Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Moyen-orient

Google reconnaît la Palestine

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/05/2013

L'autorité palestinienne a salué, ce vendredi, la décision du moteur de recherche Google de remplacer l'expression "Territoires palestiniens" par "Palestine". Côté israélien, on désapprouve ce changement sémantique.

Un petit pas pour Google, un grand pas pour la Palestine. Les bonnes nouvelles sont rares en ce moment pour les négociateurs palestiniens, ceux-ci n’ont donc pas caché leur satisfaction après avoir appris que le moteur de recherche américain avait remplacé la mention "Territoires palestiniens" par le mot "Palestine" sur sa page palestinienne www.google.ps.

Sabri Saidam, conseiller du président palestinien pour les télécommunications et l’Internet, s’est empressé de saluer un "pas dans la bonne direction" en soulignant que ce changement sémantique était une conséquence directe du vote de l’ONU du 29 novembre dernier, accordant à la Palestine le statut d’État observateur.

"Nous espérons que Google Maps montrera aussi les terres palestiniennes confisquées par la colonisation", a même ajouté ce conseiller de Mahmoud Abbas.

Des "Territoires palestiniens" à la "Palestine"

La décision de Google a été fraîchement accueillie côté israélien. L’État hébreu et son puissant allié américain refusent, en effet, de reconnaître "l’État de Palestine" approuvé par l’Assemblée générale de l’ONU et continuent de se référer à l’expression "Territoires palestiniens".

Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Yigal Palmor, a dénoncé, ce vendredi, "l’implication surprenante d’une entreprise internet privée dans la politique internationale, et d’une manière controversée".

Le géant américain s’est aussitôt défendu de s’impliquer dans le conflit israélo-palestinien. Google s’est ainsi abrité derrière les décisions d’une multitude d’organisations internationales pour justifier l’apparition du terme "Palestine" sur sa page www.google.ps.

"Nous changeons le nom de 'Territoires palestiniens' en 'Palestine' dans tous nos produits. Nous consultons une série de sources et d'autorités pour nommer les pays. Dans ce cas, nous suivons l'ONU, l'Icann (régulateur des noms de domaine sur internet, NDLR) l'ISO (Organisation internationale de normalisation) et d'autres organisations internationales", précise Nathan Tyler, un porte-parole de Google.

Avec dépêches

Première publication : 03/05/2013

  • PROCHE-ORIENT

    La Ligue arabe tente de relancer le processus de paix israélo-palestinien

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Barack Obama : "Les Palestiniens méritent leur propre État"

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Le nouveau gouvernement israélien va renforcer la colonisation

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)