Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : un budget 2015 sur des œufs

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Hong Kong : les manifestants veulent court-circuiter la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, assassiné en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hervé Gaymard : "Il n'y aura pas de guerre des chefs à l'UMP"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

EUROPE

La première femme ministre noire d'Italie fait face aux insultes racistes

© AP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/05/2013

"Guenon congolaise", "la Zouloue"... Depuis sa nomination au ministère de l'Intégration, Cécile Kyengé est la cible d'injures racistes. Elle y répond en se disant "fière d'être noire" et estime que l'Italie n'est pas un pays raciste.

Cécile Kyengé, première femme noire ministre en Italie, a répliqué aux insultes sexistes et racistes en se disant fière d'être noire et en estimant que l'Italie n'était pas un pays raciste.

Nommée ministre de l'Intégration dans le gouvernement d'Enrico Letta formé le week-end dernier, Cécile Kyengé, ophtalmologiste originaire de la République démocratique du Congo (RDC) a obtenu la citoyenneté italienne par son mariage. Mais depuis sa nomination, elle est la cible de mouvements d'extrême-droite qui se déchaînent sur la blogosphère, où elle est traitée de "guenon congolaise" ou appelée "la Zouloue" ou "la Noire anti-italienne".

Des insultes ont également été proférées par un député européen, Mario Borghezio, élu de la Ligue du Nord. Le gouvernement Letta, a-t-il dit, est un "gouvernement bonga
bonga" - une allusion aux soirées "bunga bunga" de Silvio Berlusconi. Quant à Cécile Kyengé, a-t-il ajouté, elle est sans doute "une bonne femme au foyer, mais pas une ministre".

Le gouvernement a ordonné l'ouverture d'une enquête sur ces insultes, demandée par la ministre de l'Egalité des droits, Josefa Idem, une Allemande naturalisée italienne par son mariage. La présidente de la Chambre des députés, Laura Boldrini, a dénoncé elle des "vulgarités racistes".

Cécile Kyengé a indiqué elle qu'elle défendrait un projet de réforme de la citoyenneté, qui l'accorderait automatiquement aux enfants nés en Italie de parents immigrés sans attendre leurs dix-huit ans pour déposer une demande de naturalisation.

"Je suis arrivée seule en Italie à l'âge de 18 ans et je ne crois pas qu'on doive céder devant les obstacles", a dit la ministre.

Elle demande également qu'on cesse de dire qu'elle est une femme "de couleur", ainsi que le font des médias italiens. "Je ne suis pas une femme de couleur, je suis noire et je le dis avec fierté."

Derrière le racisme, le sexisme

De sa propre expérience, elle observe que son pays d'adoption n'est pas un pays raciste - "l'Italie a une tradition d'accueil et d'hospitalité. Il nous faut reconnaître ces   traditions et les mettre quotidiennement en application."

Cécile Kyengé n'est cependant pas la première personnalité publique noire à être confrontée au racisme.

Né de parents ghanéens en Sicile et adopté par une famille italienne, le footballeur Mario Balotelli, star du Milan AC et de la sélection nationale, a lui aussi essuyé des insultes et des cris de singe dans des stades, en Italie ou ailleurs. "Il n'existe pas d'Italiens noirs", ont scandé des supporters d'un club rival lors d'un match.

Avant lui, le basketteur Carlton Myers, né d'un père originaire des Antilles britanniques et d'une mère italienne, champion d'Europe en 1999 et porte-drapeau de la délégation
italienne aux Jeux olympiques de Sydney, en 2000, avait également eu maille à partir dans des salles.

Dans un communiqué diffusé sur le site du Milan AC, Mario Balotelli a salué dans la nomination de Cécile Kyengé "un grand pas de plus vers une société italienne plus civile, plus responsables et consciente de la nécessité d'une meilleure intégration".

Laura Boldrini estime elle que les insultes visant Cécile Kyengé, une des sept femmes ministres du gouvernement Letta, un record, procèdent également du fait qu'elle est précisément une femme.

"Lorsqu'une femme assume une responsabilité publique, elle est la cible d'agressions sexistes qui usent toujours du même lexique, celui de l'humiliation et de la soumission", a dit vendredi dans les colonnes de La Repubblica la présidente de la Chambre des députés, qui dit avoir reçu elle-même des menaces de mort.

"Nous ne devons pas avoir peur de le dire: c'est une culture souterraine, partagée d'une certaine manière. A mon sens, c'est une urgence en Italie", a-t-elle ajouté, évoquant les nombreux cas de maltraitance dont les femmes sont victimes, souvent de la part de leur mari ou de leur père.

Reuters
 

Première publication : 04/05/2013

  • ITALIE

    Fort du soutien du Sénat, Enrico Letta part en tournée européenne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)