Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Résilience brésilienne"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel avenir pour la SNCM?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, c'est l'Allemagne qui gagne"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU se réunit en urgence

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois juifs"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

Amériques

Attentat de Boston : personne ne veut enterrer Tamerlan Tsarnaev

© AFP

Texte par Assiya HAMZA

Dernière modification : 04/05/2013

La dépouille de l’aîné des frères Tsarnaev, auteurs présumés de double attentat de Boston du 15 avril, peine à trouver une ultime demeure. Aucun cimetière ne souhaite accueillir sa dépouille.

C’est un cadavre de plus en plus encombrant. Depuis le 2 mai, plusieurs dizaines de personnes manifestent devant les pompes funèbres Graham, Putnam and Mahoney Funeral Parlors à Worcester dans le Massachusetts, à une soixantaine de kilomètres de Boston. La raison ? Cet établissement est chargé de l’inhumation de Tamerlan Tsarnaev, soupçonné d'être l'organisateur du double attentat du marathon de Boston qui a fait trois morts et 264 blessés le 15 avril. Une situation d'autant plus critique qu'aucun cimetière ne souhaite accueillir la dépouille du jeune homme de 26 ans, abattu par la police le 18 avril dans la banlieue de Boston alors qu'il tentait de fuir.

"C’est injuste qu’il repose ici", s’indigne Ryan Madelle rapporte le "Boston Globe". "C’est injuste que nous soyons obligés de le garder" , poursuit-elle devant les pompes funèbres sous les cris de manifestants scandant "Renvoyez-le !" [à Boston voire en Russie pour certains manifestants NDLR].

"Il devrait être enterré en enfer", estime une habitante de Worcester interrogée par le "Boston Globe". "Personnellement, je le mettrai dans un bateau et je l’immergerai au milieu de l’océan pour qu’il rejoigne Oussama Ben Laden !", lance une autre manifestante.

"Tout le monde a droit à des funérailles"

"Je ne rend pas hommage à un terroriste. J’enterre juste une dépouille", s’est justifié Peter Stefan, directeur des pompes funèbres Graham, Putnam and Mahoney Funeral Parlors, rapporte le "Telegram & Gazette Today. " Mon problème est de trouver un endroit pour l’enterrer", a-t-il également déclaré à l’agence AP. "De nombreuses personnes refusent de le faire. Elles ne veulent pas être mêlées à tout cela", regrette-t-il.

Quatre cimetières dont deux à Boston ont d’ores et déjà répondu par une fin de non-recevoir au directeur des pompes funèbres. Pas de quoi décourager Peter Stefan qui estime que "tout le monde a droit à des funérailles". C’est ainsi qu’il a enterré quelques-uns des personnages les plus controversés de l’histoire des États-Unis comme Lee Harvey Oswald, assassin présumé du président John Fitzgerald Kennedy le 22 novembre 1963, ou encore le tueur en série Ted Bundy. "Quelqu’un doit aussi les enterrer", affirme-t-il.

Enterré selon le rite musulman

Si aucune solution n’est trouvée, le directeur de la maison funéraire sera contraint de se tourner vers les autorités fédérales. D’après la loi, les cimetières ne peuvent refuser d’enterrer quelqu’un accusé de crimes ou un criminel avéré. Selon David Boyle, président de l’association des cimetières du Massachussets, interrogé par le "Boston Globe", les cimetières privés peuvent néanmoins réserver leurs concessions aux membres d’une certaine religion et les cimetières municipaux peuvent refuser les dépouilles des non-résidents de la commune.

La veuve de Tamerlan Tsarnaev, Katherine Russel, avait refusé de prendre en charge la dépouille à la morgue, laissant le soin aux proches du jeune homme de 26 ans de gérer les funérailles dans le respect de la tradition musulmane.

À l’issue de la seconde autopsie du corps, demandée par la famille Tsarnaev, la dépouille sera donc lavée et enterrée conformément au rite funéraire musulman. "Sa famille souhaite qu’il soit enterré à Boston, dans un cimetière musulman, poursuit Peter Stefan dans le "Boston Herald". Et de conclure : "Je ne vais pas pouvoir conserver la dépouille très longtemps". 
 

Première publication : 04/05/2013

  • ATTENTAT DE BOSTON

    Djokhar Tsarnaev quitte l'hôpital pour rejoindre la prison

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Attentat de Boston : trois nouveaux suspects accusés d'entrave à la justice

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Que savait la veuve du cerveau de l'attentat de Boston ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)