Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

Moyen-orient

Google reconnaît la Palestine

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/05/2013

L'autorité palestinienne a salué, ce vendredi, la décision du moteur de recherche Google de remplacer l'expression "Territoires palestiniens" par "Palestine". Côté israélien, on désapprouve ce changement sémantique.

Un petit pas pour Google, un grand pas pour la Palestine. Les bonnes nouvelles sont rares en ce moment pour les négociateurs palestiniens, ceux-ci n’ont donc pas caché leur satisfaction après avoir appris que le moteur de recherche américain avait remplacé la mention "Territoires palestiniens" par le mot "Palestine" sur sa page palestinienne www.google.ps.

Sabri Saidam, conseiller du président palestinien pour les télécommunications et l’Internet, s’est empressé de saluer un "pas dans la bonne direction" en soulignant que ce changement sémantique était une conséquence directe du vote de l’ONU du 29 novembre dernier, accordant à la Palestine le statut d’État observateur.

"Nous espérons que Google Maps montrera aussi les terres palestiniennes confisquées par la colonisation", a même ajouté ce conseiller de Mahmoud Abbas.

Des "Territoires palestiniens" à la "Palestine"

La décision de Google a été fraîchement accueillie côté israélien. L’État hébreu et son puissant allié américain refusent, en effet, de reconnaître "l’État de Palestine" approuvé par l’Assemblée générale de l’ONU et continuent de se référer à l’expression "Territoires palestiniens".

Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Yigal Palmor, a dénoncé, ce vendredi, "l’implication surprenante d’une entreprise internet privée dans la politique internationale, et d’une manière controversée".

Le géant américain s’est aussitôt défendu de s’impliquer dans le conflit israélo-palestinien. Google s’est ainsi abrité derrière les décisions d’une multitude d’organisations internationales pour justifier l’apparition du terme "Palestine" sur sa page www.google.ps.

"Nous changeons le nom de 'Territoires palestiniens' en 'Palestine' dans tous nos produits. Nous consultons une série de sources et d'autorités pour nommer les pays. Dans ce cas, nous suivons l'ONU, l'Icann (régulateur des noms de domaine sur internet, NDLR) l'ISO (Organisation internationale de normalisation) et d'autres organisations internationales", précise Nathan Tyler, un porte-parole de Google.

Avec dépêches

Première publication : 03/05/2013

  • PROCHE-ORIENT

    La Ligue arabe tente de relancer le processus de paix israélo-palestinien

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Barack Obama : "Les Palestiniens méritent leur propre État"

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Le nouveau gouvernement israélien va renforcer la colonisation

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)