Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Les deux nouveaux satellites Galileo placés sur la mauvaise orbite

    En savoir plus

  • Angela Merkel à Kiev pour arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • 2e division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Gaza : intensification des frappes après la mort d’un enfant israélien

    En savoir plus

  • Meurtre de James Foley : Washington n'exclut pas de frapper l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

Asie - pacifique

La violente chute de l'opposant Imran Khan met un coup d’arrêt à la campagne

© AFP | Imran Khan pris en charge par une équipe médicale après sa chute, mardi

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/05/2013

Sévèrement blessé après une chute lors d’un meeting, l’opposant Imran Khan est contraint au repos à seulement quatre jours des législatives pakistanaises. Par solidarité, les autres partis politiques ont fait une pause mercredi dans leur campagne.

À quatre jours du scrutin des élections législatives pakistanaises, le sprint final de la campagne aurait dû être sans merci. C’était sans compter sur l’impressionnante chute de plusieurs mètres, mardi 7 mai, du principal candidat de l’opposition, Imran Khan, chef du Mouvement pour la Justice (PTI).

Le monte-charge sur lequel se trouvait cet ancien champion de cricket lors de l’accident devait le déposer sur la scène à l’occasion de l’un de ses derniers meetings organisé à Lahore, la deuxième ville du pays. Mais la machine, vraisemblablement surchargée, a cédé sous le poids du candidat et de ses gardes du corps devant une foule de plusieurs milliers de partisans abasourdis. Le bilan est assez sévère : deux vertèbres fracturées, une blessure à la tête et une autre à l'épaule. Mais le porte-parole de l’hôpital, où a été admis le sexagénaire, a annoncé, mercredi, qu’il avait déjà quitté l'unité des soins intensifs pour une chambre privée.

Par solidarité et au vu de la gravité des blessures, les grands partis pakistanais ont unanimement décidé de marquer une pause mercredi dans leurs campagnes respectives. Ainsi, le PML-N de Nawaz Sharif, chef de l'opposition qui se dispute le même électorat de centre-droit qu'Imran Khan, a annulé "de nombreux meetings" dans son fief du Pendjab, a indiqué son porte-parole Siddiqul Farooq. "Nous ne faisons aussi aucune publicité contre le PTI", a-t-il ajouté. Idem pour le MQM, première force politique à Karachi, la métropole économique du pays. Quant au PPP, la formation à la tête de la coalition sortante, son agenda n’indiquait également aucun événement à l’échelle nationale. Rien de surprenant pour cette coalition qui, depuis le début de la campagne, n'a organisé aucun grand meeting.

Les rassemblements devraient toutefois reprendre jeudi, dernier jour officiel de campagne avant le scrutin de samedi. Imran Khan qui avait prévu un grand meeting dans la capitale devrait être contraint de renoncer.

Une aubaine pour attirer la sympathie des électeurs

Bien que les médecins lui aient prescrit une semaine de repos, le candidat n’a pas abandonné la partie pour autant. Mardi soir, quelques heures à peine après l’accident, Imran Khan, apparaissait déjà dans les médias. Dans une interview accordée à un journaliste d'une chaîne locale, on découvre le candidat couché sur son lit d'hôpital et le cou enserré par des attelles. "J'ai fait ce que j'ai pu pour ce pays. Rappelez-vous, le 11 mai, il faut sortir de chez vous et voter pour le PTI sans vous préoccuper de vos candidats locaux. Votez seulement pour le PTI et ses idées", a-t-il soufflé au micro.

Un peu plus tôt, les images du "héros" national, le visage ensanglanté, transporté à bras-le-corps par des membres de son entourage jusqu'à sa voiture, avaient bouleversé le pays entier.

Plusieurs chaînes locales rediffusaient en boucle mercredi matin l'interview d'Imran Khan alité, mais cette fois avec la mention "publicité de campagne électorale payée". "Cette vidéo est devenue une bénédiction car elle pourrait lui permettre d'attirer un vote de sympathie", a indiqué un responsable d'une chaîne pakistanaise sous le couvert de l'anonymat. Comble de l’histoire, Imran Khan, a été transféré dans un hôpital qu'il a lui-même fondé, une anecdote qui pourrait entretenir son image de bienfaiteur et donc jouer également en sa faveur.

Au cours des derniers mois, Imran Khan a électrisé les foules à travers le pays en appelant à la fin du monopole des deux grands partis traditionnels, le PPP du clan Bhutto et le PML-N de l'ancien Premier ministre Nawaz Sharif. Son combat contre la corruption semble également séduire une partie de l’électorat, au point de venir brouiller les cartes lors de ce scrutin.

Avec dépêches

Première publication : 08/05/2013

  • PAKISTAN

    Visés par les Taliban, les candidats laïcs font campagne sur le Web

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Assassinat du procureur enquêtant sur le meurtre de Benazir Bhutto

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    La détention préventive de Musharraf prolongée de deux semaines

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)