Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Gauche : quelle recomposition ?

En savoir plus

POLITIQUE

Trump président des États-Unis : le populisme au pouvoir

En savoir plus

FOCUS

France : de nouvelles inititatives solidaires en faveur des sans-abris

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Asli Erdogan, les maux de la Turquie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May attendue à Davos ce jeudi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des troupes sénégalaises et nigérianes aux frontières de la Gambie

En savoir plus

LE DÉBAT

Lanceurs d'alerte : un risque, à quel prix ? (partie 2)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jean-Pascal Tricoire : "la mondialisation doit être plus inclusive"

En savoir plus

LE DÉBAT

Lanceurs d'alerte : un risque, à quel prix ? (partie 1)

En savoir plus

EUROPE

L'âge de départ à la retraite augmente d'un an pour les Portugais

© AFP | Le Premier ministre portugais Pedro Passos Coelho

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/05/2013

Nouvelle cure d'austérité pour les Portugais : le Premier ministre a annoncé ce vendredi le report de l'âge de départ à la retraite à 66 ans ainsi que la réduction du nombre de fonctionnaires. Des mesures censées satisfaire les créanciers du pays.

Le Premier ministre portugais Pedro Passos Coelho a annoncé vendredi une série de nouvelles mesures d'austérité pour réduire les dépenses publiques de façon permanente, afin de satisfaire aux exigences des créanciers internationaux du Portugal.

Dans un discours à la nation, le chef du gouvernement de centre droit a annoncé notamment le report de l'âge du départ à la retraite à taux plein de 65 à 66 ans et un projet de contribution spéciale sur les pensions de retraite qui épargnera les plus modestes.

M. Passos Coelho a également affirmé son intention d'allonger le temps de travail des fonctionnaires de 35 aux 40 heures en vigueur dans le secteur privé. Le gouvernement souhaite aussi le départ volontaire de quelque 30.000 fonctionnaires dans ce pays qui en compte près de 700.000.

"Les mesures que je viens d'annoncer représentent, dans leur ensemble, environ 4,8 milliards d'euros à l'horizon 2015", a-t-il précisé.

"Hésiter maintenant porterait un coup à la crédibilité que nous avons déjà reconquise", a souligné le Premier ministre, affirmant que ces mesures visaient à éviter un deuxième plan de sauvetage financier.

En mai 2011, le Portugal s'est engagé à mettre en oeuvre un programme de rigueur et de réformes exigeant sur trois ans, en échange d'un prêt de 78 milliards d'euros accordé par l'Union européenne et le Fonds monétaire international.

L'adoption de ces mesures est nécessaire pour que le Portugal obtienne une nouvelle tranche d'aide de deux milliards d'euros de ses bailleurs de fonds, représentés par la "troïka" UE-BCE-FMI.

Le gouvernement avait déjà présenté les grandes lignes de son plan, précisant en particulier qu'il entendait réaliser 4,7 milliards d'euros d'économies entre 2014 et 2016. Il entend également remplacer les mesures d'un montant de 1,3 milliard d'euros rejetées début avril par la Cour constitutionnelle.

"Nous n'allons pas augmenter les impôts pour corriger le problème budgétaire découlant de la décision de la Cour constitutionnelle", a assuré M. Passos Coelho, avant de conclure que "le chemin doit passer par la réduction structurelle des dépenses publiques".

Les plans d'austérité successifs adoptés jusqu'ici ont plongé l'économie portugaise dans la récession et poussé le chômage à des taux record, suscitant un fort mécontentement populaire et un isolement croissant de la coalition au pouvoir depuis deux ans.
 

AFP

Première publication : 03/05/2013

  • PORTUGAL - REPORTAGE

    Les jeunes en quête d'oasis dans le désert économique portugais

    En savoir plus

  • PORTUGAL

    Le Parlement portugais approuve le budget de rigueur pour 2013

    En savoir plus

  • PORTUGAL

    Lisbonne va poursuivre ses mesures d'austérité en 2013

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)