ressentir uniquement en Italie. "Ce qui est en train de se passer en Italie est en train de se passer dans toute l'Europe, a-t-il dit. Soit il y a une destinée européenne commune, soit chaque pays finira par décliner de son côté."

Ce discours est à replacer dans le cadre du débat en cours en Europe sur l'équilibre à trouver entre rigueur budgétaire et soutien à la reprise économique. Mais il illustre aussi les pressions auxquelles est soumis le gouvernement Letta, notamment de la part du Peuple de la liberté (PDL, droite), le parti de Silvio Berlusconi. Ce dernier n'est plus au gouvernement mais le PDL est avec le Parti démocrate (PD, centre-gauche) l'un des piliers de la coalition et l'ex-président du Conseil conserve en coulisse une influence certaine sur la politique italienne.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 30/04/2013

  • ITALIE

    "L'Italie se meurt par la faute de l'austérité" selon Enrico Letta

    En savoir plus

  • ITALIE

    Le nouveau président du Conseil italien, Enrico Letta, présente sa feuille de route

    En savoir plus

  • ITALIE

    Enrico Letta réussit à former un gouvernement de coalition

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)