Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Un rassemblement pro-israélien organisé à Paris

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

Afrique

Andry Rajoelina, candidat surprise à la présidentielle malgache

© AFP

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/05/2013

Contre toute attente, le président de la Transition qui avait dit qu'il ne se présenterait pas à la présidentielle de juillet, sera finalement candidat. L'épouse de son rival, Marc Ravalomanana, briguera également le poste.

Coup de théâtre sur la Grande Ile. Alors qu'il s'était engagé à ne pas se présenter dans le cadre d'un accord de sortie de crise, l'homme fort de Madagascar, le président de la Transition Andry Rajoelina sera candidat à l'élection présidentielle de juillet. Il est le cinquantième candidat à se présenter sur les listes.

"Liberté de tout citoyen de se porter candidat"

La Cour électorale spéciale (CES) a justifié cette demande de candidature de dernière minute en se disant "soucieuse du principe de la liberté de tout citoyen de se porter candidat à toutes les élections afin de permettre à tout un chacun de choisir librement celui ou celle qui dirigera leur destinée, pour instaurer un climat d'apaisement permettant de tenir des élections justes, crédibles et acceptées par tous".

Andry Rajoelina, auteur d’un coup d’Etat en 2009 contre Marc Ravalomanana, avait initialement consenti, sous la pression internationale, à ne pas briguer la future présidence. Son rival, le président déchu, exilé en Afrique du Sud depuis quatre ans, s’était lui aussi engagé à faire de même. Mais il pourrait bien prendre sa revanche lors du prochain scrutin par l'intermédiaire de sa femme.

L’épouse de Marc Ravalomanana dans la course

Son épouse, Lalao Ravalomanana, figure en effet parmi les 41 candidats autorisés. Une candidature que le président de la Transition a indirectement rejetée. "On peut dire que c'est l'ex-chef de l'Etat lui-même qui se présente aux élections", a ainsi critiqué M. Rajoelina devant la presse. "J'aurais pu très bien agir pareillement en présentant ma femme à ma place et je suis sûr qu'elle aurait été élue, mais la vie de la nation n'est pas un jeu d'enfant".

Officiellement, Lalao Ravalomanana ne remplit pas tous les critères d'éligibilité, notamment l'obligation d'avoir résidé physiquement à Madagascar durant les six derniers mois. Mais la CES lui a néanmoins accordé le droit de se présenter sous la mouvance de son mari, arguant que son "absence sur le territoire malgache résulte de faits et de circonstances indépendantes de [sa] volonté de rentrer à Madagascar". Exilée en Afrique du sud, elle avait ainsi été autorisée à rentrer en mars à Madagascar.

Autre candidature majeure validée pour la même raison par la CES: celle de l'ancien chef d'Etat Didier Ratsiraka, 76 ans, au pouvoir de 1975 à 1993 et de 1997 à 2002, et rentré de son exil en France en avril.

Le premier tour de l'élection présidentielle malgache censée mettre fin à plus de quatre ans de crise est prévu le 24 juillet et le deuxième le 25 septembre.

Avec dépêches

 

Première publication : 03/05/2013

  • MADAGASCAR

    Andry Rajoelina renonce à se présenter à la présidentielle

    En savoir plus

  • MADAGASCAR

    Face-à-face inédit entre Rajoelina et Ravalomanana aux Seychelles

    En savoir plus

  • MADAGASCAR

    L'avion de l'ex-président Ravalomanana empêché d'atterrir

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)