Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Economie

Le Canada s'emploie à vendre à l'Europe son pétrole issu des sables bitumineux

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/05/2013

Le ministre canadien des Ressources naturelles effectue une tournée en Europe afin d'y promouvoir les sables bitumineux. Une ressource pétrolifère qui pourrait faire l'objet d'une directive restrictive de l'Union européenne.

C’est en véritable "VRP" des sables bitumineux que le ministre canadien des Ressources naturelles est venu en Europe. Joe Oliver s’est lancé, lundi 6 mai, dans une tournée dans plusieurs pays pour faire la promotion de cette énergie pétrolière abondante dans la région de l'Alberta, située dans le centre-ouest du Canada. Après extraction et transformation de ces roches sablonneuses, on obtient du bitume sous forme liquide qui, une fois raffiné, produit notamment du gazole et du kérosène.

Mais les sables bitumineux ont mauvaise presse sur le Vieux Continent. L’Union européenne (UE) pourrait adopter cet automne une directive qui pénaliserait le pétrole brut extrait de cette ressource naturelle. Ce projet environnemental vise à classer les différents carburants selon leurs émissions de gaz à effets de serre. Les sables bitumineux, dont l’extraction nécessite beaucoup d’énergie, se retrouveraient ainsi fortement pénalisés.

Le bras de fer

Le ministre canadien conteste cette directive qu’il juge injuste envers son pays. "On ne veut pas un résultat qui cible le Canada pour un traitement néfaste et qui n’est pas justifié considérant les faits scientifiques", a-t-il déclaré aux médias canadiens lors d’une conférence téléphonique depuis Paris.

Joe Oliver a aussi pointé du doigt d’autres pays qu’ils considèrent comme moins transparents que le Canada qui s’astreint à publier ses données en matière de gaz à effet de serre : "Les bruts de Californie et du Venezuela possèdent des niveaux d’émission égaux ou supérieurs à celui du Canada, mais la directive considère que les émissions canadiennes sont 22 % plus élevées".

Reportage de Radio-Canada sur les sables bitumineux

"Un enfer écologique"

Alors que le Canada n’exporte pas pour l’instant son pétrole en Europe, le ministre des Ressources naturelles cherche surtout à changer l’image de cette énergie qui est critiquée par de nombreuses associations environnementales. Greenpeace parle notamment "d'une catastrophe écologique mondiale" dans son documentaire Petropolis : "Lacs toxiques, camions géants énergivores, rivière transformée en égout industriel, forêts rasées. Les sables bitumineux ressemblent à l’enfer".

Le Canada, qui produit trois millions de barils de pétroles par jour (sixième producteur au monde), souhaite ne pas perdre d’éventuels débouchés. Les États-Unis, qui représentent 99% des exportations de brut du Canada, pourraient réduire leurs importations si cette ressource est de plus en plus stigmatisée. Par ailleurs, Washington n’a toujours pas donné son accord concernant le projet controversé d'oléoduc Keystone qui doit relier les sables bitumineux du Canada au golfe du Mexique.

Bras de fer en Europe

Le Canada pourrait toutefois compter sur un nouveau désaccord de l’UE à ce sujet. L’an dernier, les 27 pays n’avaient pas réussi à se mettre d’accord. La Grande-Bretagne et les Pays-Bas, deux pays actionnaires de Royal Dutch Shell, l'un des exploitants des sables bitumineux canadiens, s'étaient notamment opposés à cette directive. 

D'autres États comme la France s’étaient pour leur part abstenus lors du vote et avaient demandé de nouvelles études d’impact dont les résultats sont attendus prochainement. Pour continuer son opération séduction, Joe Oliver va poursuivre sa tournée à Londres et à Bruxelles.

Le documentaire de Greenpeace sur les sables bitumineux


 

Première publication : 07/05/2013

  • ENVIRONNEMENT

    Réchauffement climatique : un accord à l'arrachée à Doha

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)