Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Ukraine : l'UE pose un ultimatum à la Russie avant de nouvelles sanctions

    En savoir plus

  • La contestation anti-gouvernementale vire au chaos à Islamabad

    En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls défend sa ligne à l'université d'été du PS

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

  • Offensive irakienne et frappes américaines contre l'État islamique à Amerli

    En savoir plus

  • UE : le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

Afrique

L'ex-président Bozizé visé par une enquête pour violations des droits de l’Homme

© AFP | Le président déchu François Bozizé

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/05/2013

Le parquet de Bangui a ouvert une enquête contre le président déchu François Bozizé et ses proches pour violations des droits de l'Homme. L'ancien homme fort de la Centrafrique, renversé par un coup d'État le 24 mars, a fui le pays.

Plus d’un mois après sa fuite de la Centrafrique, l’ex-président François Bozizé est rattrapé par la justice. D'après une annonce le 4 mai du ministre de la Justice Arsène Sendé, le parquet de Bangui a ouvert une enquête pour violations des droits de l'Homme commises par le chef d’État déchu et ses proches durant son régime et après le coup d'État de la Séléka qui l'a renversé le 24 mars.

"J'ai donné des instructions au procureur général près la Cour d'appel de Bangui, parce que des crimes et autres graves violations des droits humains ont été commis, et continuent de l'être, par l'ex-président François Bozizé, les éléments de sa garde rapprochée et certains de ses proches", a ainsi déclaré Arsène Sendé.

Assassinats, séquestrations, tortures…

Et le ministre de dresser une liste de violations : "assassinats, arrestations, séquestrations, détentions arbitraires et tortures, destructions et incendies des maisons d'habitation, enlèvements, exécutions sommaires et extra-judiciaires, incitation à la haine et au génocide, crimes économiques, actes de nature à compromettre la paix civile".

Parmi les cas d'assassinats, 119 personnes auraient été exécutées sommairement par la garde rapprochée de François Bozizé, menée par le capitaine Eugène Ngaïkosset surnommé "le boucher de Paoua", selon Arsène Sendé.

Ce dernier a également évoqué le cas du colonel Charles Massi, ancien ministre et chef de la rébellion centrafricaine Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP), "arrêté début 2010 au Tchad et remis aux autorités centrafricaines, puis exécuté par la garde rapprochée du président Bozizé".

Exécutions de proches de la Séléka

D'après Arsène Sendé, une dizaine de personnes, supposées appartenir à la coalition Séléka ou être proches de ses dirigeants, ont également été exécutées le 23 mars, veille de la prise de Bangui, par un officier de la garde rapprochée de François Bozizé au cimetière de Ndrès, dans le nord-est de la capitale.

L'ancien président Bozizé, 66 ans, lui-même arrivé au pouvoir par les armes en 2003, avait été élu président en 2005 et réélu en 2011 au terme d'un scrutin très critiqué par l'opposition. Après l'entrée des rebelles dans la capitale centrafricaine, il s'est réfugié au Cameroun. Depuis sa fuite, Bangui est en proie aux pillages et des renforts de la Force multinationale d'Afrique centrale (Fomac) sont attendus prochainement pour tenter de ramener la sécurité dans la capitale.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 04/05/2013

  • CENTRAFRIQUE

    Affrontements meurtriers à Bangui entre pro-Bozizé et membres de la Séléka

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Une force de 2 000 soldats supplémentaires bientôt déployée en Centrafrique

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Exclusif : "Il ne fait pas partie de la Séléka, on l'a arrêté et déshabillé"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)