Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Un projet d'attentat jihadiste déjoué contre la Commission européenne à Bruxelles

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Economie

Wikipédia, une encyclopédie sexiste ?

© AFP

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 03/05/2013

Après la découverte par une romancière américaine d'une sous-catégorie de Wikipédia réservée aux femmes écrivains, la polémique a enflé aux États-Unis sur les pratiques supposées sexistes de l'encyclopédie en ligne.

C’est dans les pages du New York Times que la romancière Amanda Filipacchi a lancé le 24 avril la polémique. Dans un billet intitulé "le sexisme de Wikipédia", elle s’est étonnée de plusieurs changements effectués sur le site de la célèbre encyclopédie en ligne : "Il semble que progressivement, au cours du temps, les éditeurs ont commencé à déplacer les femmes, une par une et alphabétiquement, de la catégorie "Écrivains américains" vers la sous-catégorie "Femmes écrivains américaines". Ces modifications auraient été opérées car la liste des "Écrivains américains", qui compte 3 837 noms, était devenue trop longue.

Ce déplacement virtuel peut paraître au premier abord anecdotique, mais pour Amanda Filipacchi, il est le reflet du peu de reconnaissance accordée aux femmes dans le monde des lettres. "Ce sont peut-être des petites choses comme celles-ci qui rendent encore plus difficile et long le fait que les femmes obtiennent l’égalité dans le milieu littéraire", note-t-elle.

"Un pas en arrière"

Après la publication de ce billet accusateur, les réactions n’ont pas tardé. Comme le rapporte la romancière dans un autre article, plusieurs rédacteurs mécontents se sont défoulés sur sa propre page Wikipédia : "Ils ont commencé à faire des rectifications, à effacer le plus possible de choses, enlever des liens vers des sources extérieures comme des interviews ou des critiques de mes livres".

Malgré ces petites vengeances, Amanda Filipacchi peut se féliciter d'avoir lancé le débat. Plusieurs autres femmes écrivains américaines se sont émues de ce manque de considération. Sur son compte twitter, la célèbre poète Joyce Carol Oates a résumé l’affaire en expliquant que sur Wikipédia "tous les hommes écrivains sont des écrivains, tandis qu’une femme écrivain est une femme écrivain". Également choquée, la critique littéraire Elaine Showalter a déclaré pour sa part qu’il "s’agissait d’un nouveau pas en arrière".

Pour tenter d’expliquer cette situation, il faut regarder de plus près la composition des membres actifs de Wikipédia. Comme le décrit Melville House, une maison d’édition indépendante sur l’un de ses blogs, "au sein de la communauté Wikipédia, les femmes ne représentent que 15% des contributeurs et seulement 9% des éditeurs". Aux États-Unis, les femmes écrivains reçoivent aussi clairement beaucoup moins d’attention que leurs homologues masculins. Pour exemple, en 2012, le New York Review of Books a fait la critique d’ouvrages de 40 femmes auteurs, contre 215 hommes.

De nombreux contributeurs

Face à cette avalanche de critiques, Wikipédia s’est finalement défendu par un communiqué publié le 1er mai et écrit par Sue Gardner, journaliste et directrice générale de la Wikimédia Foundation (l’organisme qui possède les serveurs hébergeant Wikipédia). Cette dernière y affirme qu’elle comprend "totalement pourquoi Filipacchi s’est sentie outragée", mais que de "nombreux points n’ont pas été abordés par les médias". Selon Sue Gardner, Wikipédia a adopté depuis 2011 une politique pour décourager la création de sous-catégories basées sur les genres. Elle insiste également sur le fait que les contributeurs du site sont très nombreux. Un contrôle absolu serait impossible: "Sachant qu’il y a environ 80 000 membres actifs, il serait absurde de dire que Wikipédia échappe à la misogynie".

Pour la directrice de Wikimédia, la solution est finalement entre les mains de tous les Internautes. En signalant immédiatement des manquements aux règles, les membres permettront d’éviter d’autres dérives sexistes : "Wikipédia appartient à ses lecteurs. Il est du devoir de tout le monde de le rendre aussi parfait que possible".

Suite à cette polémique, les noms des femmes écrivains ont retrouvé leur place dans la catégorie "Écrivains américains. La sous-catégorie "Femmes écrivains américaines" est quant à elle toujours en ligne, mais comme l'indique un message d'avertissement, son nom est encore soumis à approbation et est susceptible d'être modifié".

La page de Wikipédia incriminée
© Capture

Première publication : 03/05/2013

  • INTERNET

    Au nom du secret-défense, la DCRI veut censurer une page Wikipédia

    En savoir plus

  • INTERNET

    Wikipédia se perd aussi dans les méandres de la guerre des chefs à l’UMP

    En savoir plus

  • INTERVIEW

    Pour le fondateur de Wikipédia, "il est nécessaire d’attirer des gens de profils différents"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)