Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola: ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

Afrique

Andry Rajoelina, candidat surprise à la présidentielle malgache

© AFP

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/05/2013

Contre toute attente, le président de la Transition qui avait dit qu'il ne se présenterait pas à la présidentielle de juillet, sera finalement candidat. L'épouse de son rival, Marc Ravalomanana, briguera également le poste.

Coup de théâtre sur la Grande Ile. Alors qu'il s'était engagé à ne pas se présenter dans le cadre d'un accord de sortie de crise, l'homme fort de Madagascar, le président de la Transition Andry Rajoelina sera candidat à l'élection présidentielle de juillet. Il est le cinquantième candidat à se présenter sur les listes.

"Liberté de tout citoyen de se porter candidat"

La Cour électorale spéciale (CES) a justifié cette demande de candidature de dernière minute en se disant "soucieuse du principe de la liberté de tout citoyen de se porter candidat à toutes les élections afin de permettre à tout un chacun de choisir librement celui ou celle qui dirigera leur destinée, pour instaurer un climat d'apaisement permettant de tenir des élections justes, crédibles et acceptées par tous".

Andry Rajoelina, auteur d’un coup d’Etat en 2009 contre Marc Ravalomanana, avait initialement consenti, sous la pression internationale, à ne pas briguer la future présidence. Son rival, le président déchu, exilé en Afrique du Sud depuis quatre ans, s’était lui aussi engagé à faire de même. Mais il pourrait bien prendre sa revanche lors du prochain scrutin par l'intermédiaire de sa femme.

L’épouse de Marc Ravalomanana dans la course

Son épouse, Lalao Ravalomanana, figure en effet parmi les 41 candidats autorisés. Une candidature que le président de la Transition a indirectement rejetée. "On peut dire que c'est l'ex-chef de l'Etat lui-même qui se présente aux élections", a ainsi critiqué M. Rajoelina devant la presse. "J'aurais pu très bien agir pareillement en présentant ma femme à ma place et je suis sûr qu'elle aurait été élue, mais la vie de la nation n'est pas un jeu d'enfant".

Officiellement, Lalao Ravalomanana ne remplit pas tous les critères d'éligibilité, notamment l'obligation d'avoir résidé physiquement à Madagascar durant les six derniers mois. Mais la CES lui a néanmoins accordé le droit de se présenter sous la mouvance de son mari, arguant que son "absence sur le territoire malgache résulte de faits et de circonstances indépendantes de [sa] volonté de rentrer à Madagascar". Exilée en Afrique du sud, elle avait ainsi été autorisée à rentrer en mars à Madagascar.

Autre candidature majeure validée pour la même raison par la CES: celle de l'ancien chef d'Etat Didier Ratsiraka, 76 ans, au pouvoir de 1975 à 1993 et de 1997 à 2002, et rentré de son exil en France en avril.

Le premier tour de l'élection présidentielle malgache censée mettre fin à plus de quatre ans de crise est prévu le 24 juillet et le deuxième le 25 septembre.

Avec dépêches

 

Première publication : 03/05/2013

  • MADAGASCAR

    Andry Rajoelina renonce à se présenter à la présidentielle

    En savoir plus

  • MADAGASCAR

    Face-à-face inédit entre Rajoelina et Ravalomanana aux Seychelles

    En savoir plus

  • MADAGASCAR

    L'avion de l'ex-président Ravalomanana empêché d'atterrir

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)