Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

2016-08-29 20:48 UN OEIL SUR LES MEDIAS

En savoir plus

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement.

En savoir plus

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement.

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Puppa Lek Sen, héritier du reggae africain

En savoir plus

FOCUS

Proche-Orient : l’essor du tourisme politique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Tensions entre Grecs et réfugiés sur l’île de Chios

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le plan pour l'islam de France

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

États-Unis : Yellen promet une hausse progressive des taux, les marchés réagissent

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 22h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

REPORTERS

REPORTERS

Dernière modification : 02/09/2014

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

Le 11 mai, les Pakistanais sont appelés à élire un nouveau Premier ministre. Un candidat pourrait bien créer la surprise : Imran Khan. Cette ancienne star du cricket reconvertie en politique a pris la tête d'une troisième force politique en pleine ascension. Le trublion pourrait bien changer la donne dans un pays miné par les attentats et la pauvreté. Nos reporters l'ont suivi dans sa campagne électorale.

Imran Khan est une icône nationale. De plus en plus populaire, il est devenu la coqueluche des médias pakistanais et internationaux. Sa campagne électorale est l’une des plus couvertes : ses meetings passent en direct, intégralement et en boucle, sur les chaînes de télévision pakistanaise. Tout le monde s’arrache cet ancien jet-setteur qui compte Mick Jagger parmi ses amis.

L’ancienne star du cricket qui a pris la tête du PTI, le Pakistan Tehreek-e-Insaf (Mouvement pour la justice), tance aujourd’hui les partis traditionnels, le PPP du clan Bhutto et la Ligue musulmane des frères Sharif. Car Imran Khan est parti en guerre contre les dynasties politiques, la corruption et l’influence américaine au Pakistan.

Mais qui est derrière l'enfant chéri du Pakistan : des hommes d’affaires ? Des islamistes ? L’armée ? Ou tout simplement un peuple déçu par ses dirigeants...? Un peu de tout cela en fait.

L’hiver dernier, le candidat aux législatives du 11 mai s’est illustré pour la première fois en organisant une immense manifestation contre les drones américains. Une caravane de plusieurs milliers de voitures vers le Waziristan, ces zones tribales frontalières avec l’Afghanistan régulièrement bombardées par la CIA. Son credo : même si les hommes qui sont tués par les Américains sont des Taliban, ils ne doivent pas être assassinés arbitrairement, en dehors de toute procédure légale. Imran Khan est le premier homme politique pakistanais à tenir un tel discours sur l’usage des drones, ces avions sans pilote.

Apparaître comme un musulman pieux et pratiquant

L’ancien capitaine de la dernière sélection nationale de cricket à avoir remporté le championnat mondial, en 1992, est devenu un phénomène. Mais s’il fait salle comble à chaque meeting, Imran Khan le doit plus à sa carrière de sportif qu’à son programme politique.

Cette image de légende du cricket et de playboy mondain ami des stars qui lui colle à la peau, Imran Khan veut s’en débarrasser à tout prix. Impossible de lui poser des questions sur sa vie d’avant. Désormais, l'homme séduisant et bien rasé veut apparaître comme un musulman pieux et pratiquant, et surtout montrer sa nouvelle manière de faire de la politique.

Son discours séduit la classe moyenne émergente et les jeunes en quête "d'espoir". Cette jeunesse qui a grandi avec la dictature militaire du général Musharraf, de la fin des années 1990 à 2008 et qui a vu son pays se dégrader économiquement et être réduit au rang de nation terroriste depuis le 11 septembre 2001. Aujourd’hui, après avoir goûté à cinq années de démocratie, les jeunes Pakistanais, et en particulier ceux de la classe moyenne urbaine, ont la gueule de bois, celle des espoirs déçus.

Le Pakistan fait partie des pays les plus corrompus au monde, le président est soupçonné de cacher des dizaines de milliers d’euros dans un compte en Suisse, et le terrorisme fait des morts chaque jour dans tout le pays. Imran Khan est, pour eux, l’atout maître, le sauveur, un justicier du changement. Mais avec un programme plein de belles promesses et aux relents démagogiques, le trublion de la classe politique pakistanaise, s’il est élu, n’aura pas le droit de décevoir. Son prochain défi sera alors de gouverner un pays dirigé de fait par les grandes dynasties familiales, les mollah, et surtout la toute puissante armée pakistanaise.

Par Taha SIDDIQUI , Julien FOUCHET

COMMENTAIRE(S)

Les archives

26/08/2016 RD Congo

RDC : massacres en toute impunité à Beni

Depuis plus d'un an et demi, les massacres de civils se succèdent dans la région de Beni, à l'est de la République démocratique du Congo, voisine de l'Ouganda. Régulièrement, la...

En savoir plus

18/08/2016 Afghanistan

Afghanistan : à Kunduz, dans l’ombre des Taliban

Il y a près d’un an, les Taliban se sont brièvement emparés de Kunduz, ville stratégique du nord-est de l’Afghanistan. Ils en ont été chassés quinze jours après leur arrivée,...

En savoir plus

29/07/2016 JO de Rio 2016

Vidéo : les Jeux olympiques des réfugiés

À Rio, parmi les nombreux sportifs venus du monde entier pour les Jeux olympiques, dix d'entre eux ont un profil particulier. Ce sont des réfugiés qui ont fui la guerre, la...

En savoir plus

23/06/2016 Première Guerre mondiale

Grande Guerre : quand le nord de la France vivait à l'heure allemande

Pendant la Grande Guerre, 13 départements français ont subi l’occupation allemande. Quatre ans durant lesquels deux millions de Français ont vécu une cohabitation forcée avec les...

En savoir plus

08/07/2016 Tchad

Vidéo : Le récit de la progressive mise au ban du Tchadien Hissène Habré

Hissène Habré, président du Tchad entre 1982 et 1990, a été condamné en mai 2016 à la prison à perpétuité pour "crimes contre l'humanité, torture, crimes de guerre et viols"....

En savoir plus