Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

FOCUS

Bosnie-Herzégovine : les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

Moyen-orient

Google reconnaît la Palestine

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/05/2013

L'autorité palestinienne a salué, ce vendredi, la décision du moteur de recherche Google de remplacer l'expression "Territoires palestiniens" par "Palestine". Côté israélien, on désapprouve ce changement sémantique.

Un petit pas pour Google, un grand pas pour la Palestine. Les bonnes nouvelles sont rares en ce moment pour les négociateurs palestiniens, ceux-ci n’ont donc pas caché leur satisfaction après avoir appris que le moteur de recherche américain avait remplacé la mention "Territoires palestiniens" par le mot "Palestine" sur sa page palestinienne www.google.ps.

Sabri Saidam, conseiller du président palestinien pour les télécommunications et l’Internet, s’est empressé de saluer un "pas dans la bonne direction" en soulignant que ce changement sémantique était une conséquence directe du vote de l’ONU du 29 novembre dernier, accordant à la Palestine le statut d’État observateur.

"Nous espérons que Google Maps montrera aussi les terres palestiniennes confisquées par la colonisation", a même ajouté ce conseiller de Mahmoud Abbas.

Des "Territoires palestiniens" à la "Palestine"

La décision de Google a été fraîchement accueillie côté israélien. L’État hébreu et son puissant allié américain refusent, en effet, de reconnaître "l’État de Palestine" approuvé par l’Assemblée générale de l’ONU et continuent de se référer à l’expression "Territoires palestiniens".

Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Yigal Palmor, a dénoncé, ce vendredi, "l’implication surprenante d’une entreprise internet privée dans la politique internationale, et d’une manière controversée".

Le géant américain s’est aussitôt défendu de s’impliquer dans le conflit israélo-palestinien. Google s’est ainsi abrité derrière les décisions d’une multitude d’organisations internationales pour justifier l’apparition du terme "Palestine" sur sa page www.google.ps.

"Nous changeons le nom de 'Territoires palestiniens' en 'Palestine' dans tous nos produits. Nous consultons une série de sources et d'autorités pour nommer les pays. Dans ce cas, nous suivons l'ONU, l'Icann (régulateur des noms de domaine sur internet, NDLR) l'ISO (Organisation internationale de normalisation) et d'autres organisations internationales", précise Nathan Tyler, un porte-parole de Google.

Avec dépêches

Première publication : 03/05/2013

  • PROCHE-ORIENT

    La Ligue arabe tente de relancer le processus de paix israélo-palestinien

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Barack Obama : "Les Palestiniens méritent leur propre État"

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Le nouveau gouvernement israélien va renforcer la colonisation

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)