Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Il s'appelait Julian Cadman"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Areva quitte la Bourse de Paris"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans le cartable d'Emmanuel Macron"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la Cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

Moyen-orient

Kerry et Lavrov veulent "au plus vite" une conférence internationale sur la Syrie

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/05/2013

Moscou et Washington se sont mis d'accord, ce mardi, pour inciter le régime et les rebelles syriens à trouver une solution politique au conflit, ainsi que pour organiser une conférence internationale sur la Syrie dans les plus brefs délais.

La Russie et les Etats-Unis se sont entendus mardi à Moscou pour inciter le régime syrien et les rebelles à trouver une solution politique au conflit, ainsi qu'à encourager l'organisation "au plus vite" d'une conférence internationale sur la Syrie.

"Nous nous sommes mis d'accord pour que la Russie et les Etats-Unis encouragent la gouvernement syrien et les groupes d'opposition à trouver une solution politique" au conflit, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov à l'issue d'entretiens à Moscou avec son homologue américain John Kerry.

La Russie et les Etats-Unis se sont aussi accordés sur la nécessité de tenter d'organiser "au plus vite" une conférence internationale sur la Syrie, si possible ce mois-ci, a ajouté M. Lavrov au cours d'une conférence de presse commune.

L'accord de Genève sur la Syrie, conclu le 30 juin dernier par les grandes puissances, a défini la voie à suivre pour instaurer un gouvernement de transition, sans évoquer le sort du président Bachar al-Assad.

Cet accord n'a jamais été appliqué car le cessez-le-feu temporaire prévu dans l'accord n'a jamais été appliqué.

"Nous pensons que le communiqué de Genève est la voie à suivre pour mettre fin à l'effusion de sang en Syrie", a déclaré pour sa part M. Kerry.

Le secrétaire d'Etat américain a mis en exergue les discussions "très productives, très chaleureuses et amicales" plus tôt dans la journée avec le président russe Vladimir Poutine, qui ont "contribué de manière significative à notre capacité à définir la voie à suivre" en ce qui concerne la Syrie.

M. Lavrov a lui réaffirmé que le départ d'Assad -- réclamé par les Occidentaux -- ne devait pas être une condition préalable pour des pourparlers de paix, tout en insistant sur le fait que la Russie ne l'encourageait pas à rester au pouvoir.

AFP
 

Première publication : 07/05/2013

  • SYRIE

    Les États-Unis évoquent du bout des lèvres l'idée d'armer les rebelles syriens

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    À Ryad, John Kerry réitère son soutien aux rebelles syriens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)