Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

Afrique

Andry Rajoelina, candidat surprise à la présidentielle malgache

© AFP

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/05/2013

Contre toute attente, le président de la Transition qui avait dit qu'il ne se présenterait pas à la présidentielle de juillet, sera finalement candidat. L'épouse de son rival, Marc Ravalomanana, briguera également le poste.

Coup de théâtre sur la Grande Ile. Alors qu'il s'était engagé à ne pas se présenter dans le cadre d'un accord de sortie de crise, l'homme fort de Madagascar, le président de la Transition Andry Rajoelina sera candidat à l'élection présidentielle de juillet. Il est le cinquantième candidat à se présenter sur les listes.

"Liberté de tout citoyen de se porter candidat"

La Cour électorale spéciale (CES) a justifié cette demande de candidature de dernière minute en se disant "soucieuse du principe de la liberté de tout citoyen de se porter candidat à toutes les élections afin de permettre à tout un chacun de choisir librement celui ou celle qui dirigera leur destinée, pour instaurer un climat d'apaisement permettant de tenir des élections justes, crédibles et acceptées par tous".

Andry Rajoelina, auteur d’un coup d’Etat en 2009 contre Marc Ravalomanana, avait initialement consenti, sous la pression internationale, à ne pas briguer la future présidence. Son rival, le président déchu, exilé en Afrique du Sud depuis quatre ans, s’était lui aussi engagé à faire de même. Mais il pourrait bien prendre sa revanche lors du prochain scrutin par l'intermédiaire de sa femme.

L’épouse de Marc Ravalomanana dans la course

Son épouse, Lalao Ravalomanana, figure en effet parmi les 41 candidats autorisés. Une candidature que le président de la Transition a indirectement rejetée. "On peut dire que c'est l'ex-chef de l'Etat lui-même qui se présente aux élections", a ainsi critiqué M. Rajoelina devant la presse. "J'aurais pu très bien agir pareillement en présentant ma femme à ma place et je suis sûr qu'elle aurait été élue, mais la vie de la nation n'est pas un jeu d'enfant".

Officiellement, Lalao Ravalomanana ne remplit pas tous les critères d'éligibilité, notamment l'obligation d'avoir résidé physiquement à Madagascar durant les six derniers mois. Mais la CES lui a néanmoins accordé le droit de se présenter sous la mouvance de son mari, arguant que son "absence sur le territoire malgache résulte de faits et de circonstances indépendantes de [sa] volonté de rentrer à Madagascar". Exilée en Afrique du sud, elle avait ainsi été autorisée à rentrer en mars à Madagascar.

Autre candidature majeure validée pour la même raison par la CES: celle de l'ancien chef d'Etat Didier Ratsiraka, 76 ans, au pouvoir de 1975 à 1993 et de 1997 à 2002, et rentré de son exil en France en avril.

Le premier tour de l'élection présidentielle malgache censée mettre fin à plus de quatre ans de crise est prévu le 24 juillet et le deuxième le 25 septembre.

Avec dépêches

 

Première publication : 03/05/2013

  • MADAGASCAR

    Andry Rajoelina renonce à se présenter à la présidentielle

    En savoir plus

  • MADAGASCAR

    Face-à-face inédit entre Rajoelina et Ravalomanana aux Seychelles

    En savoir plus

  • MADAGASCAR

    L'avion de l'ex-président Ravalomanana empêché d'atterrir

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)