Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INFO ÉCO

Marchés financiers : les investisseurs craignent la remontée des taux américains

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Téhéran à Washington : "Quitter l'accord sur le nucléaire iranien n'est pas une option"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump et Emmanuel Macron : "bromance", "pellicules"... et Iran

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Législatives au Liban : les femmes en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue dans une enquête sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Entre Donald Trump et Emmanuel Macron, des gestes de sympathie très remarqués

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron aux États-Unis : Iran, Syrie, commerce, climat... les sujets qui fâchent

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Entreprises du numérique : les pépites françaises délaissées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Une femme fantastique" : rencontre avec l'actrice transgenre Daniela Vega

En savoir plus

Culture

Cinéma : l’Inde célèbre les 100 ans de Bollywood

© Wikimedia Commons

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/05/2013

L'Inde fête le centième anniversaire de son industrie cinématographique ce vendredi. Hommage à "Raja Harishchandra", le film muet en noir et blanc, précurseur de la grande histoire de Bollywood.

L’Inde fête vendredi le centième anniversaire de son industrie cinématographique en commémorant la sortie le 3 mai 1913 de "Raja Harishchandra", un long-métrage muet en noir et blanc qui marqua les débuts du 7e art sur le sous-continent.

Un film de 50 minutes bien modeste au regard des dernières superproductions de Bollywood, réputées pour leurs danses effrénées rythmées par les voix aigues d’actrices vêtues de manière extravagante.

Inspiré d’un mythe hindou, "Raja Harishchandra" raconte l’histoire d’un roi qui sacrifie sa famille et son royaume pour accomplir une promesse faite à un vieux sage. Les prouesses du souverain maudit impressionnent les dieux, qui finissent par lui rendre sa gloire passée.

"Raja Harishchandra" rencontra un grand succès public. Les projections se succedèrent à travers l’Inde entière, faisant du réalisateur, Dadasaheb Phalke, une icône de l’industrie naissante. Ce dernier réalisa 95 films entre 1913 et sa mort en 1944, confortant au passage son titre de père du cinéma indien.

Le prix "Dadasaheb Phalke" est aujourd’hui la récompense la plus prestigieuse du cinéma indien. Cent ans après cette première projection, Bollywood est plus dynamique que jamais : près de 1 500 films ont été produits en 2012 et le cabinet d’audit KPMG estime que le poids financier de l’industrie du cinéma indien passera de 2 à 3,6 milliards de dollars dans les cinq prochaines années.

Raison de plus pour célébrer ce centenaire lors du Festival de Cannes 2013, avec la projection de deux films commémorant les origines modestes du cinéma indien.
 

Première publication : 03/05/2013

  • CINÉMA

    Cinéma : "L'Écume des jours", surenchère surréaliste signée Michel Gondry

    En savoir plus

  • CINÉMA

    En images : première séance publique au cinéma Le Louxor, à Paris

    En savoir plus

  • CINÉMA

    Le cinéma français à l'honneur du Festival de Cannes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)