Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Le plan de Hollande pour l'emploi des jeunes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le Bureau des légendes" : Une série d'espionnage entre psychologie et action

En savoir plus

FOCUS

Beate et Serge Klarsfeld : un couple qui a dédié sa vie à la traque des nazis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Méditerranée : "Le cimetière marin"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Derrière les islamistes, les bassistes"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Selon Pierre-René Lemas (CDC), il faut commencer à baisser les impôts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditerranée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'y pense et puis j'oublie "

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les nouveaux boat people"

En savoir plus

Moyen-orient

Damas dénonce une nouvelle "agression israélienne"

© AFP

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY , Florence THOMAZEAU

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/05/2013

Un haut responsable israélien confirme qu'une attaque aérienne, visant des missiles iraniens destinés au Hezbollah, a été menée dans la nuit de samedi à dimanche. Il s'agirait de la deuxième opération israélienne contre la Syrie en trois jours.

"En ne reconnaissant pas sa responsabilité, Israël évite la guerre ouverte"

L'État hébreu aurait bien bombardé la Syrie pour la deuxième fois cette semaine. Un haut responsable israélien, cité par l'AFP, a confirmé qu'une attaque aérienne avait été menée par l'aviation israélienne dans la nuit du samedi 4 au dimanche 5 mai. La cible de ce raid, en revanche, diverge selon les sources.

Selon l'agence officielle syrienne Sana, des roquettes israéliennes ont frappé le centre de recherches scientifiques de Jamraya, à Damas. La télévision syrienne a dénoncé une "agression israélienne" visant à "desserrer l'étau sur les terroristes dans la Ghouta de l'est", une région située dans la banlieue proche de Damas.
 
"Des missiles en transit entre l'Iran et le Hezbollah"
 
À en croire d'autres sources, ce sont des missiles destinés au Hezbollah, un mouvement chiite libanais allié de Damas, qui ont été visés. "L'attaque a eu lieu tout près de l'aéroport de Damas et la cible était des missiles iraniens destinés au Hezbollah", affirme ainsi le haut responsable israélien cité par l'AFP.
 
"Au cours de l'attaque de la nuit dernière, comme de la précédente, ce qui était visé, ce sont des réserves de missiles Fateh-110 qui étaient en transit entre l'Iran et le Hezbollah", confirme une source au sein d'un service de renseignement occidental citée par Reuters.
 
L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), proche de l'opposition syrienne, rapporte pour sa part des récits de témoins affirmant avoir vu des avions dans le ciel au moment des explosions. L'OSDH ajoute que les frappes ont visé le centre de Jamraya mais aussi un dépôt de munitions voisins. Une vidéo, mise en ligne par des activistes syriens, montre une boule de feu se former dans la nuit aux abords de Damas.
 
Selon Gallagher Fenwick, le correspondant de FRANCE 24 à Jérusalem, pour qui les frappes israéliennes en Syrie sont "un secret de polichinelle", la stratégie de l’État hébreu est d’éviter une déclaration de guerre ouverte, en ne reconnaissant pas officiellement sa responsabilité. En outre, le transit d’armes iraniennes n’est remis en cause par aucun pays ou service de renseignement occidental, d’après le journaliste. "C’est bien connu qu’un important nombre d’armes transite ou transitait depuis l’Iran vers le Liban, utilisant la Syrie comme passerelle. Israël veut absolument empêcher de voir tomber ces missiles entre les mains de ses ennemis régionaux, notamment celles du Hezbollah dans le Sud-Liban", explique-t-il.
 
"L’État hébreu ne craint pas une escalade"
 
Frédéric Encel : "Les Israéliens prennent un risque calculé"
Pour Kristell Bernaud, autre correspondante de FRANCE 24 à Jérusalem, bien que les raids menés par Tsahal en Syrie devraient continuer tant qu’il y aura des transferts d’armes, le début d’un conflit régional d’ampleur ne semble pas à l’ordre du jour, à en juger par l’absence de changement dans l’agenda politique du Premier ministre israélien.  "Benjamin Netanyahou a maintenu son voyage de cinq jours en Chine, qui doit débuter ce dimanche après-midi, ce qui laisse penser que l’État hébreu ne craint pas une escalade", précise-t-elle.
 
Dimanche matin, deux batteries anti-missiles Iron Dome ont néanmoins été déployées dans le nord d'Israël. Selon les médias israéliens, il s’agit de protéger les villes de Safed et Haïfa, en Galilée.
 
FRANCE 24 avec dépêches
 

 

Première publication : 05/05/2013

  • IRAN

    Après les frappes israéliennes, Téhéran se dit prêt à entraîner l'armée syrienne

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'aviation israélienne aurait mené un raid contre la Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    En Syrie, un charnier découvert dans un quartier sunnite de Banias

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)