Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • Brésil – Pays-Bas : la Seleçao veut sauver son honneur

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

Moyen-orient

Les rebelles kurdes du PKK entament leur retrait historique de Turquie

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/05/2013

Les combattants du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) entament leur retrait de Turquie mercredi 8 mai. Un geste historique qui s'inscrit dans un processus de paix entamé avec Ankara pour mettre fin à un sanglant conflit de près de 30 ans.

Le moment historique est arrivé. Le commandement militaire du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a confirmé mardi que son retrait de Turquie débuterait bien mercredi 8 mai. Marquant un tournant décisif dans le conflit qui l’oppose à l’état turc depuis près de 30 ans, le PKK avait en effet annoncé le 25 avril depuis le Kurdistan irakien que ses forces combattantes quitteraient la Turquie. C’est le leader historique du PKK, Abdullah Öcalan, qui a lui-même appelé à ce retrait dans le cadre de négociations de paix en cours depuis la fin de l'année dernière entre ce dernier et les autorités turques.

Le mouvement de rébellion armé n’a toutefois pas manqué de mettre en garde Ankara contre toute "provocation" qui pourrait remettre en cause le bon déroulement du retrait. "Les opérations de reconnaissance incessantes de drones aériens retardent le processus de retrait", a ainsi affirmé le PKK dans un communiqué, ajoutant que les mouvements de forces armées turques dans le sud-est anatolien, théâtre d'action du PKK, "n'affectent pas seulement le retrait mais préparent le terrain pour des provocations et des affrontements". Le PKK ajoute qu'il restera fidèle à son engagement de se retirer du sol turc, uniquement s’il n’est pas attaqué par les troupes d'Ankara.

"La fin d’une période sombre"

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a salué fin avril la décision des séparatistes kurdes du PKK, entrés en lutte en Turquie en 1984, de quitter le pays pour rejoindre leurs bases en Irak. "La porte se referme sur une période sombre", a-t-il estimé lors d’une allocution retransmise à la télévision. "La Turquie entre dans une nouvelle phase. Nous devons rester vigilants contre le sabotage, contre les provocations, mais nous sommes aujourd'hui pleins d'espoir, bien plus déterminés et optimistes."

Selon le calendrier de retrait, les premiers groupes de rebelles doivent parvenir "en l'espace d'une semaine" à leurs bases du nord de l'Irak, où le PKK dispose de camps retranchés, souligne le communiqué du PKK. Environ 2 000 combattants du PKK sont concernés par le retrait. Le processus doit s'étaler sur plusieurs mois et sera surveillé par les services de renseignement côté turc et par le gouvernement autonome du Kurdistan côté irakien. Ce retrait doit faciliter la conclusion d'un accord entre Ankara et les Kurdes pour mettre fin à l'insurrection du PKK qui a fait 40 000 morts depuis 1984.

 Avec dépêches

Première publication : 07/05/2013

  • TURQUIE

    Le chef du PKK lance un appel à la paix historique avec Ankara

    En savoir plus

  • TURQUIE

    "Le pouvoir turc a l'ambition de régler la question kurde"

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Öcalan, le révolutionnaire kurde qui se rêve désormais en homme de paix

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)