Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

Amériques

L'avenir s'annonce radieux pour le lobby des armes aux États-Unis

© AFP

Vidéo par Stanislas DE SAINT HIPPOLYTE , Philip CROWTHER

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/05/2013

La NRA, l'association pro-armes qui vient d'élire son nouveau président, a de beaux jours devant elle. Malgré le choc provoqué par la tuerie de Newtown en décembre, les États-Unis ne semblent pas se diriger vers une plus grande régulation des armes.

"Nous sommes engagés dans une guerre culturelle." Les premiers mots du tout nouveau président du lobby pro-armes NRA (Nationa Rifle Association), James Porter, ont frappé les esprits, la semaine dernière, alors que les États-Unis sont à nouveau en plein débat sur la détention des armes à feu. Dans son collimateur : le président américain Barack Obama, à l’origine de plusieurs propositions de loi visant à mieux réguler le commerce des armes.

Ce débat est revenu sur le devant de la scène en décembre dernier, après la tuerie de Newtown, dans le Connecticut, au cours de laquelle une vingtaine d’enfants ont été tués. Barack Obama a ordonné la formation d’une commission chargée de proposer un certain nombre de mesures. Trois textes ont été présentés devant le Sénat. Le premier pour interdire les fusils d’assaut et les armes automatiques, le second visant à limiter la capacité des chargeurs des pistolets, et le troisième proposant d’imposer un contrôle plus strict des antécédents judiciaires et médicaux des acheteurs d’armes. Tous ont été retoqués par le Sénat.

Plusieurs États sont même allés plus loin dans le bras de fer avec le gouvernement en adoptant des législations diamétralement opposées à la politique prônée par la Maison Blanche. Le Dakota du Sud a ainsi voté, en mars dernier, une loi visant à autoriser les professeurs à venir armés dans leurs écoles. Selon les élus locaux, cette nouvelle disposition, qui entrera en vigueur en juillet, devrait permettre d’éviter des tueries similaires à celle de Newtown en donnant la possibilité au personnel encadrant d’assurer la sécurité des enfants. Ces professeurs volontaires bénéficieront du même entrainement que celui dispensé aux policiers.

Une logique discutable

"Plusieurs États ont l’ambition de faire passer des lois similaires à ce qui se fait dans l’État du Dakota du Sud, comme le Missouri ou l’Oklahoma", explique Stanislas de Saint-Hippolyte, correspondant de FRANCE 24 aux États-Unis. "Plusieurs villes et districts scolaires l’ont déjà fait, poursuit-il. Dans une petite ville de Géorgie par exemple, les autorités municipales ont décidé de rendre obligatoire la présence d’une arme dans chaque maison de la ville pour qu’en cas de danger et en l’absence d’un policier, n’importe qui puisse défendre la sécurité de la ville si besoin."

Une logique discutable à laquelle la très influente NRA - forte de plus de quatre millions de membres - est loin d’être étrangère. "La NRA joue un rôle énorme dans la façon dont elle façonne les opinions et dans sa façon de pousser à avoir toujours plus d’armes", affirme Stanislas de Saint-Hippolyte. "La logique de la NRA tient à dire : ‘Pour protéger nos enfants contre un méchant qui leur veut du mal, il n’y a rien de tel qu’un gentil qui ait une arme chez soi’. Les armes font partie de l’univers américain. Il faut s’éloigner des grandes villes pour le voir mais quand on va par exemple dans le Dakota du Sud, on s’en rend bien compte."

La tuerie de Newtown a provoqué un électrochoc aux États-Unis au sujet de la circulation des armes. Au lendemain du drame, de nombreux citoyens se sont prononcés en faveur d’un durcissement des lois sur le sujet. Mais, petit à petit, ce soutien de la population s’est émoussé. Et d’autres se sont tournés vers la NRA. Depuis la tuerie, l’association a même affirmé avoir enregistré un million d’adhésions en plus. Aux États-Unis, entre 30 % et 50 % des foyers américains possèdent une arme. Dans le pays, on compte 88,8 armes pour 100 habitants. C’est l’un des taux les plus élevés de la planète.

Première publication : 07/05/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Obama entre colère et "honte" après le rejet de la réforme de la loi sur les armes

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Débat sur les armes à feu : Barack Obama laisse la parole à la mère d'une victime de Newtown

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama promet de poursuivre le combat contre les armes à feu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)