Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Uber piraté massivement

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"TPIY, dernier acte"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Zimbabwe : La fin de l'ère Mugabe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : scènes de liesse à Harare après la démission de Mugabe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hortefeux : "Si le président prend de bonnes initiatives pour les collectivités, nous le dirons"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Brice Hortefeux : le poste de Castaner au gouvernement est "sensible, mais pas essentiel"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"La bataille des sexes" : l’égalité homme-femme en jeu

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

En savoir plus

Asie - pacifique

La coalition sortante remporte les législatives en Malaisie

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/05/2013

Le Barisan Nasional, parti au pouvoir depuis l'indépendance de la Malaisie en 1957, a gagné dimanche les élections législatives en remportant 133 sièges du Parlement sur 222. Le taux de participation a atteint les 80 % lors de ce scrutin, un record.

Au pouvoir depuis plus d'un demi-siècle en Malaisie, le parti Barisan Nasional (BN, Front national), emmené par le Premier ministre sortant Najib Razak, a gagné dimanche les élections législatives en remportant 133 des 222 sièges au Parlement, selon des résultats officiels publiés par la Commission électorale.

Le Barisan Nasional a remporté une série de sièges dans son fief de l'État de Sarawak, dans l'île de Bornéo, ce qui lui assure une majorité au Parlement, mais enregistre toutefois son plus mauvais score depuis 56 ans. Selon pluseiurs sources proches du pouvoir, ce recul pourrait contraindre Najib Razak à démissionner avant la fin de l'année.

L'opposition remporte, elle, 88 sièges et conserve l'État de Penang, économiquement important. Elle conserverait également l'État industriel de Selangor que le Premier ministre sortant s'était promis de lui rependre.

D'après la commission, le taux de participation lors du scrutin s'est établi à 80 % des inscrits, un record pour le pays.

L’opposition dénonce des fraudes

Les résultats ont été immédiatement contestés par le chef de file du Pakatan Rayak (PR, Pacte populaire), Anwar Ibrahim, sorte de "Nelson Mandela local" qui briguait le gouvernement depuis une quinzaine d’années. "Ces élections sont entachées de fraude et la Commission électorale a failli", a-t-il déclaré à la presse. "Vingt à trente sièges ont été perdus avec des majorités très faibles. Nous envisageons tout recours judiciaire possible", a-t-il ajouté.

Pendant la campagne, le chef de l'opposition avait averti à de multiples reprises qu'il ne se laisserait pas "voler la victoire", accusant le parti au pouvoir de fraudes électorales. Il avait notamment dénoncé pendant la campagne la présence de dizaines de milliers d'électeurs "douteux". Selon de nombreux témoins, l'encre, prétendument indélébile dont on marque les doigts des votants pour éviter les fraudes, s'effaçait en fait très facilement, ce qui aurait permis à des électeurs de voter plusieurs fois.

Le Premier ministre sortant a quant à lui appelé l'opposition à "accepter le résultat" des élections "dans l'intérêt national".

Avec dépêches
 

Première publication : 05/05/2013

  • MALAISIE

    Anwar Ibrahim veut offrir à la Malaisie sa première alternance politique

    En savoir plus

  • MALAISIE

    Quand Thalès torpille la campagne électorale du Premier ministre malaisien

    En savoir plus

  • MALAISIE

    L'opposant charismatique Anwar Ibrahim jugé non coupable de sodomie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)