Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : pour Lambert Mende, les désaccords de l'opposition sont à l'origine du blocage politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Fillon impassible face à la détresse des aide-soignantes

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Guillaume Gomez, l’autre chef de l’Élysée

En savoir plus

TECH 24

Bienvenue à Netflixland! Dans le QG du roi du streaming, à Los Gatos, en Californie

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Élection présidentielle : le désarroi des électeurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

FOCUS

France : rencontre avec ces catholiques de droite, fidèles coûte que coûte à Fillon

En savoir plus

#ActuElles

L’exploit de Zulala Hashemi, finaliste de "Nouvelle Star" en Afghanistan

En savoir plus

Amériques

La mère de Michael Jackson réclame 40 milliards de dollars au promoteur de concerts AEG

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/04/2013

Katherine Jackson poursuit pour négligence la société qui organisait les concerts que le roi de la pop devait donner à Londres, à l'été 2009, lui reprochant d'avoir engagé le docteur Murray. Le procès s'est ouvert lundi à Los Angeles.

Un avocat du promoteur de concert AEG Live a prévenu lundi les jurés du procès au civil de la mort de Michael Jackson qu'ils allaient avoir une image bien différence du "roi de la pop" à la fin du procès, où les avocats de la famille du chanteur veulent faire reconnaître la responsabilité d'AEG.

La société organisait la série de concerts que Michael Jackson devait donner à Londres à partir de juillet 2009 pour son retour sur scène. Mais le chanteur est mort à l'âge de 50 ans le 25 juin 2009 dans sa villa de Los Angeles, en pleines répétitions.

Marvin Putman, l'avocat d'AEG, a assuré dans sa déclaration préliminaire à l'ouverture du procès, lundi à Los Angeles, que le promoteur ignorait que le "roi de la pop" prenait du propofol, l'anesthésiant dont il a fait une overdose fatale.

Les précisions de Coralie Garandeau, correspondante à Los Angeles

Les trois mois d'audiences vont donner lieu à un déballage de "linge sale" sur la vie privée du chanteur de "Thriller", a-t-il affirmé. "Le Michael Jackson public était très différent du Michael Jackson dans sa vie privée", a déclaré Marvin Putman. "Il avait érigé un mur entre lui et sa famille. Même sa famille ne savait pas exactement ce qui se passait chez lui. Il a tenu à distance ceux qui auraient pu l'aider."

Selon l'avocat, "presque personne ne savait" que le chanteur utilisait l'anesthésiant incriminé depuis des années pour pouvoir dormir, AEG "pas plus que les autres".

L'avocat de la famille Jackson, Brian Panish, avait auparavant estimé dans sa déclaration préliminaire que le décès du chanteur était la conséquence d'un ensemble de facteurs. "Michael Jackson lui-même, le Dr Conrad Murray (ndlr, son médecin personnel) et AEG Live ont chacun joué un rôle dans l'issue définitive, la mort de Michael Jackson", a dit l'avocat.

Katherine Jackson, la mère du chanteur, poursuit AEG Live pour négligence. Elle reproche à cette entreprise privée d'avoir engagé le Dr Murray, qui a été condamné en 2011 au pénal pour homicide involontaire, et réclame 40 milliards de dollars de dommages et intérêts.

Brian Panish a reconnu que Michael Jackson avait des problèmes d'addictions médicamenteuses.

De son côté, AEG Live affirme qu'elle n'a ni embauché, ni contrôlé le travail du Dr Murray, et qu'elle ne pouvait pas savoir que le médecin représenterait un danger pour la santé du chanteur.

Reuters
 

Première publication : 30/04/2013

  • MUSIQUE

    De nombreux fichiers musicaux de Michael Jackson auraient été piratés

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le médecin de Michael Jackson écope de quatre ans de prison ferme

    En savoir plus

  • Michael Jackson : le business ne meurt jamais

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)