Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Asie - pacifique

Gaston Flosse réélu : le"vieux lion" revient malgré les affaires

© Les Nouvelles de Tahiti

Texte par Lucie RABRÉAUD

Dernière modification : 08/05/2013

Gaston Flosse doit prochainement retrouver son fauteuil de président de la Polynésie française, lui qui a déjà passé 16 années à la tête de la collectivité d'outre-mer. Un retour en grâce à 81 ans malgré une longue liste de condamnations judiciaires.

Complicité de tenue illicite de maison de jeux, prise illégale d’intérêts, détournement de fonds publics, obstacle à l’exercice des pouvoirs des magistrats, destruction de preuves... La liste des condamnations du nouveau président de la Polynésie française Gaston Flosse est longue. Futur président en réalité, car il ne sera installé officiellement dans ses fonctions que dans plusieurs jours, lorsque les représentants de l’Assemblée territoriale éliront le chef du gouvernement local. Le vote s’annonce sans suspense, sa liste, Tahoeraa Huiraatira, ayant remporté les élections dimanche dernier en Polynésie.

Le " frère" de Jacques Chirac

Avec 38 représentants sur les 57 que compte l'Assemblée, celui qu’on surnomme "le vieux lion" dispose d’une majorité écrasante qui va lui permettre de gouverner comme il le souhaite. Son principal adversaire, le président sortant Oscar Temaru, paye la crise économique dans laquelle le collectivité d’outre-mer est engluée depuis plusieurs années (selon une enquête TNS Sofres réalisée en 2009, une personne sur quatre y vit en dessous du seuil de pauvreté). Ou, comme l’a résumé le maire de la capitale Papeete, à l’issu du vote : "Le peuple souhaite le retour du vieux".

  • Gaston Flosse est né le 24 juin 1931 à Rikitea, dans l’archipel des Gambier, d’une mère polynésienne et d’un père originaire de Lorraine. Divorcé puis séparé de sa seconde épouse, il est père de neuf enfants.
  • Élu président de la Polynésie française à pluiseurs reprises entre 1984 et 2008, il a également été secrétaire d’État dans le gouvernement de Jacques Chirac entre 1986 et 1988.
  • Condamné à de nombreuse reprises depuis 2001, il a toujours réussi à éviter l'application des peines d'inéligibilité. Il n’a effectué que 21 jours de détention provisoire en décembre 2009.
  • En février 2013, la cour d’appel de Papeete le condamne à 4 ans de prison et 3 ans d’inéligibilité. L’affaire est portée par son avocat devant la Cour de cassation, qui doit se prononcer à la fin de 2013 ou dans le courant de 2014.

Gaston Flosse va retrouver un poste de président qu’il a déjà occupé pendant 16 ans (de 1984 à 1987 puis de 1991 à 2004 et quelques mois en 2005 et en 2008). Des années pendant lesquelles il a notamment défendu les essais nucléaires français menés par la France dans sa collectivité d’outre mer. En contrepartie, le président français Jacques Chirac, qu’il considère comme "son frère" et qui est le parrain de l’un de ses neuf enfants, a versé une importante manne financière à la Polynésie, plaçant le collectivité sous perfusion. L’économie, alors florissante, permet au "système Flosse" d'atteindre son apogée.

Des années dont la Chambre territoriale des comptes a, depuis, énuméré les dérives dans ses rapports, la justice sanctionnant à plusieurs reprises le président.

"Le vieux lion" n'en a pas fini avec la justice

Mais ces condamnations n’ont pas entamé la popularité de Gaston Flosse, qui n’a eu de cesse de dénoncer les "ragots" dont il ferait l’objet. "En Polynésie, la justice est considérée comme une justice de 'popa'a' (la population originaire de métropole et plus largement les Blancs), explique Sémir Al Wardi, politologue installé à Tahiti. Les affaire judiciaires de Gaston Flosse n'ont donc pas un impact significatif sur la population."

De plus, Sémir Al Wardi estime que les électeurs sont aujourd’hui nostalgiques des années Flosse. "Ils se rappellent les périodes où tout se passait bien, sans chercher à analyser si nous sommes dans le même contexte historique et social ou si les relations avec l'État sont identiques."

Surtout, le politologue souligne la relation affective qui existe entre les Polynésiens et Gaston Flosse, perçu comme un "metua", un père ou un meneur. "Pour beaucoup, le Tahoeraa [le parti de Gaston Flosse] est un parti politique très efficace, composé de gens qui ont l'habitude de gouverner, de gérer les problèmes. Et donc le plus à même de relever la Polynésie."

À 81 ans, Gaston Flosse reprend les rênes de la Polynésie française. Reste à savoir dans quelle conditions celui-ci va gouverner, car il est loin d’en avoir fini avec la justice. Il est aujourd’hui sous le coup d’une condamnation à 5 ans de prison pour une histoire de pots-de-vin versés par l’homme d’affaire Hubert Haddad. Affaire dans laquelle il a fait appel pour pouvoir se présenter à l’élection.

Le futur président a également été condamné pour emplois fictifs à 4 ans de prison avec sursis et 3 ans d’inéligibilité. Une condamnation qui pourrait être validée à la fin de 2013 ou dans le courant de 2014 par la Cour de cassation. Et porter alors un coups d’arrêt définitif à la carrière politique de celui qui n’a eu de cesse de rebondir.

Première publication : 08/05/2013

  • POLYNÉSIE FRANCAISE

    Gaston Flosse remporte les élections territoriales en Polynésie française

    En savoir plus

  • POLYNÉSIE FRANÇAISE

    Emplois fictifs : Gaston Flosse condamné à quatre ans de prison ferme

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le sénateur polynésien Gaston Flosse placé en détention provisoire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)