Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi: "tout va bien madame la marquise"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : début de l'exhumation de Sankara et 12 de ses compagnons d'armes tués en 1987

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Serge Klarsfeld : "Il faut combattre les démagogues, comme Marine le Pen"

En savoir plus

FOCUS

Le Liban, une année sans chef d'État

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France - Maroc : fin de la discorde ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fifa : qui succédera à Blatter ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'industrie du futur : le plan d'Emmanuel Macron pour moderniser la France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Asie du sud-est : la tragédie des Rohingyas

En savoir plus

Amériques

Les premiers colons ont eu recours au cannibalisme pour survivre

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/05/2013

Des scientifiques de l'institut Smithsonian ont démontré que les premiers colons de Jamestown, aux États-Unis, se sont livrés au cannibalisme durant la famine de 1609. L'analyse des restes d'une adolescente anglaise a permis cette découverte.

Les colons de Jamestown, la première colonie anglaise établie en Amérique, située aux États-Unis en Virginie, se sont livrés à des actes de cannibalisme, ont révélé des chercheurs de l'institut Smithsonian.

La famine et la rigueur de l'hiver de 1609 expliquent en partie les raisons qui ont poussé les premiers arrivants à ces actes extrêmes. Pour échapper à la mort, - environ 80 % des colons ont péri durant l’hiver -, certains ont essayé et réussi à extraire de la matière cervicale ainsi que des tissus du visage et de la gorge du corps d’une adolescente pour les manger, ont expliqué des anthropologues du Musée national d'histoire naturelle à Washington.

"Le désespoir et les circonstances exceptionnellement difficiles auxquels faisaient face les colons du fort de James pendant l'hiver de 1609-1610 sont révélés dans le traitement postmortem du corps de cette jeune fille", souligne ce scientifique.

Première preuve scientifique

Le crâne de la jeune fille porte plusieurs marques de coups pour le briser, ainsi que des traces de profondes entailles au niveau du visage et du cou, a précisé dans un communiqué Douglas Owsley, un anthropologue du musée qui a analysé la boite crânienne et les tibias.

La victime était une jeune Anglaise de 14 ans, identifiée sous le seul prénom de "Jane". Ses ossements ont été retrouvés lors de fouilles sur un site historique, avec des restes de chats, de chiens et de chevaux que les colons ont également mangés pour survivre au terrible hiver de cette année-là.

C'est la première preuve scientifique de cannibalisme à Jamestown, la plus ancienne colonie permanente britannique dans le Nouveau monde, ajoute le Smithsonian.

Les découpes sont "très expérimentales, hésitantes", a-t-il dit. "Ce n'est pas le geste d'une personne ayant des aptitudes aux travaux de boucherie et pourtant ceux ou celles qui ont fait cela, par nécessité, savaient que c'est ce qu'ils avaient à faire."

Il n'a pu déterminer en revanche si Jane avait été assassinée ou si elle avait péri de mort naturelle avant de subir ce sort.

Le visage de Jane reconstitué

Mais en utilisant une combinaison de technologies numériques et médicales, ces chercheurs ont pu reconstituer le probable visage de l'adolescente.

Ils ont d'abord passé au scanner les restes incomplets du crâne fragmenté et réalisé un modèle virtuel de la boite crânienne en assemblant numériquement tous les morceaux, tel un puzzle.

Ce modèle a été imprimé en trois dimensions, avant que le visage de la jeune fille soit reconstruit. Il sera exposé au Musée national d'histoire naturelle à Washington à partir du 3 mai, dans le cadre d'une exposition sur les dossiers de médecine légale du Chesapeake au 17e siècle.

Les restes du squelette de la jeune fille seront exposés à Jamestown près du site de sa découverte.


Avec dépêches

Première publication : 02/05/2013

COMMENTAIRE(S)