Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Amériques

Que savait la veuve du cerveau de l'attentat de Boston ?

© AFP

Texte par Mehdi CHEBIL

Dernière modification : 02/12/2013

Le FBI s’efforce de cerner la personnalité de Katherine Russell, la veuve de Tamerlan Tsarnaev, cerveau présumé de l'attentat de Boston, afin de déterminer si la jeune femme avait des informations sur les intentions meurtrières de son défunt mari.

Que savait exactement la veuve de Tamerlan Tsarnaev ? Deux semaines après la mort de son mari, l'un des deux suspects de l'attentat de Boston, qui a fait trois morts et plus de 200 blessés, les autorités fédérales resserrent leur étau sur les proches des frères d’origine tchétchène. Le FBI a ainsi prélevé des échantillons d’ADN, lundi, sur Katherine Russell-Tsarnaev afin de les comparer aux traces génétiques féminines retrouvées sur l’une des bombes.

Les enquêteurs restent pour l'instant très prudents sur l’origine de ces traces: des officiels américains ont expliqué au Wall Street Journal que l’ADN retrouvé pouvait provenir d’une vendeuse qui aurait manipulé la cocotte-minute transformée en bombe, ou même d’un simple cheveux déposé par hasard.

"Sous le choc", selon son avocat

En attendant les résultats des tests, les autorités américaines s'efforcent de cerner la personnalité de Katherine Russell, cette Américaine de bonne famille qui s’est convertie à l’islam après être tombée sous le charme de Tamerlan Tsarnaev. La jeune femme de 24 ans s’est réfugiée chez sa famille dans la petite ville huppée de North Kingstown, à une centaine de kilomètres au sud de Boston, après la mort de son époux tué dans une course-poursuite avec la police américaine le 19 avril.

Son avocat a déclaré à la presse que Katherine Russell coopérait avec les autorités et qu’elle était toujours "sous le choc" après avoir découvert l’implication de son mari dans l'attentat de Boston.

"Aucune indication, aucun doute, aucune petite idée, aucun indice, rien de rien (…) Croyez-moi elle était aussi choquée que le reste du monde", affirmait ainsi Amato DeLuca, l’avocat de la famille Russell, à un journaliste de l’agence Bloomberg. DeLuca a justifié la surprise de sa cliente par le fait qu’elle travaillait de 60 à 70 heures par semaine, souvent à l’extérieur pour prodiguer des soins à domicile.

"Lavage de cerveau"

Mais la presse anglo-saxonne spécule sur le "lavage de cerveau" que la jeune Américaine aurait subi au contact de Tamerlan Tsarnaev. Une enquête du Daily Mail auprès de l’entourage de la veuve détaille ainsi la supposée métamorphose de la jeune Américaine après sa conversion à l’islam.

Katherine Russell se préparait à des études prometteuses et avait des rêves de voyages humanitaires pleins la tête quand elle s'est éprise du futur présumé terroriste en 2010. Quelques années plus tard, ses amies d’enfance peinent à reconnaître la femme voilée qui abandonne ses études, se marie et tombe rapidement enceinte.

Ce brusque changement et cette dévotion à l’islam au moment même où son époux se radicalise alimentent les suspicions à l’encontre de Katherine Russell… Cette dernière n’avait-elle vraiment aucune idée des intentions meurtrières de son mari ?

Forts soupçons

C’est une hypothèse difficile à envisager pour Anne Kilzer, une habitante de la banlieue de Boston qui passait régulièrement chez le couple Tsarnaev pour se faire prodiguer des soins du visage. Dans une interview au Huffington Post le mois dernier, Kilzer évoquait un appartement si confiné qu’il aurait été difficile au terroriste de cacher des "activités criminelles" à son épouse.

Un argument en partie désamorcé par l’avocat de la famille Russell, qui rappelle que l’épouse de Tamerlan Tsarnaev n’était pas en mesure de comprendre les conversations en russe.

L’enquête du FBI vise désormais à déterminer si les frères Tsarnaev ont bénéficié de complicités lors de la préparation des attaques, pendant leur tentative de fuite vers New York, ou même pour faire disparaître des preuves. Trois suspects interpellés mercredi sont ainsi poursuivis pour avoir menti et fait disparaître un sac à dos appartenant à Dzhokhar Tsarnaev, le frère cadet de Tamerlan, après la diffusion de son portrait par le FBI.
 

Première publication : 02/05/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Attentat de Boston : trois nouveaux suspects accusés d'entrave à la justice

    En savoir plus

  • ATTENTAT DE BOSTON

    Djokhar Tsarnaev quitte l'hôpital pour rejoindre la prison

    En savoir plus

  • ATTENTATS DE BOSTON

    La CIA et le FBI ont-ils sous-estimé la dangerosité des frères Tsarnaev ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)