Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

François Hollande maintient le cap malgré la claque électorale

En savoir plus

DÉBAT

Départementales en France : la droite gagne, la gauche encaisse, le FN trébuche (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Départementales en France : la droite gagne, la gauche encaisse, le FN trébuche (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Grèce : Tsipras veut "un compromis honnête" avec les créanciers

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Jackson Pollock et le Moyen-Orient "

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Départementales : un humour déplacé ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Quelle gauche ?"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Nigeria attend dans la fébrilité les résultats de la présidentielle

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Antonio Costa : "Avec l'Euro, il y a quelques gagnants mais beaucoup de perdants"

En savoir plus

Afrique

Abderrezak Mokri, nouveau visage du parti islamiste algérien MSP

© Capture d'écran Nessma

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/05/2013

Abderrezak Mokri a été élu samedi président du parti islamiste Mouvement de la société pour la paix (MSP). Il succède à Bouguerra Soltani, resté à la tête du parti pendant dix ans.

Le parti islamiste Mouvement de la société pour la paix (MSP) a un nouveau visage. La formation anciennement membre de l’Alliance présidentielle algérienne a choisi samedi 4 mai Abderrezak Mokri pour remplacer Bouguerra Soltani resté à la tête du parti pendant dix ans. "Le renouveau du parti interviendra quand les décisions prises au niveau de ses institutions seront respectées par tous, moi-même en premier", a déclaré Abderrezak Morkri dans une allocution après avoir été élu président du mouvement par 177 voix contre 65 lors du 5e congrès du mouvement tenu à Alger, selon l'agence APS. Il était en compétition pour ce poste avec Abderrahmane Saïdi, ancien président du Majlis Echoura (Conseil consultatif) du MSP.

Cap sur "les prochains rendez-vous électoraux"

Le président fraîchement élu a rappelé que le MSP "avait contribué, dans les circonstances qu’aura connues l’Algérie durant les années 1990, à la stabilité de l’État et la préservation des constantes nationales". Abderrezak Morkri a également rappelé que son mouvement intégrerait le gouvernement "quand le peuple lui accordera sa confiance lors des prochains rendez-vous électoraux".

Abderrezak Morkri représente une ligne plus radicale au sein de son parti et a longtemps collaboré avec le défunt Mahmoud Nahnah, fondateur de cette formation. Le MSP semble donc avoir choisi la voie de la rupture définitive avec les partis au pouvoir.

Troisième parti du Parlement jusqu'aux élections du 10 mai, le MSP avait décidé en janvier 2012, dans la foulée des Printemps arabes, de quitter l'Alliance présidentielle formée du Front de libération nationale (FLN, présidentiel) et du Rassemblement national démocratique (RND du Premier ministre de l'époque Ahmed Ouyahia) pour fonder une Alliance verte avec d'autres partis islamistes algériens.

Un parti désormais dans l'opposition

Mais les islamistes qui avaient été convaincus d'une victoire à l'instar de ce qui s'était passé chez leurs voisins tunisiens, marocains et égyptiens ont perdu la partie et sont désormais dans l'opposition. Lors des élections legislatives de mai 2012, le MSP n’avait ainsi obtenu que 66 sièges sur 462.

La première tâche d'Abderrezak Mokri sera donc d'unifier son parti et ce dans la perspective de l'élection présidentielle d'avril 2014.

Première publication : 05/05/2013

  • ALGÉRIE

    Fin de partie pour Abdelaziz Bouteflika ?

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    L'état de santé du président Bouteflika ne suscite "aucune inquiétude"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Commémoration de la guerre d'Algérie : trois dates et une polémique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)