Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

Moyen-orient

La Ligue arabe tente de relancer le processus de paix israélo-palestinien

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/04/2013

La Ligue arabe accepte pour la première fois le principe d'un "échange mineur de terre comparable et mutuellement accepté" entre Israéliens et Palestiniens, au lieu du retour aux frontières de 1967. Une évolution bien accueillie en Israël.

Moribond depuis deux ans et demi, le processus de paix israélo-palestinien est-il en passe d’être réanimé ? Toujours est-il qu’en reformulant leur initiative de paix au Proche-Orient, datant de 2002, les pays arabes ont envoyé un message fort.  Notamment en validant désormais expressément le principe d’un "échange mineur de territoire comparable et mutuellement accepté"entre Israël et les Palestiniens, sous les auspices des Etats-Unis. Et ce, au lieu du retour strict aux frontières de 1967 que la Ligue arabe réclamait jusqu'alors, afin de ne pas légitimer la colonisation israélienne.

C’est lors d'une réunion à Washington entre une délégation de la Ligue arabe et le secrétaire d'Etat américain John Kerry, le Premier ministre et chef de la diplomatie du Qatar, Hamad ben Jassem al-Thani, dont le pays préside le comité de suivi de l'initiative de paix arabe, que cette initiative a été actée. "La délégation de la Ligue arabe a soutenu qu'un accord devrait être basé sur la solution de deux Etats sur les frontières du 4 juin 1967, avec (la possibilité) d'un échange limité et comparable de territoires", a expliqué le dirigeant qatari qui s'est exprimé, à l'issue de la rencontre.
 
"C'est un très grand pas en avant", s'est félicité de son côté John Kerry lors d'un point de presse, au lendemain de la réunion.
 
"La délégation arabe a présenté la position officielle palestinienne: en échange de l'acceptation sans équivoque par Israël de la solution à deux Etats sur la frontière de 1967, l'Etat de Palestine en tant qu'Etat souverain pourrait envisager des modifications frontalières mineures agréées égales en superficie et en qualité, dans la même zone géographique, et qui ne porteraient pas préjudice aux intérêts palestiniens", a expliqué, mardi, le négociateur palestinien Saëb Erakat.
 
Une initiative jugée positive
 
Premier concerné, l’Etat hébreu a prudemment salué mardi cette évolution annoncée la veille par la Ligue arabe, ce qui lui permettrait de conserver ses blocs de colonies les plus peuplés. "Il s'agit certainement d'une étape importante et je m'en réjouis", a notamment réagi la ministre israélienne de la Justice Tzipi Livni, chargée du dossier des négociations avec les Palestiniens. "L'initiative prise par la Ligue arabe renforce réellement la chance" de conclure un accord, a-t-elle ajouté sur les ondes de la radio militaire.
 
"Nous sommes prêts à des changements, quelque chose qui permettra aux Palestiniens, je l'espère, de revenir à la table (des négociations) et de faire les compromis nécessaires", a-t-elle ajouté.
             
"Cela envoie aussi un message aux citoyens israéliens: nous ne parlons plus seulement aux Palestiniens, il y a un groupe de pays arabes qui disent: "Si vous parvenez à un accord avec les Palestiniens, nous ferons la paix avec vous, nous normaliserons les relations", a souligné la ministre.
             
L'initiative de paix saoudienne, adoptée en 2002 par la Ligue arabe, prévoyait une normalisation des relations entre les pays arabes et l’Etat hébreu en échange du retrait israélien des territoires arabes occupés depuis juin 1967, la création d'un Etat palestinien avec Jérusalem-Est pour capitale et un règlement "équitable et agréé" de la question des réfugiés palestiniens sur la base de la résolution 194 de l'Assemblée générale de l'ONU.      
        
Ce plan de paix arabe ne prévoyait aucun échange de territoire. Israël en avait reconnu des "aspects positifs" mais ne l'a pas accepté, notamment en raison de la mention du droit au retour des réfugiés palestiniens…
             
 FRANCE 24 avec dépêches

 

Première publication : 30/04/2013

  • ISRAËL

    Le nouveau gouvernement israélien va renforcer la colonisation

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Barack Obama : "Les Palestiniens méritent leur propre État"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Obama au Proche-Orient : un peu d’espoir à défaut d’un plan de paix ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)