Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Asie - pacifique

Effondrement d'un immeuble à Dacca : le bilan dépasse les 400 morts

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/05/2013

L'effondrement d'un immeuble abritant des ateliers de confection, mercredi dernier, à Dacca, a causé la morts de 400 personnes, selon un dernier bilan. Des milliers de personnes ont défilé en ville, à l'occasion du 1er-Mai.

Le bilan de l'effondrement d'un immeuble abritant des ateliers de confection au Bangladesh a dépassé les 400 morts, a annoncé l'armée, ce mercredi, une semaine après l'accident le plus meurtrier de l'histoire industrielle de ce pays défavorisé d'Asie du Sud.

Un général de l'armée a un peu plus tôt déclaré que 149 personnes étaient par ailleurs portées disparues sous les décombres du Rana Plaza.

Un 1er mai agité

Plusieurs milliers de travailleurs brandissant des banderoles et des drapeaux rouges scandaient "Pendez les tueurs, pendez les propriétaires d'ateliers" en défilant dans les rues de la capitale, Dacca. D'autres défilés étaient organisés dans les grandes villes du pays en ce jour férié au Bangladesh.

Selon Kamrul Anam, l'un des dirigeants de la Ligue bangladaise du textile et de l'habillement, les ouvriers sont en colère après ce qu'ils considèrent comme le "meurtre" de leurs collègues. "Nous voulons la punition la plus sévère possible pour les responsables de cette tragédie", a-t-il dit à l'AFP.

La police à Dacca chiffrait à environ 10 000 le nombre de manifestants lors d'un premier comptage mercredi matin.

Le gouvernement au Bangladesh devait répondre aux critiques sur plusieurs fronts, mis en demeure par les sociétés d'habillement européennes ou américaines d'améliorer la sécurité des travailleurs du textile et soupçonné par les familles des victimes d'avoir refusé l'aide de secouristes étrangers.

Dans d'autres pays d'Asie, les syndicats devaient aussi descendre dans la rue, des dizaines de milliers de personnes étant par exemple attendues en Indonésie pour dénoncer les conditions de travail liées à la sous-traitance et les bas salaires.

Avec dépêches

Première publication : 01/05/2013

  • BANGLADESH

    Drame à Dacca : "Il faut mettre la pression sur les marques occidentales"

    En savoir plus

  • BANGLADESH

    Un incendie éclate dans les décombres de l'immeuble effondré à Dacca

    En savoir plus

  • BANGLADESH

    Effondrement à Dacca : la police procède à plusieurs arrestations

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)