Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un manifestant palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Moyen-orient

Les rebelles kurdes du PKK entament leur retrait historique de Turquie

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/05/2013

Les combattants du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) entament leur retrait de Turquie mercredi 8 mai. Un geste historique qui s'inscrit dans un processus de paix entamé avec Ankara pour mettre fin à un sanglant conflit de près de 30 ans.

Le moment historique est arrivé. Le commandement militaire du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a confirmé mardi que son retrait de Turquie débuterait bien mercredi 8 mai. Marquant un tournant décisif dans le conflit qui l’oppose à l’état turc depuis près de 30 ans, le PKK avait en effet annoncé le 25 avril depuis le Kurdistan irakien que ses forces combattantes quitteraient la Turquie. C’est le leader historique du PKK, Abdullah Öcalan, qui a lui-même appelé à ce retrait dans le cadre de négociations de paix en cours depuis la fin de l'année dernière entre ce dernier et les autorités turques.

Le mouvement de rébellion armé n’a toutefois pas manqué de mettre en garde Ankara contre toute "provocation" qui pourrait remettre en cause le bon déroulement du retrait. "Les opérations de reconnaissance incessantes de drones aériens retardent le processus de retrait", a ainsi affirmé le PKK dans un communiqué, ajoutant que les mouvements de forces armées turques dans le sud-est anatolien, théâtre d'action du PKK, "n'affectent pas seulement le retrait mais préparent le terrain pour des provocations et des affrontements". Le PKK ajoute qu'il restera fidèle à son engagement de se retirer du sol turc, uniquement s’il n’est pas attaqué par les troupes d'Ankara.

"La fin d’une période sombre"

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a salué fin avril la décision des séparatistes kurdes du PKK, entrés en lutte en Turquie en 1984, de quitter le pays pour rejoindre leurs bases en Irak. "La porte se referme sur une période sombre", a-t-il estimé lors d’une allocution retransmise à la télévision. "La Turquie entre dans une nouvelle phase. Nous devons rester vigilants contre le sabotage, contre les provocations, mais nous sommes aujourd'hui pleins d'espoir, bien plus déterminés et optimistes."

Selon le calendrier de retrait, les premiers groupes de rebelles doivent parvenir "en l'espace d'une semaine" à leurs bases du nord de l'Irak, où le PKK dispose de camps retranchés, souligne le communiqué du PKK. Environ 2 000 combattants du PKK sont concernés par le retrait. Le processus doit s'étaler sur plusieurs mois et sera surveillé par les services de renseignement côté turc et par le gouvernement autonome du Kurdistan côté irakien. Ce retrait doit faciliter la conclusion d'un accord entre Ankara et les Kurdes pour mettre fin à l'insurrection du PKK qui a fait 40 000 morts depuis 1984.

 Avec dépêches

Première publication : 07/05/2013

  • TURQUIE

    Le chef du PKK lance un appel à la paix historique avec Ankara

    En savoir plus

  • TURQUIE

    "Le pouvoir turc a l'ambition de régler la question kurde"

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Öcalan, le révolutionnaire kurde qui se rêve désormais en homme de paix

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)