Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

EUROPE

Municipales britanniques : les anti-Européens réalisent une montée en puissance

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/05/2013

Le parti populiste, l’Ukip, a réalisé une percée historique lors des élections locales au Royaume-Uni, infligeant un sérieux revers aux conservateurs menés par David Cameron. Le scrutin avait une valeur de test à l'approche des législatives de 2015.

La vague populiste déferle au Royaume-Uni. Avec 26 % des voix, selon les résultats partiels, le Parti de l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP) a réalisé une percée historique lors des élections municipales en Angleterre et au Pays de Galles. Cette victoire électorale de la formation anti-européenne et anti-immigration signe la meilleure performance pour le quatrième parti du pays depuis la Seconde Guerre mondiale. Il obtient en effet 147 postes de conseillers contre huit auparavant.

"Changement de cap"

"Il s'agit d'un changement de cap dans la politique britannique", a lancé le chef de l'Ukip, Nigel Farage, dont le parti ne dispose pas de siège au Parlement britannique mais compte 12 députés au Parlement européen.

Selon lui, la formation aurait tiré profit de la déception des gens à l'égard des trois formations traditionnelles, conservateurs, travaillistes et libéraux. "Nous avons trois partis qui n'ont plus la capacité de gouverner notre propre pays, qui nous ont laissés au bord de la faillite et laissé la porte ouverte aux politiques d'immigration", a-t-il déclaré à la BBC.

"Nous avons été malmenés par tout le monde, attaqués par tout le corps politique qui a fait de son mieux pour empêcher les gens biens de sortir et de voter pour l'UKIP. Ce qu'ils ont fait en nombre", a-t-il par ailleurs affirmé sur Sky News.

Cette percée représente un revers non négligeable pour les Tories de David Cameron, à deux ans des législatives de 2015, d'autant que l'opposition travailliste a enregistré une nette progression en emportant 538 sièges (+291) sur les quelque 2 400 en jeu.

Par ailleurs, l'Ukip s'offre une deuxième place, avec 24 % des voix, dans une législative partielle organisée à South Shields (nord de l'Angleterre) après la démission du travailliste David Miliband, ancien ministre des Affaires étrangères et frère du chef du Labour. Il relègue en troisième position les conservateurs.

Cameron affaibli par le parti des "barjots et des racistes"

Fort de ces résultats, l'UKIP risque de peser sur les positions du gouvernement Cameron en ce qui concerne l'Europe et l'immigration.

"Je pense que beaucoup de choses peuvent se passer d'ici à 2015, mais si on ne nous donne pas un référendum [sur l'UE] et si l'on ouvre les portes à la Bulgarie et à la Roumanie, créant une deuxième vague d'immigration, alors Dieu seul sait ce qui peut arriver d'autre", a averti M. Farage.

De quoi mettre la pression sur le Premier ministre qui avait déjà tenté de séduire, en janvier 2013, les eurosceptiques en organisant un référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne d'ici à 2017, à condition d’être reconduit lors des législatives.

David Cameron a d’ailleurs tenu à ne pas s’avouer vaincu : "Nous devons respecter les personnes qui ont choisi de soutenir" l'Ukip, a-t-il réagi, parti qu’il avait pourtant classé parmi les "barjots et les racistes". "Nous allons travailler dur pour reconquérir ces voix".

Avec dépêches

Première publication : 03/05/2013

  • ROYAUME-UNI

    Dépendre des aides sociales est "un choix de vie", selon David Cameron

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Cameron promet un référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'UE

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    L'héritage politique de Margaret Thatcher divise les Britanniques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)