Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

Moyen-orient

Le gaz sarin, une arme de destruction massive

© AFP

Texte par Perrine MOUTERDE

Dernière modification : 06/05/2013

Des armes chimiques ont-elles été utilisées en Syrie ? Plusieurs sources occidentales s’en disent désormais convaincues. Parmi ces armes figure le gaz sarin, un puissant neurotoxique 500 fois plus toxique que le cyanure.

Qu’est-ce que le gaz sarin ?

Substance inodore, incolore et volatile, le gaz sarin est l’un des poisons les plus toxiques au monde. Inventé en 1938 par des chimistes allemands qui le découvrent par hasard alors qu'ils travaillent sur de nouveaux pesticides, il fait partie de la dernière génération d’armements chimiques : il serait, selon les experts, 500 fois plus toxique que le cyanure et jusqu’à 30 000 fois plus toxique que le gaz moutarde. 

Quels symptômes provoque-t-il ?  

Le sarin attaque le système nerveux humain. Inhalée ou absorbée par la peau, une goutte de sarin – soit quelques milligrammes – provoque presque inévitablement la mort, qui survient de façon très rapide, en quelques minutes. Quand il ne tue pas, ce neurotoxique laisse des lésions et des séquelles neurologiques extrêmement graves. 

Les symptômes sont multiples : dilatation des pupilles, troubles nerveux et musculaires, difficultés respiratoires, vomissements, coma ou encore convulsions avant la mort par l’asphyxie. 

Depuis quand est-il interdit ?  

Après la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis et la Russie produisent du gaz sarin en grande quantité. Adoptée en 1991, la résolution 687 des Nations unies le classe en tant qu’arme de destruction massive. Elle interdit d'en produire et d'en posséder. Signée en 1993, la Convention sur l’interdiction des armes chimiques ordonne la destruction des stocks à travers la planète. 

Aujourd’hui, la Syrie est l'un des derniers États à ne pas avoir signé cette convention. En juillet 2012, le régime de Damas a reconnu, pour la première fois, posséder des armes chimiques. La Syrie est soupçonnée d’être le pays qui détiendrait l’arsenal le plus important et le plus avancé du Moyen-Orient. 

Concernant le gaz sarin, la Syrie en possède au moins des dizaines de tonnes. "Ce sont des stocks qui ont été fabriqués à l'intérieur du pays dans les années 1990", précise Olivier Lepick, spécialiste des armes chimiques et chercheur associé à la Fondation pour la recherche stratégique. 

Où est stocké le sarin syrien ?  

Selon le Centre d'études de sécurité internationale et de maîtrise des armements, les deux principaux sites de stockage seraient situés à Khan Abou Shamat, à l’est de Damas, et à Furqlus, près de Homs. Il existerait d’autres sites répartis sur le territoire syrien. 

Le gaz sarin doit être conservé dans des conteneurs hermétiques, à l'abri de la lumière et de toute variation de température. Il peut se dégrader très rapidement dans des conditions instables. Il peut aussi être conservé dans sa formule militarisée dans des vecteurs de dispersion (obus, missiles, etc). Sous cette forme, le sarin peut être stocké plusieurs années. 

Comment s'utilise-t-il ?  

Le sarin doit être mélangé à des précurseurs chimiques, généralement stockés séparément pour des raisons de sécurité. Les vecteurs de dispersion vont ensuite des obus d’artillerie aux roquettes, bombes aériennes et missiles équipés de têtes chimiques. Comme il n'a aucun goût, le sarin peut aussi être utilisé pour empoisonner de l’eau ou de la nourriture. 

Le sarin a-t-il déjà été utilisé ? 

Oui, à au moins trois reprises : 

  • Lors de la guerre Iran-Irak dans les années 1980. Dès 1983, le régime de Saddam Hussein utilise des armes chimiques contre l’armée iranienne mais aussi contre des populations civiles. 
     
  • Lors de l’opération Anfal, en Irak. Le 16 mars 1988, l’aviation irakienne largue des bombes chimiques contenant entre autres du gaz sarin et du gaz moutarde sur la ville d’Halabja, au nord du pays. Ces raids tuent environ 5 000 Kurdes et laissent au moins 65 000 personnes avec des séquelles multiples : problèmes respiratoires, maladies de la peau, cancers, malformations, infertilité...
     
  • Lors de l’attentat du métro de Tokyo de 1995. Le 20 mars de cete année-là, cinq membres de la secte religieuse japonaise Aum Shinrikyo dispersent du gaz sarin sous forme liquide dans des rames du métro. L’attentat tue 12 personnes et en blesse plusieurs milliers.

De quelles autres armes chimiques dispose la Syrie ?

Damas disposerait aussi d’agent VX, un gaz encore dix fois plus mortel que le sarin ; de gaz moutarde ou ypérite, utilisé pour la première fois lors de la Première Guerre mondiale ; et de tabun, un autre gaz neurotoxique très dangereux.

 

Première publication : 06/05/2013

  • SYRIE

    Les rebelles syriens ont-ils utilisé des armes chimiques ?

    En savoir plus

  • SYRIE

    Obama confirme avec prudence l'emploi d'armes chimiques en Syrie

    En savoir plus

  • Armes chimiques en Syrie : pas de certitude mais une nouvelle donne ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)