Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Croisière : embarquement immédiat pour les collections Dior et Chanel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Theresa, pas besoin de partir!"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Industrie pharmaceutique : Trump pourrait se montrer plus généreux que prévu

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et si le Royaume-Uni restait..."

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Thuram : "Il faut comprendre le mécanisme du racisme pour pouvoir le dépasser"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Projet de loi antiterroriste : vers un "état d'urgence light" ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Projet de loi antiterroriste : quel équilibre entre sécurité et libertés individuelles ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Projet de loi antiterroriste : quel équilibre entre sécurité et libertés individuelles ? (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Gouvernement Philippe II : derrière la technique, la politique

En savoir plus

Asie - pacifique

Assassinat du procureur enquêtant sur le meurtre de Benazir Bhutto

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/05/2013

Le procureur pakistanais qui enquêtait sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre Benazir Bhutto a été abattu de douze balles à Islamabad vendredi, alors qu'il se rendait à une nouvelle audience au tribunal antiterroriste.

Le procureur dirigeant l'enquête sur le meurtre de Benazir Bhutto, une ancienne Première ministre pakistanaise, pour lequel l'ancien président Pervez Musharraf est assigné à résidence, a été abattu vendredi à Islamabad, a annoncé la police.

Chaudhry Zulfiqar était au volant de sa voiture pour se rendre au tribunal lorsqu'il a reçu plusieurs balles tirées par des tueurs à moto dans une rue très fréquentée d'un quartier résidentiel de la capitale pakistanaise. Son garde du corps a été blessé et une passante tuée. Le magistrat, lui, est, décédé à l'hôpital.

Le procureur se rendait à une nouvelle audience au tribunal antiterroriste de

Le procueur travaillait sur de nombreux dossiers sensibles

Rawalpindi, ancienne capitale du Pakistan, consacrée à l'assassinat de Benazir Bhutto le 27 décembre 2007 alors qu'elle dirigeait le cortège de sa formation, le Parti du peuple pakistanais (PPP), précisément à Rawalpindi.

Pervez Musharraf entendu dans l’affaire Bhutto

Or, l’affaire de l’assassinat de Benazir Bhutto est précisément l'une de celles qui a rattrapé l'ancien président Pervez Musharraf depuis qu'il a mis fin, le mois dernier, à quatre ans d'exil et est revenu au pays dans l'espoir de participer aux élections législatives du 11 mai prochain.

La justice l'a récemment assigné à résidence jusqu'au 4 mai dans l'affaire du renvoi de juges en 2007. Et mardi, un tribunal antiterroriste a prolongé sa détention provisoire jusqu'au 14 mai dans le dossier Bhutto, une décision qui avait été annoncée à l'AFP par le procureur Chaudhry Zulfiqar. Le "Général Musharraf" est soupçonné de ne pas avoir assuré de manière adéquate la sécurité de Mme Bhutto.

Chaudhry Zulfiqar travaillait sur de nombreux dossiers sensibles

Il faut cependant rester prudent sur le lien que l'on peut établir entre l'assassinat du procureur et Pervez Musharraf. "Le procureur travaillait sur beaucoup d’autres affaires", assure Julien Fouchet, le correspondant de FRANCE 24 à Islamabad. "Il travaillait notamment sur l’affaire de la FIA, la Federal investigation agency, une sorte de FBI pakistanais. Il travaillait également dans plusieurs affaires de crimes financiers, dans lesquelles il s’attaquait aux puissants du pays", précise t-il.  

Toujours pas de coupable pour le meurtre de Benazir Bhutto

Plus de cinq ans après le meurtre de Benazir Bhutto, personne n'a été condamné. Son fils, Bilawal Bhutto Zardari, 24 ans, qui dirige actuellement la campagne électorale du PPP, évite les rassemblements et les bains de foule pour des raisons de sécurité.

La candidature aux élections de Pervez Musharraf, qui est resté au pouvoir de son coup d'État en 1999 à sa démission en 2008, a été rejetée par la commission électorale qui estime qu'il a "violé la Constitution", notamment dans l'affaire des juges, à l'époque où il dirigeait le seul pays musulman doté de l'arme nucléaire.

Avec dépêches 

Première publication : 03/05/2013

  • PAKISTAN

    Nouvelle vague d'attentats contre des candidats laïcs et indépendants aux législatives

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    La détention préventive de Musharraf prolongée de deux semaines

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    L'ex-président pakistanais Pervez Musharraf placé en résidence surveillée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)