Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : pour Lambert Mende, les désaccords de l'opposition sont à l'origine du blocage politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Fillon impassible face à la détresse des aide-soignantes

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Guillaume Gomez, l’autre chef de l’Élysée

En savoir plus

TECH 24

Bienvenue à Netflixland! Dans le QG du roi du streaming, à Los Gatos, en Californie

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Élection présidentielle : le désarroi des électeurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

FOCUS

France : rencontre avec ces catholiques de droite, fidèles coûte que coûte à Fillon

En savoir plus

#ActuElles

L’exploit de Zulala Hashemi, finaliste de "Nouvelle Star" en Afghanistan

En savoir plus

Afrique

Le ministère de la Justice à son tour encerclé par des groupes armés

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/04/2013

Des miliciens qui assiègent depuis deux jours le ministère des Affaires étrangères à Tripoli ont étendu leur action, paralysant également le ministère de la Justice. Ils réclament l'exclusion de la vie politique des membres de l'ancien régime.

Des miliciens armés réclamant l'exclusion politique des collaborateurs de l'ancien régime ont cerné mardi le siège du ministère libyen de la Justice à Tripoli, étendant leur action qui paralysait depuis dimanche le ministère des Affaires étrangères.

"Plusieurs hommes armés à bord de véhicules équipés de canons anti-aériens ont cerné ce matin le siège du ministère de la Justice", a affirmé à l'AFP Walid Ben Rabha, chef du bureau de l'information au ministère.

"Ils ont demandé au ministre et au personnel présent de quitter leurs bureaux et ont fermé le ministère", a-t-il précisé.

Les protestataires qui assiègent depuis dimanche le ministère des Affaires étrangères avaient menacé d'étendre leur action à d'autres institutions de l'Etat si leurs revendications n'étaient pas satisfaites.

Ils réclament le vote par le Congrès général national (CGN) du projet de loi sur l'exclusion politique des anciens collaborateurs de Mouammar Kadhafi.

Actuellement examiné par le CGN, la plus haute autorité politique de Libye, ce projet de loi provoque des remous au sein de la classe politique car elle risque de mettre sur la touche plusieurs hauts responsables du pays.

Sous la pression, le CGN a annoncé qu'il suspendait ses séances plénières jusqu'à dimanche, pour permettre aux blocs politiques de l'Assemblée d'examiner le projet de loi.

AFP

Première publication : 30/04/2013

  • LIBYE

    Le ministère des Affaires étrangères encerclé par des groupes armés

    En savoir plus

  • LIBYE

    Qui se cache derrière l'attaque contre l'ambassade de France à Tripoli ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)