Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Moyen-orient

Les États-Unis évoquent du bout des lèvres l'idée d'armer les rebelles syriens

© AFP | Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/05/2013

Les États-Unis ont pour la première fois depuis le début du conflit syrien évoqué, jeudi, la possibilité d'armer la rébellion. Washington s'était pourtant longtemps montré réticent, de peur que leur arsenal ne tombe entre les mains des islamistes.

Armera ou n'armera pas. La question de l’armement des rebelles syriens par la communauté internationale n’en finit plus de se poser. Longtemps sceptiques à l’idée de fournir des armes létales qui pourraient tomber entre de mauvaises mains - celles des islamistes -, les États-Unis semblent avoir infléchi leur position. Jeudi 2 mai, Washington a pour la première fois, depuis le début du conflit syrien en mars 2011, publiquement évoqué, avec prudence, la possibilité de fournir des armes à la rébellion.

"Cela ne veut pas dire qu’on veut ou va le faire. Ce sont des options qui doivent être envisagées avec les partenaires, avec la communauté internationale", a déclaré le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel.

Le États-Unis se cantonnaient jusqu'à maintenant à une aide humanitaire et "non létale" aux rebelles.

"Envisager toutes les options"

Interrogé sur les propos de son ministre, le président Obama a affirmé jeudi "dire cela depuis des mois". "Alors que nous voyons davantage de signes d'effusion de sang et d'utilisation possible d'armes chimiques en Syrie, j'ai dit que nous envisagions toutes les options", a-t-il ajouté. Il est vrai que depuis plusieurs semaines, le président américain avait menacé de "revoir la gamme de possibilités qui sont à disposition des États-Unis" si le régime de Damas franchissait la  "ligne rouge" et utilisait des armes chimiques contre la population.

Mais prendre la bonne décision reste une véritable gageure. "Nous voulons nous assurer que cela améliorera réellement la situation plutôt que la rendre plus complexe et meurtrière".

Sur le terrain, des combats ont eu lieu dans la région côtière de Banias, majoritairement alaouite. Ce sont les premiers depuis le début du conflit. "Au moins sept soldats ont été tués et 20 autres ont été blessés dans les combats entre rebelles d'une part et l'armée et les forces pro-régime alaouites d'autre part qui assiègent Bayda depuis ce matin", indique l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), parlant des "premiers (combats) du genre dans la région de Banias".

Avec dépêches

Première publication : 03/05/2013

  • SYRIE

    Brahimi sur le départ : l'échec annoncé du médiateur en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Obama confirme avec prudence l'emploi d'armes chimiques en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Armes chimiques syriennes : Obama exprime son inquiétude à Poutine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)