Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le succès des meubles en open source

En savoir plus

SUR LE NET

La France tente de contrer la propagande djihadiste

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Grèce, la victoire de Syriza doit-elle inquiéter les Européens ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Union Africaine, est-ce vraiment une union ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

Afrique

Simone Gbagbo hospitalisée à Abidjan

© afp

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/05/2013

L'ancienne première dame ivoirienne Simone Gbagbo, en résidence surveillée dans le nord-ouest du pays depuis deux ans, a été transférée jeudi dans une clinique d'Abidjan à la suite de "problèmes de santé".

L’ancienne première dame de Côte d’Ivoire a été transférée, jeudi 2 mai, de son lieu de détention à Odienné, dans le nord-ouest du pays, à une clinique d’Abidjan pour des soins médicaux.

La correspondante FRANCE 24 – RFI à Abidjan, Maureen Grisot, a noté un renforcement de la sécurité autour de la polyclinique internationale Sainte Anne-Marie avec des membres de la sécurité présidentielle, des CRS, et des policiers.

"Les avocats de l’ex-première dame refusent de rompre le secret médical mais on sait que Simone Gbagbo demandait depuis plusieurs mois à rencontrer des médecins à Abidjan et à subir des examens médicaux", rapporte ainsi Maureen Grisot.

Un des avocats de l’ex-première dame, Me Rodrigue Dadjé, a confirmé le transfert à l’AFP, évoquant la nécessité de "soins médicaux" après des "problèmes de santé".

"Les autorités ont donné suite à notre demande", a-t-il indiqué.

Simone Gbagbo est détenue depuis la fin de la crise postélectorale de 2010-2011, qui avait fait quelque 3 000 morts. La justice ivoirienne a inculpé l’ex-première dame pour "génocide" et refuse de la livrer à la Cour pénale internationale à La Haye, où est détenu l’ancien président Laurent Gbagbo.
 

Première publication : 02/05/2013

  • CÔTE D'IVOIRE

    Délestron, l'anti super-héros ivoirien qui coupe le courant

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Élections locales : "La population ivoirienne est lasse des crises à répétition"

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    "Gbagbo reviendra", clament ses partisans à Abidjan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)